Inde

En Inde, dans l'Uttar Pradesh, des femmes participent au nettoyage des bidonvilles

Marquer la Journée internationale de l'eau 2011

Image de l'UNICEF
© UNICEF Inde/2010/Hellen
Munni Begum appartient à un groupe de 16 bénévoles qui aident au nettoyage de leur quartier et sensibilise ses habitants à une bonne hygiène, à Karulla, un important bidonville du district de Moradabad, dans l'état de l'Uttar Pradesh, au nord de l'Inde.

Par Angela Walker

MORADABAD, Inde, 22 mars 2011 – Des eaux usées non traitées bouillonnent le long des égouts à ciel ouvert qui bordent les allées étroites des bidonvilles de Moradabad, dans l'état de l'Uttar Pradesh, au nord de l'Inde. Des montagnes de déchets nauséabonds s'entassent en hauteur sur des terrains vacants, entourées par des nuées de mouches impatientes qui flottent dans l'air chaud et humide. Des algues d'un vert fluorescent croissent sur des étangs d'eaux fétides.

« Au plus nous sommes près de ces déchets et de cette saleté, au plus nous sommes malades », dit Munni Begum, une femme âgée allongée, pour échapper à la chaleur humide, sur une chaise longue à l'extérieur de sa modeste habitation d'une pièce. 

Autonomisation des femmes

Munni Begum appartient à une équipe de 16 bénévoles d'un groupe d'autonomisation des femmes qui participe au nettoyage de son quartier et sensibilise ses habitants à l'importance de l'hygiène afin de favoriser une bonne santé. 

« Avant le groupe, les choses n'étaient pas bien du tout », dit Munni Begum. « À l'intérieur des maisons, c'était très sale et les rues étaient très sales ». Elle ajoute que le bidonville dépendait de récupérateurs de déchets qui enlevaient les excréments des latrines séchées en les plaçant dans des paniers qu'ils portaient sur leurs têtes.  

« C'est vraiment une chose inhumaine et ce n'est vraiment pas du tout hygiénique parce que, ensuite, ils les déversaient sur la route », a dit Nupur Pande, Responsable de programme du bureau de l'UNICEF en Uttar Pradesh.

Plan d'action orienté vers des résultats

Promouvoir une hygiène correcte fait partie d'un programme ami des enfants en 10 points qu'encourage le groupe de femmes dont les membres sont formées avec l'appui des l'Initiative sociale IKEA – le plus important partenaire caritatif de l'UNICEF – tout cela dans le cadre d'un programme intégré destiné à bâtir un environnement protecteur pour les enfants. Les activités du groupe coïncident aussi avec la Journée mondiale de l'eau 2011 qui est célébrée aujourd'hui en s'axant sur l'eau et l'assainissement dans les zones urbaines.

Sushma Sharma est membre du groupe de femmes depuis qu'il a été créé, en novembre dernier. « Nous nous asseyons ensemble, discutons de nos problèmes et trouvons les solutions », dit-elle.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Inde/2010/Hellen
Des enfants passent devant un égout à ciel ouvert, à Karulla, un quartier de bidonvilles du district de Moradabad, dans l'Uttar Pradesh, en Inde, où les groupes d'autonomisation des femmes formés avec l'appui de l'Initiative sociale IKEA aident au nettoyage du quartier.

Le groupe a dressé une carte des endroits où habitent les familles de la communauté et développé un plan d'action, identifiant chaque problème, sa cause, la solution possible, les rôles et les responsabilités ainsi que les progrès effectués. Des réunions officielles se déroulent deux fois par mois. Les membres du groupe effectuent également des visites dans les maisons.

Par le passé, le groupe de Munni Begum a rencontré des responsables de la localité pour demander que les canalisations exposées à l'air soient nettoyés et que cessent les pots-de-vin. Résultat, des balayeurs viennent chaque semaine et des toilettes adéquates ont été introduites. Le groupe encourage aussi les pratiques hygiéniques simples et rentables comme le lavage correct des mains avec du savon qui peut réduire de façon spectaculaire les infections diarrhéiques et respiratoires, la cause principale de décès chez les enfants en Inde. 

« Une vie meilleure pour mes enfants »

Aujourd'hui, son quartier est « très propre », dit Munni Begum. « Les enfants avaient des ventres gonflés et des mains et des jambes très maigres et cela a beaucoup diminué ».
Les excréments humains sont au centre du défi à relever que représente l'assainissement. Un gramme de matières fécales contient 10 millions de virus, 1 millions de bactéries, 1000 kystes parasitaires et 100 œufs de parasites.

« La bonne santé et une hygiène correcte sont inextricablement liées », dit Adele Khudr, chef de l'un des bureaux de l'UNICEF en Uttar Pradesh, l'État de l'Inde le plus peuplé avec 183 millions d'habitants. « Ces femmes sont en train d'éduquer et d'autonomiser leurs communautés pour s'assurer que de meilleures habitudes d'hygiène sont acceptées et maintenues ».

 Munni Begum dit qu'être membre du groupe a accru son statut dans la communauté. « Je suis très respectée et tout le monde me salue - " salaam " - » dit-elle. « Ma vie est presque finie mais je veux assurer une vie meilleure à mes enfants et à tous les enfants d'ici ».


 

 

Liens

Improving sanitation and hygiene in a slum district of Dhaka, Bangladesh

Journée internationale de l'eau
(lien externe, s'ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Recherche