En bref : Iran (République islamique d')

Pour lutter contre la pauvreté, le Représentant de l’UNICEF en Iran insiste sur l’importance d’une meilleure compréhension de l’Islam

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ07-2457/Noorani
Une bénévole en train de nourrir un enfant avec de la farine de céréales dans un centre local de nutrition soutenu par l’UNICEF à Chabahar, en Iran.

Par Chris Niles

NEW YORK, 30 avril 2008 – Le Représentant de l’UNICEF en Iran Christian Salazar a lancé un appel en faveur d’une meilleure compréhension de l’Islam afin de combattre plus efficacement la pauvreté dans les pays islamiques. Lors d’une conférence internationale se déroulant la semaine dernière à New York il a déclaré que, bien que l’Iran se soit attaqué avec succès à la pauvreté aux cours des dernières décennies, des disparités de revenus subsistent. 

« Les organisations caritatives religieuses jouent un grand rôle dans la réduction de la pauvreté, » a affirmé Christian Salazar. « Si nous voulons améliorer la situation de ces enfants, nous devons créer un dialogue avec elles [les organisations caritatives], parler des expériences que nous avons réussies dans d’autres pays et de la façon dont leurs programmes peuvent obtenir des résultats encore meilleurs pour les enfants. »

« Nous devons élargir notre compréhension mais aussi injecter de nouveaux modes de pensée, de nouvelles expériences et de nouveaux concepts, » a-t-il ajouté.

Une démarche fondée sur les droits

Mr Salazar a fait ces remarques durant un discours lors de « Repenser la pauvreté : adopter des politiques qui améliorent le sort des enfants », un conférence organisée conjointement par l’UNICEF et le programme d’affaires internationales de 3ème cycle de l’université New School de New York.

Les chiffres de la Banque mondiale montrent que la pauvreté en Iran est passée d’un taux estimé à 40% avant la révolution islamique de 1979 à environ 20% en 2003, cela malgré la guerre, les sanctions économiques et un faible soutien international. Les organisations religieuses constituent l’épine dorsale du système sde protection sociale en Iran.  

Cependant, il existe toujours de grandes disparités entre les riches et les pauvres et davantage d’enfants pourraient bénéficier d’un changement d’approche, selon Christian Salazar.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ07-2457/Noorani
Des enfants répétant un concert pendant un cours de musique avec Mehran Dawoodi qui est musicien et directeur de l’Association en faveur des enfants qui travaillent et vivent dans la rue, au sud de Téhéran.

Des progrès dans la compréhension

« Nous savons que de nombreux programmes sont conçus à l’échelle familiale mais nous ne savons pas quel impact ils ont sur l’enfant, » a-t-il affirmé. « En nous posant ces questions du point de vue des droits de l’enfant, nous permettons aussi aux décideurs internationaux de se demander dans quelles mesures ces programmes sont suffisamment adaptés aux enfants. » 

Mr Salazar a relevé que, bien que des progrès aient été effectués dans la compréhension de l’Islam, davantage d’efforts sont nécessaires.

« Il ne s’agit pas seulement de l’UNICEF, c’est dans l’intérêt du monde entier de mieux comprendre l’Islam,» a-t-il déclaré. « Où sont les possibilités et où sont les défis? C’est notre rôle de  partager ces expériences et d’aider les enfants, quel que soit l’endroit où ils vivent dans le monde. »


 

 

Vidéo (en anglais)

22 avril 2008 : 
Le Représentant de l’UNICEF en Iran Christian Salazar parle de la réduction de la pauvreté dans les pays islamiques.

 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Liens

Repenser la pauvreté infantile: faire en sorte que les politiques fonctionnent pour les enfants

Iran : les centres intégrés assurent un développement sain pour les enfants
 avec vidéo

Abbas Jazzi, 16 ans, vit pour le foot dans un quartier dangereux en Iran
 avec vidéo & audio

Recherche