Inde

En Inde, une jeune femme écoute son coeur et fait tomber toutes les barrières

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Anita Khushwaha est la première femme à exercer le métier d’apicultrice dans le village indien de Bochaha.

Par Rachel Warden

NEW YORK, Etats-Unis, 30 avril 2007 – Dans un champ bourdonnant d’abeilles, une jeune femme est en train de s’occuper des ruches sans prêter attention aux abeilles qui protègent le miel.  Il s’agit d’Anita Khushwaha, la première femme à exercer la profession d’apicultrice dans un village de l’Inde rurale, Bochaha.

L’apiculture a toujours été considérée comme un travail dangereux convenant seulement aux hommes et aux garçons. Néanmoins, affirme Anita, « j’avais décidé depuis longtemps que si j’allais faire quelque chose, ce serait cela. Je n’ai pas peur des abeilles. Elles sont comme les être humains. Si vous les aimez, elle vous rendent votre affection. »

Tout était contre elle mais elle était bien décidée à en tirer un revenu.

Née dans une famille très pauvre, Anita a appris très tôt dans la vie que l’instruction l’aiderait à survivre. Alors que sa famille voulait qu’elle reste au foyer et s’occupe du troupeau de chèvres, elle l’a convaincue qu’aller à l’école était ce qui lui convenait. « Mes parents ne me soutenaient pas mais, finalement, il m’ont écoutée. »

« La reine des abeilles joue un rôle central »

En aidant d’autres élèves à étudier, Anita gagne un peu d’argent pour payer ses frais de scolarité. Et quand ses parents pensent qu’il est l’heure pour elle de se marier, elle est une nouvelle fois bien déterminée à poursuivre son éducation et à subvenir à ses propres besoins.

« Mes parents m’aiment beaucoup mais ils voulaient m’obliger à me marier, se souvient Anita. Quand ils ont essayé, je me suis arrêtée de manger et ils ont changé d’avis sur mon mariage. »

Anita avait vu des apiculteurs travailler avec leurs ruches et elle désirait en savoir plus. « J’ai fini par apprendre qu’en apiculture,  la reine des abeilles joue un rôle central, explique-t-elle en faisant remarquer qu’au début, elle n’avait pas pu en acheter plus de deux. Aujourd’hui, elle possède 125 reines et 125 ruches qui lui rapportent assez de miel et d’argent pour lui permettre de poursuivre des études dans l’enseignement supérieur.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Anita possède aujourd’hui 125 reines et 125 ruches produisant du miel et lui rapportant un revenu.

Inégalité des sexes dans l’enseignement

Malgré une amélioration majeure du taux d’alphabétisation en Inde au cours de la dernière décennie, le nombre d’enfants non scolarisés reste élevé. L’inégalité des sexes dans l’enseignement persiste, il y a encore bien plus de filles que de garçons qui ne parviennent pas à achever le cycle d’enseignement primaire. 

Dans l’Etat de Bihar, où vit Anita, l’inégalité des sexes est importante; une fille sur six seulement sait lire et écrire.

L’UNICEF, les ONG et les agences d’aide bilatérale se sont alliés au gouvernement pour améliorer les taux d’alphabétisation dans le Bihar et dans les autres Etats ayant le plus grand nombre d’enfants non scolarisés ou ayant abandonné l’école. Leurs efforts portent particulièrement sur les filles des communautés marginalisées ou celles constituées par des minorités, qui ont les taux les plus élevés d’analphabétisme.

Encourager parents et filles

Anita figure parmi celles qui ont été choisies comme « Girl Stars » (« Filles étoiles ») dans le cadre d’une programme bénéficiant du soutien de l’UNICEF et géré par l’ONG « Going to School ».  Le programme produit une série de courts-métrages relatant les cas de filles appartenant à des  communautés défavorisées de cinq Etats du nord du pays; ce sont des filles qui se sont débrouillées, grâce à l’enseignement, à réussir leurs vies et à devenir autonomes.

Les « Girl Stars » sont issues d’un environnement rural ordinaire auquel les filles de leur âge peuvent d’identifier. Le film qui leur est consacré sera utilisé dans les buts suivants :

  • Encourager les parents à s’assurer que leurs filles vont à l’école et n’abandonnent pas leurs études
  • Encourager les filles à fréquenter l’école 
  • Créer une demande au sein de la communauté pour une école de qualité
  • Influencer la politique scolaire et mobiliser des ressources pour l’éducation des filles.

Ayant réussi à faire tomber les barrières sociales et économiques avec son succès dans l’apiculture, Anita sera bientôt diplômée de l’enseignement supérieur. A sa sortie du collège, elle a prévu de devenir assistance sociale afin de pouvoir donner quelque chose en retour à son village dans lequel accéder à l’enseignement n’est pas une chose facile.


 

 

Vidéo (en anglais)

Avril 2007:
le reportage de la correspondante de l’UNICEF Rachel Warden sur Anita Khushwaha, à la fois « Girl Star » et apicultrice de l’Inde rurale.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

UNGEI

Site de l'Initiative des Nations unies pour l'éducation des filles
Recherche