Les enfants et le VIH/SIDA

En Zambie, un programme de dépistage et de traitement du VIH pour protéger la vie des enfants

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2009-2345/Nesbitt
Une mère tient son fils de six semaines dans ses bras au Centre médico-social rural Matanda dans le district de Mansa, en Zambie. Le centre fournit un traitement vital aux femmes enceintes vivant avec le VIH et il oeuvre pour éliminer toute nouvelle infection du VIH chez les nourrissons et les enfants.

NEW YORK, États-Unis, 6 mai 2011- La Fête des Mères est célébrée à des dates différentes dans les pays du monde entier, le plus souvent le deuxième dimanche de mai. Mais quels que soient l’endroit ou la date, la journée rend hommage à une forme de dévouement universelle : l’amour d’une mère et sa volonté de se sacrifier pour ses enfants. Voici un exemple de ce dévouement.

Mirriam Chongo vit dans un district rural de la Zambie, en Afrique australe. Quand elle a appris qu'elle était enceinte, elle s’est rendue dans une clinique locale pour une visite prénatale. Les agents de santé l’ont examinée et lui ont administré des tests de routine.

Les examens médicaux sont toujours porteurs d'anxiété. A cette occasion, encore plus pour Mirriam : son test du VIH était positif.

Cette information était cruciale non seulement pour elle, mais aussi pour l'enfant qu'elle portait. Les bébés peuvent être infectés par le VIH pendant la grossesse, la naissance ou l'allaitement. On estime que plus de 1000 bébés continuent de naître avec le VIH chaque jour dans le monde. Faute de traitement, nombre d'entre eux mourront avant leur deuxième anniversaire.

Un programme d’importance capitale

Heureusement, la clinique a fourni à Mirriam un service qui lui a offert l'espoir : un programme pour diminuer les risques d’infection de son bébé.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-2256/Nesbitt
Mirriam Chongo lave son garçon d’un an, Peter, à l’extérieur de leur habitation à Mwamfule, un village du district de Samfya, Zambie.

Le programme fonctionne par l'administration de médicaments antirétroviraux aux mères et aux bébés pendant la période où l'infection est possible, et en apportant un soutien psycho-social aux familles participantes. Les enfants qui reçoivent ce traitement sont testés à intervalles réguliers pour vérifier qu'ils n'ont pas contracté le virus.

Le programme dure du début de la grossesse jusqu’au moment où le nourrisson a été sevré. Il est rigoureux : pour que le traitement marche, Mirriam devait régulièrement voir les agents de santé pour obtenir les médicaments, suivre leurs conseils, se faire faire des contrôles et bien prendre ses médicaments aux horaires prévus. 

Pour Mirriam, la priorité consistait à protéger son enfant à naître de l'infection. Elle s’est donc inscrite au programme, et puis elle a donné naissance à un petit garçon. Elle l'a appelé Pierre.

Malgré les défis auxquels Mirriam et son fils se trouvaient confrontés, ils ont eu plus de chance que bien d’autres mères et leur nouveau-né. Environ 20 pour cent des femmes enceintes dans les pays en développement ne reçoivent pas de soins prénatals, selon les dernières estimations.

Même si on s’aperçoit que ces femmes vivent avec le VIH, elles risquent de ne pas avoir la possibilité de s'inscrire à un programme pour éliminer les nouvelles infections chez les nourrissons, comme Mirriam a pu le faire. En 2009, on estime que seulement 53 pour cent des femmes enceintes vivant avec le VIH dans les pays à revenu faible et intermédiaire ont reçu des médicaments antirétroviraux pour réduire le risque qu’ont leur bébé  de contracter le VIH.

Le gouvernement zambien travaille d’arrache-pied pour dépister le VIH et traiter les gens qui en ont besoin. Mais pour beaucoup, surtout dans les zones rurales, ces services restent hors de portée. Et dans le climat économique actuel, maintenir les services déjà en place s'avère difficile.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-2248/Nesbitt
Peter chez lui à Mwamfule, un village de Zambie. Sa mère a appris qu’elle était séropositive au cours d’une visite médicale prénatale. Grâce à une rapide intervention, le garçonnet n’a pas contracté le VIH.

Le don de la vie

C'est là que chacun de nous peut agir au nom des mères et des bébés. Un cadeau de 60 dollars permettra d'acheter des tests de dépistage du VIH à une cinquantaine de femmes enceintes. Le test ne coûtant qu’un peu plus de 1 dollar, la valeur en termes de vie et de santé dépasse largement le coût. Les cadeaux de ce genre sont idéaux pour la Fête des mères car ils prolongent les sentiments généreux de la maternité pour aider les femmes et enfants dans le besoin.

Mirriam et Peter démontrent l’importance de ces dons. Un an après sa naissance, les derniers tests du petit garçon confirment qu’il n’a pas été infecté par le virus. L’engagement et le dévouement de sa mère portent leurs fruits. Cela aurait été impossible s’il n’y avait pas eu ce test capital lors de la visite prénatale.

Les cadeaux habituels de la Fête des Mères - fleurs, desserts, repas au restaurant - sont certainement agréables, mais le plaisir qu'ils procurent est éphémère. Savoir que le don que l’on fait au nom d’une mère peut en aider des dizaines d'autres, est une joie qui durera pendant des années. En cette Journée  de la Fête des Mères, pensez à faire un don, grâce à l'UNICEF, pour aider les mères et les bébés comme Mirriam et Peter.


 

 

Campagne contre le SIDA

  Ce site est uniquement disponible en anglais.
Recherche