En bref : Iran (République islamique d')

Iran : les centres intégrés assurent un développement sain pour les enfants

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Les centres intégrés de développement alimentaire pour les enfants, comme celui-ci dans la région de Sistan Baluchistan, améliorent la qualité de vie des enfants en Iran.

Par Bahareh Yeganehfar

CHABAHAR, Iran, 10 janvier 2007 – Hessam, un bébé de 9 mois, gargouille de reconnaissance pour la soupe que sa mère est en train de lui faire manger. Nazanin, 3 ans, fait de même ainsi que les autres enfants qui se trouvent dans la pièce.

Cette manifestation d’amour et d’entente se déroule dans un dispensaire de Chabahar, une ville de la province de Sistan et Baluchistan, au sud-est du pays, la région la plus pauvre d’Iran, à la frontière du Pakistan. Deux fois par semaine, les mères y reçoivent des conseils en alimentation et leurs enfants y mangent une nourriture saine et équilibrée.

Le but de ce programme alimentaire local, résultat d’une collaboration entre le Ministère de la santé et la politique intégrée du développement de la petite enfance de l’UNICEF, est d’encourager santé et alimentation au profit des enfants en bas âge vivant dans les régions pauvres.

La pauvreté est en effet une des raisons pour lesquelles 20% des enfants de cette région sont rachitiques.

«Quand je suis venue à ce dispensaire pour faire vacciner mon fils, on m’a dit que je pouvais assister aux cours de nutrition du lundi et du mercredi, explique Sa’emeh, 18 ans, la mère de Hessam. Je trouve cela très utile. Nous avons aussi des séances de travaux pratiques durant lesquelles nous apprenons à cuisiner d’une façon saine et à préparer pour nos enfants une alimentation riche en éléments nutritifs.»

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Des enfants en train de jouer dans une école maternelle rurale, en Iran. De tels établissements apportent des services intégrés pour le développement physique, mental et alimentaire des enfants durant les années cruciales de la petite enfance.

Des écoles maternelles implantées en milieu rural

A quelques kilomètres de la ville, dans un petit village où les séquelles de sept années de sécheresse demeurent visibles, des enfants en vêtements traditionnels aux couleurs chatoyantes sont assis dans une salle, chantant et assemblant des puzzles.

Ces enfants, majoritairement âgés de trois à cinq ans, pourraient très bien jouer à l’extérieur ou courir après leurs chèvres ou encore se trouver chez eux à garder des frères et des sœurs plus jeunes. Mais grâce aux efforts conjoints de l’UNICEF et de la Sécurité Sociale d’Etat, ils peuvent passer leur journée dans les Garderies et Ecoles maternelles rurales (RCCC), y être socialisés et recevoir un enseignement préscolaire.

« Nous sommes si heureuses que nos enfants soient ici, affirme Fatemeh, une mère dont la fille de trois ans se trouve au centre. Avant que ces écoles maternelles rurales ne soient ouvertes ici, nos enfants restaient à la maison jusqu’à l’âge de sept ans. A ce moment,  ils allaient à l’école primaire et un grand nombre d’entre eux avaient du mal à comprendre le farsi. Mais aujourd’hui, ils apprennent beaucoup. »

« Les premières années de la vie d’un enfant sont très importantes et déterminantes, ajoute Saeed Asaei, le Responsable de programme de l’UNICEF. C’est pourquoi un programme intégré pour le développement physique, mental et alimentaire des enfants est considéré comme crucial. »

Possibilité d’accès pour tous les enfants

L’UNICEF a aidé le gouvernement à établir des RCCC dans quatre districts du Sistan et Baluchistan : Nikshahr, Sarbaz, Khash et Chabahar.

L’efficacité des responsables religieux locaux a permis de faire passer le message sur l’importance d’une santé, d’une alimentation et d’un développement meilleurs pour les enfants dans ces centres. Ces responsables ont été particulièrement utiles dans les petites villes et les villages où ils bénéficient de la confiance et du soutien des membres de la communauté.

Le gouvernement iranien maintient 5 000 RCCC dans l’ensemble du pays. Mais l’Iran a plus de 70 000 villages et a besoin de plus de centres. Le but de l’UNICEF est de permettre à tous les enfants iraniens, y compris ceux se trouvant dans les zones rurales les plus isolés, d’avoir accès à des prestations destinées à la petite enfance.


 

 

Vidéo (en anglais)

10 janvier 2007:
Le reportage de la correspondante de l’UNICEF, Sabine Dolan, sur les centres intégrés pour la petite enfance. Ces centres favorisent un développement sain pour les enfants défavorisés du sud-est de l’Iran.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche