Inde

Santé et espoir pour les futures mères dans les campagnes de l’Inde

Image de l'UNICEF
© UNICEF/ROSA/Ulrike Gilbert
Une jeune mère à l’hôpital de Baran, Rajasthan, Inde, nouvellement accouchée.

26 mai 2004—Lorsque Shanta, 26 ans, a reçu des soins prénatals durant une visite de routine au centre de santé, personne n’a remarqué que son visage et ses bras étaient enflés. Plus tard, elle a eu de graves complications. Lorsqu’elle est enfin arrivée à l’hôpital le plus proche, c’était trop tard ; elle est morte en donnant le jour à deux jumeaux, qui n’ont survécu que quinze jours. La bouffissure de son visage et de ses bras était un signe d’hypertension, ce qui peut être dangereux pendant la grossesse.

L’histoire de Shanta n’est que trop commune dans les zones rurales de l’Inde où les futures mères courent souvent des risques catastrophiques pendant la grossesse. Ce sont, entre autres, un mauvais état de santé, des accouchements dans de mauvaises conditions d’hygiène à la maison, et un accès insuffisant à des soins de santé de qualité. Une femme meurt toutes les cinq minutes en mettant un enfant au monde. Plus de 100 000 femmes meurent chaque année de complications liées à l’accouchement.

L’UNICEF collabore avec le Gouvernement indien, des partenaires du secteur de la santé et des donateurs pour remédier à cette situation. Le projet « Droit des femmes à la vie et à la santé » vise à s’assurer que les femmes et leurs enfants, notamment dans les communautés les plus pauvres, reçoivent des soins de qualité. Le projet s’efforce de détecter rapidement les risques de santé et de traiter immédiatement les complications liées à la grossesse, grâce à un personnel compétent et qualifié.

Image de l'UNICEF
© UNICEF India/Biswas
Une mère et son enfant à l’hôpital public du district de Ernakulam, Kerala Inde.

Durant les quatre dernières années, des résultats prometteurs ont été enregistrés dans les États du Rajasthan et du Maharashtra. Au Maharashtra, le nombre de bébés nés à l’hôpital a augmenté de 18 à 30 pour cent, tandis que le nombre des accouchements assistés par un personnel qualifié progressait de plus de 30 pour cent dans le district de Baran (Rajasthan). Les communautés ont aussi contribué à ces réussites, en organisant davantage de dons volontaires de sang à utiliser en cas d’urgence obstétrique.

Le projet a réussi à attirer l’attention de responsables influents en Inde. La réduction de la mortalité des mères est devenue non seulement une priorité pour les États, mais aussi une priorité nationale. L’engagement du gouvernement se reflète dans les objectifs de sa Politique démographique nationale et de sa Politique de santé nationale. Les campagnes de plaidoyer et de collecte de fonds sont aujourd’hui plus importantes que jamais.

Les succès remportés par le projet « Droit des femmes à la vie et à la santé » donne un nouvel espoir aux mères. L’objectif est de s’assurer que l’histoire de chaque nouvelle naissance se termine, contrairement à celle de Shanta, par une mère bien suivie qui ramène chez elle un bébé en bonne santé.


 

 

Recherche