Indonésie

Distribution de l'aide aux communautés éprouvées par le séisme et le tsunami à Java

Image de l'UNICEF: South Java tsunami child treated in Pangandaran
© UNICEF Indonesia/2006/ Purnomo
Deden, 7 ans, serre son oncle après la destruction de la maison de la famille à Pangandaran, la zone la durement touchée par le tsunami du 17 juillet à Java.

Par Rachel Bonham Carter

NEW YORK, USA, 21 juillet 2006 – Les fournitures d’urgence de l’UNICEF sont en cours de distribution dans les communautés de Java pour aider les habitants à survivre aux conséquences du tsunami qui a ravagé la côté méridionale de cette île indonésienne le 17 juillet, faisant plus de 500 victimes.

Six camions chargés d’aide sont arrivés ans la région moins de 48 heures après la catastrophe, qui a obligé des milliers de personnes à fuir leurs foyers. Les secours, acheminés depuis Yogyakarta, au centre de l’île, comprennent 200 bâches et grandes tentes, une trousse sanitaire (avec médicaments et équipements médicaux), 100 trousses d’hygiène, 24 citernes et 5 000 jerrycans pour le transport d’eau salubre

Cette cargaison permettra de venir en aide à 40 000 personnes.

« Ces tentes et ces bâches vont permettre d’abriter les gens qui ont été déplacés par le tsunami, ce qui est capital, fait valoir Mervyn Fletcher, l’un des responsables de la communication à l’UNICEF. Il ajoute que les enseignements tirés du tremblement de terre, survenu au centre de Java le 27 mai, et du tsunami dans la province d’Aceh en décembre 2004, avaient montré à quel point il était important de fournir de l’eau potable aux familles sans logement.

« Les citernes et les jerrycans de l’UNICEF permettent de stocker de l’eau, ce qui, pour ces gens obligés de fuir leur foyer, revêt une importance vitale », dit M. Fletcher.

Image de l'UNICEF: South Java hygiene kits for tsunami survivors
© UNICEF Indonesia/2006/ Purnomo
Des volontaires déchargent des trousses d’hygiène, au centre de santé de Pangandaran, dans l’Ouest de Java. L’UNICEF y a distribué 1 000 trousses d’hygiène et 5 000 jerrycans pour stocker de l’eau, entre autres fournitures destinées aux rescapés.

Des fournitures acheminées aux communautés de la côte

Neuf membres du personnel de l’UNICEF, sous la direction du Représentant de l’UNICEF en Indonésie Gianfranco Rotigliano, sont maintenant sur place pour évaluer les besoins dans les régions côtières du Sud et de l’Ouest de l’île, les plus éprouvées.

L’UNICEF a mis sur pied un dépôt de distribution à Pangandaran, la station balnéaire proche de l’épicentre du tremblement de terre à l’origine du tsunami. De là, les fournitures sont livrées par camion aux communautés affectées parsemées le long de la côte. 

Le séisme, qui mesurait 7,7 sur l’échelle de Richter, a été suivi de nombreuses répliques. Le tsunami a fait déferler plusieurs vagues de deux mètres de haut qui ont obligé des milliers de personnes à courir chercher un refuge en hauteur. En plus des victimes, plus de 900 personnes ont été blessées et plus de 300 personnes sont toujours portées disparues. La majorité des victimes vivaient dans l’Ouest de Java, selon le Centre national de coordination pour la gestion des catastrophes, un organisme indonésien.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Indonesia/2006/ Purnomo
Blessé par le tsunami le 17 juillet, le petit Adiwijaya, 18 mois, est consolé par sa mère avant d’être soigné à une clinique de Pangandaran.

Priorité au retour dans les foyers en toute sécurité

Des dizaines de milliers de personnes vivent maintenant dans des abris et camps  temporaires, que ce soit parce que leur logement a été détruit par le raz de marée ou parce qu’ils ont peur d’un nouveau tsunami. Tout en déployant des efforts de secours humanitaire, l’UNICEF et ses partenaires s’efforcent d’assurer le retour des familles et des enfants dans de bonnes conditions de sécurité chaque fois que cela est possible.

D’après des estimations préliminaires, le tsunami a détruit environ un millier de logements et plus de 1 500 bateaux de pêche. Il a également gravement endommagé de nombreuses routes et plusieurs ponts. Les moyens d’existence de nombreuses familles ont été bouleversés, surtout pour tous ceux qui vivaient du tourisme à Pangandaran et dans d’autres stations balnéaires, où des centaines d’hôtels, de boutiques et de restaurants ont été détruit ou endommagés.

L’UNICEF travaille maintenant avec le gouvernement pour s’occuper de 27 enfants de la région qui ont été séparés de leurs familles à cause du tsunami, dans le souci de les réunir avec leurs parents dès que possible.

Avec la contribution de Tim Ledwith


 

 

Recherche