Indonésie

De bons résultats obtenus suite aux efforts de l’Indonésie pour faire appliquer la législation sur l’iodation du sel

Image de l'UNICEF: Indonesia, iodine
© UNICEF/NYHQ1996-0643/ Japp
Dans une école primaire de la province de Nusa Tenggara Barat (Indonésie), des enfants regardent leur professeur qui leur montre comment le sel de table tourne au violet quand on le teste avec une solution spéciale. L’objectif est de voir s’il est suffisamment iodé pour empêcher les troubles dus aux carences en iode.

Un nouveau rapport de l’UNICEF « Suivre les progrès de la nutrition dans le domaine de la nutrition de la mère et de l’enfant », affirme que la sous-nutrition joue un rôle dans le tiers des décès des enfants de moins de cinq dans le monde. Voici un des articles sur cette question.

REMBANG, Indonésie, 13 novembre 2009 - Pak Sunandar, un agent de police, est devenu un expert dans un domaine peu habituel pour les représentants de l’ordre : le titrage en iode.

« Je suis déjà habitué à faire cela, » dit-il, en remuant un vase à bec rempli d'un liquide violet. Depuis 2006, M. Sunandar et ses collègues de l'équipe locale de l'application des lois testent le niveau d'iode dans les échantillons de sel en provenance des marchés et des producteurs de sel dans le district de Rembang (Indonésie).

L'iodation universelle du sel

M. Sunandar était l'un des membres fondateurs de l’équipe chargée de lutter contre les troubles dus à la carence en iode à Rembang. L’équipe encourage l'iodation universelle du sel. 

La carence en iode est la principale cause d'arriération mentale et de lésions cérébrales que l’on peut éviter. Son impact est particulièrement dévastateur sur le cerveau du fœtus et des jeunes enfants, lors de leurs premières années de vie. La carence en iode accroît également le risque de mortalité infantile, d’avortement spontané et de mortinatalité.
 
L'UNICEF et un groupe divers de partenariats des secteurs public et privé du monde entier s’efforcent d’éliminer la carence en iode grâce à l'iodation universelle du sel, une action efficace et à faible coût.

Conformité avec les règlements

Dans le district de Rembang, l'UNICEF épaule une vaste campagne d'iodation du sel depuis 2003 avec l'aide des autorités locales, qui ont géré les diverses initiatives visant à accroître la consommation de sel iodé et assurer la conformité du sel avec les règlements d'iodation.

L'un des objectifs clés de la campagne consiste à sensibiliser la collectivité par la voie des médias, la communication interpersonnelle et les tests de routine du sel dans les familles, les écoles et les petits commerces.

Les équipes de volontaires locaux ont joué un rôle considérable dans cet effort. Ils se rendent de maison en maison pour tester les réserves en sel et tenir des réunions mensuelles dans des cliniques de santé pour faire comprendre aux mères l’importance du sel iodé.

Aller à la source

Sous la direction de l'équipe spéciale, le groupe de M. Sunandar attaque le problème du côté de la production, en faisant appliquer la législation locale sur l'iodation obligatoire du sel.

Au début, en 2006, l'équipe confisquait le sel non iodé des fournisseurs qui se trouvaient sur le marché et le remplaçait par du sel iodé. Elle prévenait aussi les vendeurs qu’ils risquaient jusqu’à 5000 dollars d’amende et trois ans de prison s’ils vendaient du sel non iodé.

Cette approche a incité les fournisseurs du district à n’acheter et à ne vendre que du sel iodé sur les marchés de Rembang. Le groupe de travail a également fourni une assistance technique aux producteurs de sel de Rembang et mené régulièrement des tests du sel aux endroits de production - assurant ainsi que les producteurs suivraient les lois locales.

Des résultats clairs

M. Sunandar dit qu'il aime son travail parce qu'il sait que le sel iodé est nécessaire pour la santé et le développement des générations futures de Rembang. Il s'est même rendu dans d'autres provinces afin de conseiller les autorités locales en matière d’application de la loi sur l'iodation du sel. 

Les résultats de l'initiative ont été clairs. L'Enquête socio-économique nationale 2003 a montré que seulement 44 pour cent des ménages de Rembang consommaient de sel iodé. Avant 2007, les chiffres étaient grimpés à 71 pour cent.


 

 

Recherche