Jamaïque

Après la mort de son père, elle voue sa vie à la lutte contre le SIDA

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Kerril McKay, 20 ans, lors du lancement du bus Bashment à Montego Bay, Jamaïque

Kerril McKay a vingt ans, elle est présidente du Groupe des adultes du Comité SIDA de Portland. Elle a parlé à l’UNICEF des raisons de son engagement et du lancement du bus Bashment, un dispensaire mobile qui sillonnera la Jamaïque en présentant des spectacles pour jeunes afin de leur proposer des tests de dépistage et de les sensibiliser au VIH/SIDA. Voici son histoire :

14 octobre 2005, Portland, Jamaïque – « Il y a cinq ans, mon père est mort du VIH/SIDA. J’ai appris très jeune qu’il était séropositif. Au fil des années, les choses se sont aggravées : sa santé s’est détériorée et c’est moi qui ai dû m’occuper de lui.

« Je faisais tout pour mon père : la lessive, le ménage, la cuisine, les courses… Je faisais absolument tout pour lui. A la longue, je n’ai plus pu m’occuper de lui comme il le fallait. Alors on a cherché de l’aide auprès d’une ONG locale (organisation non gouvernementale) et il a été envoyé dans un hospice où il pouvait recevoir les soins dont il avait besoin.

« Maintenant que mon père est mort, les membres du groupe adulte m’ont demandé de faire partie du Comité SIDA de Portland, étant donné l’expérience que j’avais acquise avec lui, et de faire la même chose pour d’autres membres séropositifs de la communauté. Et voilà ! J’ai fondé un groupe de jeunes qui est très actif maintenant, il essaie de toucher les jeunes et les adultes et d’apporter le message du VIH/SIDA à plein de gens différents.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Des membres du Groupe de jeunes du Comité SIDA jamaïcain jouent devant le bus Bashment.

« Les membres du groupe de jeunes s’occupent principalement de sensibiliser leurs pairs, ainsi que les adultes, par le biais des arts du spectacle : théâtre, chansons, danse. Et puis, le troisième samedi du mois, ces jeunes choisissent une communauté particulière où ils se rendent.

« Ils passent toute la journée à aller d’une maison à l’autre, dans les bars, partout… Ils parlent aux gens du VIH/SIDA et d’autres maladies sexuellement transmissibles. Le groupe des adultes, lui, a une unité d’aide et de soins pour les personnes infectées par cette maladie.

« L’idée du bus Bashment… je l’aime beaucoup. Ils pourront toucher bien plus de gens ainsi, en amenant le dispensaire jusque chez eux. C’est très bien, parce que souvent, on a peur de se rendre à une consultation pour le dépistage, ou dans un hôpital parce qu’on se dit « ce sont mes affaires et elles ne seront plus confidentielles », vous comprenez.

« Mais ici, on a un dispensaire qui se rend dans la communauté même, et qui offre un environnement chaleureux et amical où on peut faire un dépistage. Je trouve ça absolument génial. »

John Allison a collaboré à cet article.


 

 

Vidéo (en anglais)

14 octobre 2005 :
Kerril McKay parle de sa mission : avertir les jeunes Jamaïcains des risques du VIH et du SIDA

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes:
Obtenez des vidéos de qualité professionnel chez The Newsmarket

Audio (en anglais)

14 octobre 2005 :
Kerril McKay parle avec Radio UNICEF sur sa mission : avertir les jeunes Jamaïcains des risques du VIH et du SIDA

Recherche