Inde

Apprendre sur la prévention du VIH/SIDA : une leçon pour la vie

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Le programme SALSEP enseigne aux étudiants, en Inde, que le VIH/SIDA n’est pas seulement un problème médical, mais aussi une question de comportement.

Par Rob McBride

MUMBAI, Inde, 26 août 2005 – Dans la salle de classe de la Bombay Scottish School (École écossaise de Bombay) à Mumbai, les enfants chantent avec une passion et une maturité que les adolescents de leur âge sont loin d’avoir. En effet, ils ont appris qu’ils étaient admis dans un cours qui pourrait un jour leur sauver la vie.

Il s’agit du dernier groupe d’élèves appelés à suivre, avec le SALSEP ( the School Adolescence Life Skills Education Programme – Programme d’enseignement des connaissances de la vie quotidienne aux adolescents scolarisés) un cours qui insiste sur l’importance de l’aptitude à la vie quotidienne pour résoudre toute une série de problèmes d’adolescence depuis le sexe jusqu’à l’usage des drogues. Tout ceci est enseigné en mettant l’accent sur la prévention du VIH/SIDA.

« Chacun d’entre nous a le choix”, dit Avni Vasavada, Coordonnateur des ressources de l’école, en résumant l’un des principaux messages. « Ma vie est affectée par mes choix ».

Le SALSEP enseigne aux élèves que le VIH/SIDA n’est pas seulement un problème médical, mais aussi une question de comportement. Notre bien-être dépend essentiellement des décisions que nous prenons.

Un grand nombre de personnes

L’Inde – un pays où un faible pourcentage de la population correspond à un grand nombre de personnes – est au bord de la crise en matière de SIDA. Les estimations pour l’Inde du nombre de personnes séropositives ou malades du SIDA vont de 2,2 millions à 7,6 millions. Les chiffres augmentent de façon régulière. En outre, la moitié environ des nouvelles infections concernent des adolescents et des jeunes âgés de 20  à 29 ans.

Les promoteurs du SALSEP estiment donc qu’il est d’une importance primordiale de toucher la population scolaire. Ils soulignent que le fait d'être au courant de la maladie ne suffit plus et qu’on doit prendre des mesures pour l’éviter. L’UNICEF a apporté son soutien à un bon nombre d’initiatives de la jeunesse lancées dans l’État de Maharashtra ; par ailleurs, l’organisation accorde un appui total au SALSEP.

« Nous devons à présent nous efforcer de toucher, à ce sujet, chaque adolescent se trouvant dans l’État ou dans le pays. Les écoles offrent une opportunité unique », a déclaré le Responsable adjoint du projet, le Docteur Sanjana Bhardwaj, de l’UNICEF.

On espère qu’il pourra y avoir jusqu’à 6 millions d’élèves qui vont suivre ce cours cette année en Inde, mais les organisateurs de la campagne envisagent le jour où toutes les écoles deviendront impliquées. « Si on en parle dans toutes les écoles, les enfants seront bien préparés », a dit Avni Vasavada. « Je pense que les enfants sont partout les mêmes et qu’ils ont à peu près la même vulnérabilité ».

Dans leur classe, à la Bombay Scottish School, les élèves ayant suivi le cours ont achevé la dernière leçon en se livrant à un jeu de rôles, qui les aide à comprendre l’exclusion dont souffrent en Inde, aujourd’hui, ceux qui sont séropositifs ou malades du SIDA. La sensibilisation  des élèves va  beaucoup apporter à une société qui prend peu à peu conscience de l’énorme problème que constitue  le VIH/SIDA.

« Ceci m’a appris qu’il faut donner du courage aux gens atteints par le SIDA », a dit un élève, Ketki Chakradev. « Le courage de vivre, celui d’affronter les autres ».


 

 

Vidéo (en anglais)

26 août 2005 :
Le correspondant de l’UNICEF, Rob McBride, décrit la manière dont les enfants, en Inde, apprennent à lutter contre le VIH/SIDA.

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes:
Obtenez des vidéos de qualité professionnel chez The Newsmarket

Recherche