Indonésie

Des villageois captent les eaux de pluie afin d’améliorer la santé et l’hygiène près de Yogyakarta, qui a été affecté par le séisme

Image de l'UNICEF
© UNICEF Video
Près de Yogyakarta, en Indonésie, une villageoise s’approvisionne en eau à une nouvelle citerne. Les habitants ont travaillé collectivement pour installer dans chaque logement des systèmes de captage d’eau.

Par Steve Nettleton

Pour la Semaine mondiale de l’eau 2008, qui a lieu du 17 au 23 août, l’UNICEF met l’accent sur l’impact qu’ont sur les enfants les opérations en matière d’eau et d’assainissement. Voici un article à ce sujet, parmi une série d’autres articles.

TLOGAWATU, Indonésie, 18 août 2008 – Sur les pentes orientales du Mont Merapi, un volcan sacré et actif de l’île de Java, des changements sont sur le point de se produire avec l’arrivée des prochaines pluies.

Des hommes venus de partout dans le village de Tlogawatu sont en train de verser du ciment dans un moule cylindrique bleu situé derrière la maison de Paimo, qui habite le village. Cette forme mystérieuse est une citerne pour l’eau de pluie, qui en se remplissant durant la saison humide – ce qui constitue un « captage » – va fournir de l’eau à la famille de Paimo toute l’année.

Avec le soutien de l’UNICEF, la plupart des maisons du village vont bientôt, elles aussi, pouvoir capter l’eau.

« De l’eau à chaque seconde de la journée »

Sur la même route, une autre villageoise, Tutik, prévoit d’utiliser bientôt le nouveau système d’approvisionnement en eau. Jusqu’à présent, Tutik et sa famille dépendaient d’une citerne ouverte où l’eau était souvent sale et inutilisable.

À Tlogawatu, la saison sèche, qui peut durer la moitié de l’année, laisse à sec les puits des villageois et la plupart des autres sources d’eau du pays, ce qui oblige Tutik et la majeure partie de ses voisines à acheter de l’eau acheminée par camion depuis Yogyakarta, plus bas dans la vallée. Pour que son captage d’eau fonctionne, il ne reste plus que quelques ajustements à faire.

« Nous disposons maintenant d’un plus gros volume d’eau stockée, ce qui est meilleur pour l’hygiène et la santé », a indiqué Tutik. « Nous pouvons utiliser de l’eau pour les douches et le lavage. Avant le programme pour l’eau de l’UNICEF, nous ne prenions généralement de douche qu’un jour sur deux et nous ne lavions la vaisselle qu’un jour sur trois. Mais maintenant nous avons de l’eau à chaque seconde de la journée. »

L’eau et l’assainissement en zone sismique

L’installation de ces systèmes de captage se situe dans le cadre des efforts de l’UNICEF en vue d’améliorer l’eau et l’assainissement dans une région encore en période de rétablissement après le séisme majeur de mai 2006.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Video
Outre les 1 100 systèmes de captage d’eau installés pour les communautés sur les pentes du Mont Merapi, l’UNICEF et ses partenaires construisent des latrines, dont celle-ci, conçue pour les handicapés.

En coopération avec l’organisation non gouvernementale Yayasan Karya Mandiri Indonésie, l’UNICEF aide à la construction de plus de 1 100 systèmes de captage, dans trois villages proches de Yogyakarta.

L’UNICEF travaille également avec l’organisation allemande Arche Nova à la fourniture de latrines spéciales, essentiellement pour des enfants souffrant d’un handicap mental et de famille à revenus modestes. Les deux organisations prévoient de fabriquer 90 latrines, dont la plupart seront installées dans le district de Bantul, qui a été durement touché.

L’enseignement de l’hygiène est crucial

Outre ces nouvelles installations, l’UNICEF s’efforce d’enseigner aux habitants de la région de Yogyakarta combien l’hygiène est importante. Farida Nurhanifah anime un cours faisant la promotion de l’hygiène dans le village de Tlogawatu. Elle a souligné qu’il était tout aussi important d’enseigner aux habitants du village la façon de rester en bonne santé que de fournir des infrastructures.

« Dans ce village, le niveau des connaissances en matière d’hygiène est encore faible », a dit Mme Nurhanifah. « Il y a encore des gens qui font leurs besoins dans la rue. Lors de la formation, j’aborde le problème de déféquer aux yeux de tous et aussi celui de recouvrir l’eau stockée dans des récipients. Auparavant, il n’était pas question de recouvrir cette eau. »

En comprenant mieux l’hygiène et en disposant d’eau en permanence, les habitants des villages de montagne surplombant Yogyakarta sont davantage en mesure de prendre en charge leur propre communauté, en ayant moins besoin de la vallée.


 

 

Vidéo (en anglais)

Le correspondant de l’UNICEF, Steve Nettleton, depuis les pentes du Mont Merapi, décrit des projets, appuyés par l’UNICEF, d’approvisionnement en eau salubre et de fourniture d’assainissement aux familles.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche