L'UNICEF dans les situations d'urgence

Une aide axée sur l’eau et l’hygiène permet aux familles libanaises de faire face aux conséquences de la guerre

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
L’UNICEF distribue des trousses d’hygiène pour aider les familles à retourner à leur vie quotidienne dans la localité d’El Khiam, ravagée par la guerre, au sud du Liban.

Par Kitty Logan

EL KHIAM, Liban, 25 septembre 2006 – Cette localité frontalière du sud du Liban a été fortement  endommagée au cours du récent conflit entre Israël et le Hezbollah. Pas le moindre bâtiment n’a été laissé intact. Plus de 70% des maisons d’El Khiam ainsi que trois de ses cinq écoles ont été détruites.

Un seul des quatre dispensaires de la localité est opérationnel et, pour assombrir la situation, les sources d’approvisionnement en eau et les usines de traitement d’eau ont aussi été endommagées pendant les hostilités. Un grand laps de temps pourrait d’écouler avant leur remise en état et, pendant ce temps, il n’y a pas d’eau courante. 

La conséquence de cette situation est que, l’hiver approchant, la majorité de la population restante – environ 23 500 personnes – partira probablement pour les villes de Beyrouth ou de Tyr.

Accès plus facile pour l’aide humanitaire

Pour aider à répondre aux besoins en eau, l’UNICEF a installé deux citernes provisoires à El Khiam. Dans la région, l’organisation a aussi envoyé par camions de l’eau en bouteille portant des étiquettes qui mettent en garde contre les risques liés aux munitions non explosées et aux bombes à fragmentation. Celles-ci constituent un grave danger pour les populations civiles, particulièrement les enfants.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
L’eau en bouteille acheminée par camion dans des zones touchées par la guerre comme El Khiam, au Liban, porte des étiquettes qui mettent en garde contre les risques liés aux munitions non explosées.

Depuis que le cessez-le-feu est entré en application dans la région, l’UNICEF a fait parvenir deux millions de litres d’eau aux collectivités du sud du Liban, y compris El Khiam.

«Nous avons maintenant un accès plus facile au sud, explique Christophe Delaude, un responsable UNICEF de la logistique. Avant, nous devions nous déplacer convoi par convoi. Aujourd’hui, nous pouvons nous déplacer camion par camion et accomplir des tâches logistiques plus précises. Nous pouvons séparer les convois, ce que nous ne pouvions pas faire avant. »

Distribution porte-à-porte

Pour permettre aux familles de retourner à leur vie quotidienne, l’UNICEF a organisé la distribution de l’équivalent de deux camions de trousses d’hygiène. Des bénévoles locaux font du porte-à-porte pour remettre les trousses qui contiennent des accessoires essentiels comme du savon, des brosses à dents et des serviettes – la priorité étant donnée à ceux qui ont perdu leur foyer ainsi qu’aux personnes âgées et aux familles ayant de jeunes enfants à charge.

Les trousses sont d’autant plus importantes que les services publics sont désorganisés. Des amas d’ordures, qui n’ont pas été collectées depuis des semaines, se décomposent le long des rues et représentent un risque pour la santé. Et, tandis que certains magasins ont rouvert à El Khiam, de nombreuses personnes qui continuent à subir l’impact économique de la guerre ne peuvent pas acheter ce dont elles ont besoin.

Pendant ce temps, beaucoup d’enfants de la localité sont ravis de voir arriver les trousses d’hygiène, car ils accueillent volontiers tout ce qui peut les distraire de retombées de la guerre.

Avec Sabine Dolan à New York.


 

 

Vidéo (en anglais)

22 septembre 2006 :
Le reportage de la correspondante de l’UNICEF, Sabine Dolan, sur la distribution de trousses d’hygiène dans la localité d’El Khiam, au sud du Liban.

 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche