Inde

Combattre les pressions pour le mariage des jeunes en Inde

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2009-2229/Anita Khemka
Asu Kanwar, 16 ans, à l'intérieur de sa maison. Son mariage à un homme de 40 ans a été décidé il y a deux ans par son père. Avec l'aide de sa mère et des groupes d'entraide locaux, le mariage a été arrêté.

Par Chris Niles

RAJASTHAN, Inde, le 22 janvier 2010 - Quand Asu Kawar avait 13 ans, sa communauté et sa famille ont décidé qu'elle devrait être mariée à un homme deux fois plus âgé qu’elle.
« À l'âge de quatorze ans, les filles se marient d'habitude dans les villages, » dit Jedhu Singh, l'oncle d'Asu.

Bien que ce soit illégal, le mariage d'enfant est commun dans les zones rurales de l'Inde comme le Rajasthan, où les pressions économiques et sociales pour bafouer la loi sont immenses. Plus de cinquante pour cent des filles sont mariées à l'âge de 18 ans. 

« C’était un gros problème »
Quand Asu, avec le soutien de sa mère, a refusé de se marier, sa communauté était extrêmement fâchée. A un point tel qu’une fois plusieurs centaines des villages ont encerclé sa maison afin qu'elle obéisse.

« Ils menaçaient de l'enlever. C'était un grand problème, » raconte M. Singh.

Mais Asu avait quelqu'un avec elle. Durga, un agent de santé du village a convaincu Asu qu'elle n'était pas seule et que sa décision de refuser le premier mariage avait aussi le soutien du gouvernement et de la police. Le travail de Durga consiste à parler avec tous ceux qui planifient un mariage d'enfants.

« Vous ne pouvez pas arrêter le mariage d'enfant tout seuls. Il est nécessaire d’avoir un engagement à tous les niveaux. Je me rends tout d’abord dans la famille, puis chez les voisins, puis les anciens du village et les chefs. Si ce n’est pas suffisant, je me rends chez les représentants du gouvernement. Je continue de grimper dans la hiérarchie au cas où, » explique Durga.

Pour le bien de tous
Les femmes comme Durga sont la clé d'un partenariat entre l'UNICEF et la Commission européenne pour épauler les familles qui décident de ne pas marier leurs filles avant qu’elles aient 18 ans. Le programme aide les gens de Rajasthan à se rendre compte que leur espoir d’une vie meilleure, avec un avenir économique et social prospère, dépend des décisions qu’ils prendront pour leurs filles car, au final, c’est toute la communauté qui en tirera parti. 

« Nous montrons aux autorités indiennes que, en parlant de ces questions, nous ne sommes pas ici pour donner des leçons, mais pour les aider à trouver des solutions, » dit Daniele Smadja. Représentante de la commission européenne en Inde.

Pour aider les gens à comprendre que la fin de ces coutumes sociales préjudiciables présente de grands avantages pour les filles, mais aussi pour la société tout entière, des inspecteurs de la santé publique tiennent régulièrement des réunions communautaires où ils discutent de questions comme  l’éducation des filles et la violence familiale. Les réunions aident les villageois à trouver un terrain d’entente pour en finir avec ces pratiques sociales néfastes. 

Pression des pairs
Asu et sa famille tiennent bon. Bien qu'elle ait reçu une récompense pour son courage par le Président de l'Inde, la famille sent toujours la pression des voisins.

« Ma communauté est en colère contre moi. Elle m'accuse de violer les normes de la communauté. Elle m'accuse d’être sorti de la communauté et de parler au gouvernement, »  dit le père d'Asu, Bhom Singh.

 L'UNICEF et la Commission européenne se sont engagés à soutenir les filles comme Asu, et préparer la voie à un changement permanent de la société. Cela comprend la fourniture d'une alternative au mariage par l’éducation continue des filles et le renforcement des compétences permettant de gagner sa vie.

« C'est toujours un combat pour faire en sorte que la caste accepte les filles qui refusent de se marier. Ce n’est que lorsqu’ Asu aura des compétences et sera donc une femme indépendante, que  j’aurai fini mon travail. Mais il ne fait que commencer, »  dit Indu Chopra, ministre des Femmes et Porte-parole du Développement de l'enfant. 


 

 

Vidéo (en anglais)

Octobre 2009:
Chris Niles, correspondante de l'UNICEF fait un rapport sur le soutien de la Commission européenne concernant des programmes de l'UNICEF pour arrêter en Inde le mariage des enfants.
  VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Partenariat UNICEF-Union européenne

Recherche