Catastrophe du Raz-de-marée - Pays en crise

Des écoles conviviales, premier pas vers une éducation de qualité dans les campagnes d’Indonésie après le tsunami

Image de l'UNICEF: Indonesia: tsunami recovery
© UNICEF HQ06-1963/Estey
La toute nouvelle école primaire Kampong Baro de Calang en Indonésie, construite après le tsunami, offre des installations améliorées qui la rendent plus conviviale pour les enfants.

Par Edith Johnson

CALANG, Indonésie, décembre 2006 – C’est le premier jour d’école pour les enfants de Kampong Baro, un village de pêcheurs de la côte ouest de l’île de Sumatra. Tôt ce matin, Mourie Yuniar, 10 ans, se prépare et va rejoindre les autres enfants du quartier en route pour leur école toute neuve.

Le tsunami de 2004 a tué près d’un quart de la population de la région, dont le père de Mourie. Les vagues ont balayé les villages situés le long de la côte de Sumatra, laissant derrière elles 40 000 sans-abri.

Deux ans plus tard, les efforts de reconstruction commencent à produire des résultats. Mourie, sa mère et son frère ont récemment emménagé dans une nouvelle maison devant laquelle Mourie a planté des fleurs. Maintenant, elle fréquente la nouvelle école du village.

Image de l'UNICEF: Indonesia: tsunami recovery
© UNICEF HQ06-1963/Estey
Des enfants de l’école primaire Kampong Baro déménagent des meubles de leur ancienne salle de classe provisoire vers la nouvelle.

De nouvelles écoles aux installations améliorées

A mesure que les enfants se rassemblent devant l’école, les rires fusent de plus en plus fort. Depuis un an, ces écoliers ont suivi des cours dans une école temporaire surpeuplée où plusieurs classes étaient fréquemment données dans la même salle.

« Notre nouvelle école est bien mieux, elle est aérée et laisse entrer beaucoup de lumière, dit Mourie. Maintenant, il y a seulement ma classe dans la salle, alors nous ne sommes plus distraits par l’autre groupe qui récite une leçon, ou par l’autre enseignant qui fait sa leçon à sa classe. »

Kampong Baro est l’une des plus de 360 écoles permanentes que l’UNICEF a aidé à construire dans la province d’Aceh et sur l’île de Nias dans le Nord de Sumatra. Ces écoles à construction anti-sismique offrent des installations et des équipements améliorés qui comprennent une alimentation en eau potable, des toilettes séparées pour les filles et les garçons et des locaux accessibles aux handicapés.

Image de l'UNICEF
© UNICEF HQ06-1976/Estey
Des enfants en train d’étudier à la nouvelle école primaire Kampong Baro de Calang, en Indonésie.

L’espoir d’attirer un plus grand nombre d’écoliers

Ces écoles sont également conviviales, mieux adaptées pour les enfants : les poignées de porte sont placées plus bas et les salles de bains ont des lavabos que même les enfants les plus jeunes peuvent atteindre. Ici, même avant le tsunami, les enfants allaient rarement à l’école en raison des combats entre les rebelles séparatistes d’Aceh et l’armée. Aujourd’hui, les enseignants espèrent attirer un plus grand nombre d’enfants dans les salles de classe de ces nouvelles écoles permanentes.

« Nous avons l’intention d’inviter les parents à prendre part plus activement aux activités de l’école, déclare Ibu Salami, un enseignant de l’école primaire Kampong Baro. Avec eux, nous espérons améliorer la qualité de l’éducation et susciter plus d’intérêt pour l’école qu’auparavant. »

Muhammad Ali, le directeur de l’école, ajoute : « Au fur et à mesure que les parents de la région apprendront à connaître l’école, ils auront un plus grand désir d’y envoyer leurs enfants. J’organiserai régulièrement ici des réunions sur l’éducation. Nous voulons devenir une école modèle pour le district. »

Mourie et ses camarades de classe jouissent aujourd’hui d’un droit qu’elles n’avaient pas avant le tsunami – l’accès à une éducation de qualité. Mourie adore les classes de dessin et rêve de devenir enseignante quand elle sera grande.


 

 

Vidéo (en anglais)

Décembre 2006 :
Le reportage de Steve Nettleton, correspondant de l’UNICEF, sur les nouvelles écoles conviviales pour les enfants qui se construisent à Calang en Indonésie, un village ravagé par le tsunami.
 VIDEO haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche