Iraq

Au nom de l’UNICEF, la reine Rania de Jordanie lance un appel à l’action en faveur des enfants iraquiens

Image de l'UNICEF
© Reuters/Strong
Des garçons iraquiens font la queue pour recevoir du traitement médical dans une clinique temporaire installé para l’armée américaine prés de Mahmudiya au sud de Bagdad, 22 avril 2007.

Par Anwulika Okafor

NEW YORK, Etats-Unis, 23 mai 2007 –  Ce sont souvent les femmes et les enfants qui sont les plus éprouvées par les turbulences et la violence d’un conflit armé. Et depuis le début de la guerre, en 2003, la situation en Iraq ne fait pas exception. Cependant, au cours de l’année écoulée, la situation des enfants s’est détériorée à tel point que l’UNICEF la juge maintenant critique. Voilà pourquoi l’UNICEF a lancé un appel mondial à l’action et à l’aide.

L’appel a été lancé à Amman (Jordanie) par Sa Majesté la reine Rania Al Abdullah de Jordanie, la première personne nommée par l’UNICEF « Eminent défenseur des enfants ».

« Pour les enfants pris dans l’engrenage de la violence, la situation a atteint un point critique, a dit la reine Rania, la semaine dernière, les enfants sont devenus les premières victimes du choléra en Iraq et nous redoutons une vaste épidémie de cette maladie avec la chaleur de l’été. Moins de 30 pour cent des enfants iraquiens peuvent boire un verre d’eau potable. Et à cause de l’insécurité qui règne dans de nombreux secteurs, il est de plus en plus dangereux de se rendre même dans les centres de santé. Un Iraquien sur dix souffre de malnutrition aiguë ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF Jordan/2007/Al-Moughrabi
Sa Majesté la reine Rania Al Abdullah de Jordanie, la première personne nommée par l'UNICEF « Eminent défenseur des enfants », appelle la communauté internationale à aider les enfants iraquiens, à Amman (Jordanie).

Des millions de personnes déplacées

Près de l5 pour cent de la population iraquienne, soit 4 millions de personnes, ont dû fuir leurs foyers depuis que la guerre a éclaté, et la moitié sont des enfants. L’UNICEF demande 42 millions de dollars pour apporter une aide cruciale aux 1,6 million d’enfants qui ont été déplacés et vivent à l’intérieur de l’Iraq ou en Syrie et en Jordanie, deux pays voisins. L’UNICEF espère utiliser cet argent pour consolider son appui aux programmes essentiels pendant six mois, en particulier dans les domaines de l’éducation, de l’assainissement et de la vaccination des enfants.

« L’aide humanitaire est une véritable bouée de sauvetage pour les enfants iraquiens et c’est en augmentant notre soutien maintenant que nous pouvons le mieux investir dans l’avenir de l’Iraq et le protéger », a dit M. Daniel Toole, Directeur général adjoint par intérim de l’UNICEF et Chef des opérations d’urgence. « Nos plans sont prêts pour atteindre les enfants iraquiens les plus vulnérables et leur apporter des soins de santé de base, de l’eau, des moyens d’assainissement et une éducation -- en particulier pour les enfants déplacés qui vivent dans les communautés d’accueil, ainsi que les enfants qui vivent dans les districts les plus violents du pays ».

Image de l'UNICEF
© Reuters/Raheem
Une mère et ses enfants attendent de recevoir des rations alimentaires distribuées par le Croissant-Rouge aux familles pauvres et aux réfugiés shiites dans le quartier de Sadr City, à Bagdad.

Il est impossible d'exagérer les effets de l'instabilité sur l'Iraq. La plupart des personnes se sont enfuies de chez elles sans ressources suffisantes pour elles-mêmes et leurs familles. A cause de la guerre, beaucoup de femmes sont veuves et beaucoup d'enfants orphelins. Certaines familles déplacées ont trouvé refuge chez des parents mais à cause du conflit les emplois et les revenus se font rares. Environ 2 millions d'Iraquiens, au total, se sont réfugiés en Jordanie et en Syrie, deux pays voisins, mais leur avenir est incertain dans ces pays étrangers. En outre, le nombre de personnes déplacées continue de fragiliser des services sociaux et de santé déjà bien affaiblis.

Une aide pour l’avenir immédiat et à plus long terme

L’UNICEF, ses partenaires et les gouvernements voisins ont beaucoup travaillé pour répondre aux besoins de ces familles déplacées, que ce soit en organisant des campagnes de vaccination, en acheminant de l’eau salubre ou en reconstruisant des écoles. Dans le cadre d’une récente campagne de vaccination, menée de concert par l’UNICEF, l’OMS et le Gouvernement iraquien, des agents de santé ont fait du porte-à-porte pour protéger 3,6 millions d’enfants contre la rougeole, les oreillons et la rubéole. L’UNICEF fournit également de l’eau propre à 120 000 Iraquiens. Mais ces mesures, si admirables soient-elles, ne suffisent pas. Il faut faire bien davantage.

Image de l'UNICEF
© Reuters/Imad al Khozai
Des enfants attendent leur repas à l'intérieur d'une tente dans un camp pour famille shiites déplacées.

« Ce dont les enfants ont besoin, surtout, c’est d’une solution à cette crise. C’est notre ultime espoir, a ajouté la reine Rania.  Pour de nombreux enfants iraquiens, l’avenir à long terme est difficile à discerner mais les besoins actuels – pour l’éducation, les soins de santé, l’eau salubre et des moyens d’assainissement adéquats – sont clairs, et ils doivent être satisfaits, maintenant.

« Certes, on ne réglera pas en six mois tous les problèmes de ces jeunes enfants mais cela sera, espérons-le, le commencement d’un avenir meilleur ».


 

 

Vidéo (en anglais)

Mai 2007:
Sa Majesté la reine Rania de Jordanie, Eminent défenseur des enfants pour l’UNICEF lance un appel à l’action pour les enfants iraquiens à Amman, en Jordanie.
 VIDEO  haut | bas


Mai 2007:
La correspondante de l’UNICEF Anwulika Okafor présente l’appel de l’UNICEF à une augmentation de l’aide pour les enfants iraquiens.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche