En bref : Iran (République islamique d')

En Iran, l’enregistrement des naissances par des unités mobiles ouvrent aux nouveau-nés l’accès à des services clés

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Maryam Dehghani amène son bébé de 20 jours à l’unité mobile qui visite son village pour la déclaration de naissance.

Par Miranda Eeles

HORMOZGAN, Iran, 17 mai 2006 – La province d’Hormozgan, dans le Sud de l’Iran, est une des plus pauvres du pays. Dans les zones rurales, la population vit d’une agriculture de subsistance ou d’artisanat. De nombreux villages situés au coeur des montagnes sont très éloignés de la ville la plus proche; leurs habitants n’ont qu’un accès très limité aux services sociaux ou administratifs comme l’état civil qui leur permettrait d’enregistrer la naissance de leurs enfants.

« Je me rends rarement dans la ville la plus proche car très peu de voitures vont dans cette direction, » raconte Maryam Dehghan, une femme de 29 ans, mère de deux enfants, alors qu’elle donne le sein à son dernier né. « C’est tellement loin et nous n’avons pas l’argent nécessaire pour payer un taxi. »

Alors, 20 jours après la naissance de son bébé Anahita, ce sont les officiers d’état civil qui sont venus à elle pour enregistrer la naissance. Depuis quelques mois, les autorités iraniennes envoient dans les campagnes des équipes mobiles, soutenues par l’UNICEF, afin d’aider les parents comme Maryam à déclarer la naissance de leurs enfants.

« La déclaration de naissance est un acte important, car c’est un facteur crucial pour faire concrétiser d’autres droits comme l’accès à la vaccination, l’accès aux soins de santé et l’accès à l’éducation, » déclare Negar Bayat, Responsable adjoint de projet pour l’UNICEF. « C’est aussi important quand un gouvernement veut protéger les enfants contre les mariages précoces, ou la conscription à un trop jeune âge. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Les membres d’une des unités mobiles iraniennes soutenues par l’UNICEF remplissent des formulaires de déclaration de naissance pour des nouveau-nés.

Garantir les droits de l’enfant

Ce sont les travailleurs des services de santé locaux et les conseils de village qui rapportent les naissances récentes aux officiers d’état civil. Depuis octobre dernier, les unités mobiles ont enregistré plus de 3 000 déclarations de naissance – un progrès énorme par rapport au passé.

« Ce projet d’unités mobiles a été très utile, » déclare Mahmoud Alipour, le Directeur de l’état civil de la province d’Hormozgan. « Aujourd’hui, la plupart des naissances dans la province sont déclarées dans le délai légal de 15 jours. Auparavant, les gens devaient attendre beaucoup plus longtemps. »

Dans certains cas, les naissances ne sont pas déclarées car les couples se sont mariés religieusement mais n’ont pas fait enregistrer leur mariage auprès des autorités civiles. En ce cas, la loi iranienne exige que les deux parents soient présents à la déclaration de naissance. Dans ce contexte, les membres des équipes mobiles agissent comme conseillers et essayent de résoudre les difficultés juridiques qui font obstacle à la déclaration de naissance.

Même dans les villages les plus éloignés, les Iraniens comprennent la valeur d’une déclaration de naissance. Aujourd’hui, grâce au passage de ces équipes mobiles, ils peuvent assurer les droits les plus fondamentaux à leurs enfants.


 

 

Vidéo (en anglais)

17 mai 2006 :
 Le reportage de Miranda Eeles, correspondante de l’UNICEF, sur les unités mobiles qui, en Iran, enregistrent les déclarations de naissance.
VIDEO haut | bas

Journalistes:
Obtenez des vidéos de qualité professionnel chez The Newsmarket

Recherche