Indonésie

Les jeunes rescapés du séisme luttent contre le tétanos

Image de l'UNICEF
© UNICEF vidéo
Dani, 4 ans, a contracté le tétanos après avoir marché sur un clou, alors qu’elle fuyait le séisme dans son village d’Obor, près de Yogyakarta, en Indonésie.

Par Daniel Ziv

YOGYAKARTA, Indonésie, 16 juin 2006 – Dani, 4 ans, reste allongée sur son lit d’hôpital. Elle est faible mais agitée. Avec sa mère, Ibu Gini, elle se trouve ici depuis quatre jours.

Dani et sa famille ont des motifs de fatigue. Leur village, Obor, dans le district de Sleman, près de Yogyakarta, n’est plus qu’un amas de décombres à la suite du violent tremblement de terre du 27 mai. Le père de Dani l’a abritée de son propre corps contre les chutes de briques, mais, en s’enfuyant de la maison qui s’écroulait, la petite Dani a eu la malchance de marcher sur un clou rouillé.

Dans les jours qui ont suivi, elle a eu de fortes fièvres, des crises convulsives et enfin de l’écume à la bouche. Des voisins ont aidé la mère de Dani à transporter la petite fille au dispensaire du village, où les agents sanitaires l’ont immédiatement envoyée dans un hôpital de Yogyakarta. Les médecins ont diagnostiqué le tétanos, une maladie souvent mortelle, si elle n’est pas traitée dès le début et de façon complète.

Dani est l’un des 60 cas de tétanos identifiés jusqu’à présent chez les personnes vivant dans les conditions de vie éprouvantes dont le séisme de Yogyakarta est responsable. Déjà, un tiers des malades atteints sont morts. Les autorités sanitaires locales redoutent une augmentation rapide de ces chiffres.

Un environnement mortel dans les décombres

Le séisme et les destructions qu’il a occasionnées ont créé un environnement favorisant la propagation de la maladie. Les centres de soins étant submergés par les urgences, il arrive souvent que les blessures moins graves restent sans traitement.

Image de l'UNICEF
© UNICEF vidéo
L’UNICEF a commencé à effectuer gratuitement des vaccinations contre le tétanos dans le cadre de sa campagne d’immunisation contre la rougeole, dans les villages du centre de Java.

Par ailleurs, dans un bon nombre de zones affectées par le séisme, la situation concernant l’eau et l’assainissement est mauvaise et des centaines de milliers de rescapés vivent dans des abris provisoires, exposés aux intempéries.

« Dans des catastrophes de l’ampleur du séisme de Yogyakarta, l’urgence médicale est souvent si grande que les plaies sont soignées et pansées à la hâte, sans la stérilisation ou la vaccination appropriées, exposant ainsi les survivants au tétanos », a déclaré le Dr Brian Sriprahastuti, du Programme sanitaire de l’UNICEF.

Diminuer le risque

La malchance a finalement cessé de poursuivre Dani après son admission dans l’hôpital de Bethesda, dans le centre de Yogyakarta. Les médecins et les infirmières sont intervenus rapidement, ont nettoyé la plaie au pied de Dani, lui ont donné des antibiotiques afin de lutter contre l’infection et l’ont vaccinée avec des anticorps permettant de renforcer sa résistance.

Son état s’est rapidement amélioré et elle sera bientôt autorisée à rentrer chez elle. Bien sûr, « chez elle » est une expression dont le sens est relatif dans le Yogyakarta d’après le séisme : la famille de Dani vit à présent sous une bâche en matière plastique, dans l’attente d’une aide supplémentaire qui lui permette de reconstruire sa maison.

La menace d’une grave flambée épidémique de tétanos est prise très au sérieux par les organisations humanitaires intervenant dans la zone affectée par le séisme et par les autorités sanitaires gouvernementales. L’UNICEF dirige les efforts en vue du lancement d’une campagne de sensibilisation, en partenariat avec le Département de la santé de la province.

L’objectif est d’insister sur l’importance de rester immunisé. On se propose aussi d’aider la population à identifier les symptômes du tétanos. L’UNICEF a en outre commencé à effectuer gratuitement des vaccinations contre le tétanos allant de pair avec sa campagne d’immunisation contre la rougeole, dans les villages du centre de Java.


 

 

Vidéo (en anglais)

19 juin 2006:
La correspondante de l’UNICEF, Elizabeth Kiem, décrit la menace de tétanos qui pèse sur les rescapés du séisme en Indonésie.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche