Iraq

Contenir l’épidémie de choléra en Iraq pour protéger des milliers en danger

Image de l'UNICEF
© UNICEF Iraq/2007/Arar
Les opérations de ravitaillement en eau par camion-citerne, effectuées par l’UNICEF, continuent de protéger contre cette maladie d’origine hydrique des centaines de milliers d’enfants iraquiens et leurs familles.

By Claire Hajaj

Aman, Jordanie, 25 septembre 2007 – Nombreux sont ceux qui ont redouté tout l’été que survienne cette nouvelle. Le 14 août, il a été confirmé qu’un homme souffrant de diarrhée aqueuse dans la ville de Kirkouk, au nord de l’Iraq, avait le choléra. En dépit de mesures de contrôle d’urgence, la maladie s’est répandue comme une traînée de poudre, devenant rapidement la plus grave flambée épidémique qu’on ait connue de mémoire récente en Iraq.

Jusqu’à présent, dans 28 districts de l’Iraq, 11 personnes sont mortes du choléra et plus de 2 100 sont gravement malades. Des milliers d’autres personnes sont exposées à cette maladie.

La ville de Suleimaniyeh, dans le Kurdistan iraquien, a constitué initialement l’épicentre de la flambée épidémique. Mais la maladie s’est propagée vers le sud par l’eau contaminée. Les dernières nouvelles sont les plus alarmantes : il y a deux cas de choléra et un mort à Bagdad, la capitale iraquienne, et un autre cas concernant une petite fille de sept mois encore plus au sud, à Bassorah.

« La situation est alarmante et délicate » a dit Bakhtiyar Ahmed, un des responsables des opérations sanitaires d’urgence de l’UNICEF en Iraq, qui travaille sur le terrain à Suleimaniyeh.

« Au début, plus de 200 nouveaux cas survenaient chaque jour et les hôpitaux étaient tellement surchargés que les nouveaux malades ne pouvaient même pas être tous diagnostiqués », a-t-il ajouté. « On a demandé à l’UNICEF une aide pour donner des soins et faire tout ce qu’il nous était possible pour contenir l’épidémie en informant les familles et en leur fournissant les moyens de rendre salubre l’eau qu’ils emploient chez eux. »

Une réaction rapide permet de sauver des vies

L’UNICEF a commencé à réagir le jour même de la confirmation de l’épidémie, en coopération avec l’Organisation mondiale de la Santé, qui dirige l’intervention au niveau national, ainsi qu’avec les autorités sanitaires locales.

La première priorité a été de distribuer du ravitaillement médical d’urgence et des sels de réhydratation orale (SRO) aux hôpitaux situés dans le nord afin de soigner les cas de diarrhée légère ou modérée. Les SRO sont un simple mélange de sels et de sucres qui, lorsqu’ils sont administrés avec du zinc, peuvent contribuer à éviter la mort par déshydratation. L’UNICEF a été en mesure de fournir dans les 24 heures plus de 15 000 sachets de SRO provenant de ses entrepôts se trouvant aux environs d’Erbil.

« Le choléra peut causer la mort en quelques heures mais il est relativement facile à soigner s’il est pris à temps, avant qu’il ne provoque une grave déshydratation », a dit le directeur de la Santé de l’UNICEF en Iraq, le Dr Alexander Malyavin. « C’est la raison pour laquelle les SRO constituent un vrai don du ciel – ils épargnent des vies et ne coûtent que quelques centimes le sachet. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF Iraq/2007/Arar
Le manque d’accès dans tout le pays aux services d’eau et d’assainissement expose les enfants iraquiens et leurs familles à des maladies, notamment le choléra.
La mise en place de moyens en vue de contenir l’épidémie

En outre, l’UNICEF aide les secteurs du nord de l’Iraq frappés par le choléra en fournissant notamment 12 000 colis d’approvisionnement familial en eau, 13 400 bidons permettant de stocker l’eau salubre, 30 000 barres de savon, 34 000 boîtes de comprimés pour la purification de l’eau, 4 800 comprimés de chlore à dissolution lente et 3 tonnes métriques de chlore pour le traitement des puits familiaux.

L’UNICEF va également acheminer par camion de l’eau salubre aux familles dans les zones les plus durement touchées par l’épidémie – l’organisation va fournir environ 2 millions de litres par jour.

Dans le cadre de ses efforts pour contenir l’épidémie, l’UNICEF a formé du personnel médical au traitement des cas de diarrhée et apporte encore son concours à une grande campagne de communication qui encourage les familles à purifier l’eau, à préparer les aliments avec soin et à se laver les mains. Les marchands locaux sont incités à ne vendre que des boissons dans des canettes pour l’ifthar, le dîner traditionnel du Ramadan. Et les réservoirs d’eau dans les écoles sont soigneusement nettoyés et traités.

Aujourd’hui, les autorités de Bassorah lancent un appel en vue d’une aide similaire. L’UNICEF y répond en envoyant davantage de SRO et en coopérant avec les autorités afin d’alerter les communautés, dans l’espoir d’empêcher une flambée épidémique à grande échelle dans le sud démuni de l’Iraq, où de nombreuses familles déplacées vivent dans de mauvaises conditions d’hygiène.

Un problème à long terme

Mais le problème du choléra en Iraq ne va pas disparaître rapidement. La très mauvaise situation dans tout le pays en matière d’eau et d’assainissement est responsable de l’apparition et de la propagation de la maladie. Seulement 30 pour cent de la population iraquienne dispose d’un accès fiable à l’eau salubre et 17 pour cent des eaux d’égout du pays sont traitées avant d’être rejetées dans les voies d’eau.

Selon l’UNICEF, cette flambée épidémique indique que des millions d’iraquiens luttent pour survivre sans disposer d’éléments de base tels que l’eau salubre – et qu’ils ont besoin d’urgence d’une aide humanitaire. Il est en outre crucial de reconstituer des fournitures pour des traitements permettant de sauver des vies, en particulier les SRO et le zinc pour les cas de diarrhée. Il manque encore à l’UNICEF 1 million de dollars des E.-U. pour l’approvisionnement en zinc des enfants du pays.

« La diarrhée banale est encore l’une des deux causes principales de mortalité infantile en Iraq », a dit le Dr Malyavin. « Nous ne devrions pas avoir à attendre une flambée épidémique de choléra pour offrir à ces enfants un accès à l’eau salubre et à des traitements médicaux simples, qui pourraient contribuer à sauver beaucoup de vies. »


 

 

Audio (en anglais)

25 septembre 2007 : Bakhtiyar Ahmed, un des responsables des opérations sanitaires d’urgence de l’UNICEF en Iraq, parle de l’intervention menée contre la grave  flambée épidémique de choléra.
AUDIO écouter

Recherche