Indonésie

Des villages reculés jusqu’aux villes bourdonnantes d’activité : expliquer aux Indonésiens comment lutter contre le VIH

Image de l'UNICEF
© UNICEF Indonésie/2008
Les équipes de sensibilisation au VIH/SIDA de l’UNICEF Indonésie reçoivent un accueil chaleureux de la part des Arfak de Papouasie, en Indonésie

Par Suzanna Dayne

PAPOUASIE OCCIDENTALE, Indonésie, 28 novembre 2008 – C’est avant l’aube qu’une équipe de sensibilisation de l’UNICEF part pour six heures de route cahoteuse à forte pente, pour rejoindre le village reculé d’Imbenti, dans la montagne. L’objectif est d’apporter, à une centaine de familles vivant dans les monts Arfak, en Papouasie occidentale, des informations capitales sur le VIH/SIDA.

Avant, on ne pensait pas que le risque d’infection au VIH était très élevé dans cette petite communauté rurale. Toutefois, beaucoup de jeunes quittent à présent le village pour poursuivre leurs études. Si bien qu’on redoute que ces jeunes ne propagent le virus en revenant chez eux, au cas où ils n’auraient pas été sensibilisés au risque du virus.

« Tous les élèves devraient s’informer sur le VIH/SIDA » dit Anton Wongor, le responsable des Affaires culturelles arfak. « C’est très important pour notre avenir. Nous ne voulons pas que cette maladie se diffuse et tue des Papous, y compris le peuple des monts Arfak. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF Indonésie/2008
Dans un collège madrasa de la partie orientale de Java, des jeunes formés aux problèmes du SIDA apprennent à leurs camarades de classe les dangers du VIH.

Protéger de l’extinction les petites communautés

Lorsque l’équipe de l’UNICEF arrive à Imbenti, elle est accueillie par une danse traditionnelle de bienvenue arfak.

La communauté veut absolument s’informer sur la maladie. Les villageois se rassemblent pour voir une vidéo et écouter une présentation de l’UNICEF et des jeunes mobilisateurs locaux qui ont été formés pour éduquer leurs pairs. Plus tard, les villageois participent à une séance de questions-réponses.

« Que se passe-t-il si une femme est séropositive et devient enceinte, le bébé tombe-t-il malade lui aussi ? », demande Terri, 17 ans.

« Pas nécessairement », réplique Ayi Farida, la responsable VIH/SIDA de l’UNICEF Indonésie. « Si elle est bien soignée, tout au long de sa grossesse et à l’accouchement, par des professionnels de la santé. »

À un monde de distance, un message parallèle

L’UNICEF s’efforce d’apprendre à toutes les populations les dangers du VIH/SIDA, qu’ils se trouvent dans des zones urbaines bourdonnantes d’activité ou dans des communautés rurales éloignées.

À plus de 3000 kilomètres de là, dans un collège madrasa du district de Tulungagung, Java oriental, des élèves apprennent également la dure réalité du VIH/SIDA.

« Le collège est une période de transition où les jeunes s’acheminent vers l’âge adulte, c’est pourquoi il est si important qu’ils s’informent sur des sujets comme le VIH/SIDA », dit le directeur de l’établissement.

À l’école, grâce à un programme soutenu par l’UNICEF, les élèves sont encouragés à penser de façon créative, et, ce qui est le plus important, à poser des questions. Un groupe d’étude a élaboré un jeu de société pour expliquer comment le VIH passait d’une personne à l’autre.

« Le VIH se propage rapidement en Indonésie. Nous, en tant que jeunes, nous sommes la génération de l’avenir, les futurs dirigeants » déclare Rifkotin Na'imah, un dirigeant étudiant. « Si nous rencontrons quelqu’un de séropositif, c’est notre devoir de l’aider. »

Des discussions franches et honnêtes

L’UNICEF soutient en Indonésie une série d’actions concernant le VIH/SIDA, notamment des programmes d’éducation par les pairs, la prévention de la transmission de la mère à l’enfant (PTME). L’UNICEF soutient également les politiques des pouvoirs publics.

Ces programmes donnent les moyens aux jeunes de devenir les catalyseurs d’un véritable changement.

« Vous devez être franc et honnête lorsque vous parlez aux jeunes du VIH/SIDA », déclare Sinung Kristanto, le Chef du bureau de l’UNICEF Indonésie. « Les jeunes sont très intelligents et ils ont le droit d’être informés sur ces maladies. C’est la seule façon d’arrêter l’épidémie. »


 

 

Vidéo (en anglais)

Octobre 2008 :
La correspondante de l’UNICEF, Suzanna Dayne, décrit le programme de diffusion de l’éducation sur le VIH/SIDA de l’UNICEF Indonésie.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Campagne contre le SIDA

  Ce site est uniquement disponible en anglais.
Recherche