Inde

Un jeune bénévole, dans son travail de sensibilisation au VIH/SIDA, lutte contre l’opprobre entourant cette maladie

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Raguwaran Kandhaswamy, 17 ans, est un jeune bénévole au sein du Positive Living Centre à Kuttupali, Inde.

Par Raguwaran Kandhaswamy

Raguwaran est âgé de 17 ans et il vit dans un village de l’État indien du Tamil Nadu. Son père est mort du SIDA il y a dix ans. Sa mère est séropositive. Ayant été victime, pour cette raison, de l’opprobre et de  la discrimination, Raguwaran a été incité à aider les autres. Ceci l’a conduit à devenir bénévole au sein du Positive Living Centre, une organisation bénéficiant du soutien de l’UNICEF. Voici son histoire :

KUTTUPALI, Inde, 28 octobre 2005 – « Ce fut tout d’abord mon père qui a contracté le VIH. Il était routier et il a eu une liaison extraconjugale. Il a été contaminé par le virus du VIH/SIDA et il en est mort. Deux ans plus tard, ma mère a passé un test de dépistage. Il a révélé qu’elle était séropositive elle aussi.

« En raison de la séropositivité de mes parents, j’ai voulu passer moi-même un test. Je suis allé au dispensaire et le test a donné un résultat négatif.

« J’ai voulu venir en aide à d’autres familles comme la mienne et c’est alors que je suis entré en tant que bénévole au Positive Living Centre ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Raguwaran Kandhaswamy, donne des conseils de prévention aux membres de sa communauté en matière de VIH/SIDA.

Comme bénévole, la première tâche de Raguwaran a été d’apprendre aux membres de la communauté à utiliser le préservatif de façon appropriée et de distribuer des paquets de préservatifs dans la communauté. Cette initiative s’est révélée un succès, car elle a contribué au changement des attitudes et du comportement des gens du secteur de Raguwaran. Il utilise à présent son expérience et sa formation pour inciter d’autres personnes à rechercher un soutien psychologique ou à savoir si elles ont ou non contracté le virus.

« Je travaille avec des groupes de jeunes et avec des jeunes gens, pour accroître la sensibilisation au VIH/SIDA. Je vais chez eux et je leur donne des informations sur le VIH/SIDA. Si une personne a contracté le virus, sa famille peut refuser de lui venir en aide et elle peut être l’objet de discrimination de la part de sa propre communauté.

« Ils ont peur de parler à qui que ce soit et ils craignent même le test de dépistage parce qu’ils appréhendent les résultats. Ils pourraient faire ce test si on leur offrait le soutien psychologique qui convient.

« Le gouvernement devrait s’attacher à développer la sensibilisation dans les écoles et les lycées. Il devrait soigner les personnes séropositives ou malades du SIDA et faire cela rapidement ».


 

 

Vidéo (en anglais)

28 de octubre 2005 :
Raguwaran Kandhaswamy explique les raisons qui l’ont amené à sensibiliser, à titre de bénévole, sa communauté au SIDA.

bas | haut débit
(Real player)

Audio (en anglais)

Raguwaran Kandhaswamy, 17 ans, lutte contre l'épidémie du SIDA après que son père est mort à cause du virus et que sa mère est devenue séropositive.
Recherche