Indonésie

Pendant la Semaine mondiale de l’allaitement maternel, l’UNICEF forme les mères et les sages-femmes indonésiennes

Image de l'UNICEF
© UNICEF Indonesia/2008/ Purnomo
Dwinta Dyah Larasanti, une sage-femme formée par l’UNICEF, donne un cours pour les femmes enceintes au centre de santé de Sengkol à Nusa Tenggara Ouest, en Indonésie.

Par Suzanna Dayne

Durant la Semaine mondiale de l’allaitement maternel, du 1er au 7 août 2008, l’UNICEF et d’autres organisations mobilisatrices encouragent l’allaitement maternel exclusif durant les six premiers mois de la vie ce qui, selon les spécialistes, pourrait sauver chaque année 1,3 million de vies de bébés.

LOMBOK, Indonésie, 29 juillet 2008 – Il est encore tôt le matin lorsque Dwinta Dyah Larasanti, une sage-femme, part pour le centre de santé local, prête à se battre contre les mauvaises conditions d’allaitement des bébés. Pour cette bataille, l’arme de Dwinta est simple : des informations précises.

Dwinta est l’une des nombreuses sages-femmes récemment formées avec le soutien de l’UNICEF aux moyens d’allaiter correctement les bébés. Aujourd’hui, elle transmet son savoir aux mères de la communauté. Au dispensaire, elle utilise de simples accessoires comme des tableaux à feuilles ou des guides illustrés pour expliquer l’importance de l’allaitement maternel.

« Vous devez donner seulement à vos bébés du lait maternel de la naissance jusqu’à l’âge de six mois. Pas de lait maternisé, pas de nourriture solide. Rien d’autre que le lait de la mère, » explique Dwinta Dyah Larasanti à sa classe. « Même quand vous commencez à sevrer votre enfant, le lait de la mère peut être donné jusqu’à l’âge de deux ans et même au-delà. » 

Les pays en développement souffrent

L’Alliance mondiale en faveur de l’allaitement maternel défend la « référence absolue » de l’allaitement maternel qui consiste en un allaitement au sein immédiat dans l’heure qui suit la naissance et l’allaitement maternel exclusif durant les six premiers mois de la vie avec un allaitement au sein régulier jusqu’à l’âge de deux ans.

En Indonésie, la plupart des mères n’allaitent pas exclusivement au sein leurs bébés durant les six premiers mois de leur vie. Cette tendance peut être observée dans de nombreux pays en développement et elle a des conséquences mortelles.

« Le lait maternel est le premier vaccin de la vie. Il peut protéger les bébés de la diarrhée, de la malnutrition et d’une série de maladies qui peuvent tuer, » affirme le Responsable pour la santé et la malnutrition d’UNICEF Indonésie, le Dr Anne Vincent. « L’UNICEF est à pied d’oeuvre dans des secteurs clés pour accroître la sensibilisation aussi bien parmi les sages-femmes que les mères. Ce programme est plus que jamais nécessaire. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF Indonesia/2008/ Purnomo
Dwinta Dyah Larasanti, une sage-femme formée par l’UNICEF, donne un cours pour les femmes enceintes au centre de santé de Sengkol à Nusa Tenggara Ouest.

Les conséquences d’un mauvais allaitement

A l’hôpital de Praya, sur l’île de Lombok, les effets d’un mauvais allaitement peuvent y être observés sur les visages de nombreux enfants malades.

Arya a près de trois ans et, pesant moins de 6,5 kg, souffre de malnutrition aiguë. Son frère aîné est décédé quand il avait à peu près le même âge. Sa mère Samsuarah admet qu’elle n’a pas allaité correctement au sein ses bébés et les nourrissait avec de l’eau sucrée et du riz.

Ce cas est rare pour cet hôpital de grande renommée qui n’est pas souvent confronté à des cas si extrêmes. Mais il reflète le besoin d’un soutien continu pour toutes les mères et les sages-femmes

Le soutien de la population

Pour faire face à ces défis et pour veiller à ce que des informations correctes sur l’allaitement maternel atteignent autant de mères que possible, des groupes d’entraide et de soutien ont été mis en place à l’échelle des villages de l’île. Nur Hasamin est une bénévole qui a participé à des cours sur l’allaitement maternel au dispensaire local. Elle est également enceinte et impatiente de diffuser ses connaissances sur les moyens corrects d’allaitement à ses voisines.

« Beaucoup de mères sèvrent trop tôt ou pensent que le lait en bouteille est meilleur, » affirme Imansuri Hartini, une sage-femme, qui a aussi remarqué que certains fabricants de lait en poudre et d’aliments artificiels donnent des sommes en liquide aux sages-femmes pour qu’elles fassent la promotion de leurs produits.  

 « Je sais combien l’allaitement maternel est important, alors je ne veux pas faire cela, » ajoute-t-elle. « Je n’ai pas allaité correctement au sein mon premier enfant. Mais je sais ce que je veux faire. Je veux veiller à ce que mon nouveau bébé et tous les bébés de mon village soient en bonne santé et à l’abri. »


 

 

Vidéo (en anglais)

Le reportage de la correspondante de l’UNICEF Suzanna Dayne sur les efforts des sages-femmes formées par l’UNICEF pour encourager l’allaitement maternel dans leurs villages.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche