Iraq

L’UNICEF en deuil après la mort de l’ingénieur Janan Jabero (1954-2007)

Image de l'UNICEF
© UNICEF Iraq/2007
Le 31 décembre 2006, Janan Jabero, employé de l’UNICEF, quittait son domicile de Baghdad pour aller voir un ami. Plusieurs jours après, il était retrouvé tué par balles dans sa voiture.

Par Claire Hajaj

AMMAN, Jordanie, 10 janvier 2007 – Le dernier jour de l’année 2006, Janan Jabero, un ingénieur employé par l’UNICEF âgé de 52 ans, quittait son domicile de Bagdad pour aller voir un ami. Il n’arrivera jamais à destination : quelques jours plus tard, sa famille et ses collègues apprenaient qu’il avait été retrouvé tué par balles à l’intérieur de son véhicule.

La mort de Janan Jabero est une tragédie quotidienne comme tant d’autres auxquelles est  confrontée la population iraquienne : une exécution par balles sans explication, une vie fauchée et une famille en deuil.

Durant ses sept années de carrière au sein de l’UNICEF, Janan Jabero avait fini par être le symbole de  tout ce que l’Iraq pouvait encore espérer. Il représentait les enfants, l’espoir et tout ce que l’UNICEF est en train d’essayer d’accomplir en Iraq dans des circonstances extraordinairement difficiles.

Préoccupation pour la sécurité des enfants

Janan Jabero avait rejoint l’UNICEF Iraq en mars 1999. A cette époque, l’UNICEF était profondément préoccupé par le déclin rapide, aussi bien en qualité qu’en quantité, des prestations scolaires en Iraq à la suite de plusieurs années de guerre et de sanctions. 

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ03-0047/Noorani
Un enfant en train de dessiner dans une école du nord de l’Iraq. Janan Jabero, ingénieur employé par l’UNICEF, aidait au processus de réhabilitation des écoles en Iraq.

Un programme était déjà en cours de réalisation pour réhabiliter physiquement des milliers d’écoles, qu’elles soient dangereuses, endommagées ou détruites. Diplômé de l’Université de Bagdad en génie civil, Janan Jabero était déterminé à mettre ses compétences au service du système d’enseignement iraquien.

« Janan Jabero était un perfectionniste et s’attachait aux détails les plus subtils, se rappelle Mowafaq Quattan, un de ses collègues. Quand il aidait à reconstruire une école, il voulait que les vitres des fenêtres et l’éclairage utilisés fussent ce qui se faisait de mieux, que les installations électriques et sanitaires soient adaptées aux enfants. La sécurité des enfants et leur confort étaient la première de ses préoccupations. »

« Il voulait que les écoles durent longtemps et que les enfants s’y sentent bien, ajoute Mowafaq Quattan. Il voulait voir des sourires sur leurs visages. »

Aujourd’hui, UNICEF Iraq utilise toujours les méthodes mises en place par Janan Jabero, y compris les directives techniques et contractuelles pour la réhabilitation des écoles.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Iraq/2007
Pendant ses sept ans avec l'UNICEF en Iraq, M. Jabero était connu comme étant perfectionniste avec comme seul objectif la sécurité et le confort d'enfants.

Raviver le souvenir d’un « esprit convaincu »

L’irruption de la guerre en 2003 n’avait pas écarté Janan Jabero de son travail. Malgré le danger toujours présent, lui et un de ses collègues ingénieur, également employé par l’UNICEF, se rendaient régulièrement dans les rues de Bagdad et dans diverses parties du pays. Ils établissaient des rapports critiques sur les conditions des écoles et d’autres établissements du Ministère de l’Education qui avaient été pillées ou brûlés, aidant l’UNICEF à accélérer la reprise de l’enseignement.

La détermination de Janan Jabero à œuvrer en faveur de l’intérêt supérieur des écoliers iraquiens conjuguée à son esprit combatif, son optimisme pugnace et son audace, lui avait valu d’être surnommé « Le Tigre ». De nombreux donateurs étrangers ainsi que des personnalités de passage ont fait l’expérience directe de sa conviction passionnée. Pour lui, travailler en Iraq, c’est croire l’avenir. 

A l’annonce de la mort de Janan Jabero, un flot de condoléances est arrivé du monde entier. Ceux qui le connaissaient disent que ses compétences uniques en faisaient un collègue d’une valeur inestimable à la personnalité chaleureuse.  

 « Janan Jabero croyait fermement  en l’avenir de l’Iraq. Il était un phare d’optimisme inébranlable même lors de sombres épisodes, a déclaré le Représentant de l’UNICEF en Iraq, Roger Wright. Nous tous, au sein d’UNICEF Iraq, sommes déterminés à entretenir la flamme de son souvenir et à poursuivre notre travail, à concrétiser sa vision d’un Iraq meilleur pour chaque enfant. » 


 

 

Audio (en anglais)

10 janvier 2007:
Le Représentant de l’UNICEF en Iraq, Roger Wright, rend hommage à Janan Jabero, un employé tué au début du mois.
AUDIO Ecouter

10 janvier 2007:
Le Représentant de l’UNICEF, Roger Wright, s’exprime sur la difficulté du travail de l’UNICEF en plein conflit iraquien.
AUDIO Ecouter

Recherche