Catastrophe du Raz-de-marée - Pays en crise

Thaïlande : l’UNICEF approvisionne les écoles en eau salubre

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Les élèves de l’école de Ban Bang Muang disposent maintenant d’un approvisionnement en eau salubre grâce à un système de purification et de filtration de l’eau installé par l’UNICEF.

Par Natthinee Rodraksa

PHANG-NGA, Thaïlande, décembre 2005 – De même que ses camarades d’école, Aye, 11 ans, s’efforce de ne pas prêter attention au soleil brûlant de midi et va participer aux nombreuses activités figurant au programme de la « Journée sportive » de l’école de Ban Bang Muang, la première depuis des années.

Épuisée après une partie de volley-ball,  Aye se rafraîchit en avalant longuement de l’eau potable claire comme le cristal – un besoin élémentaire jusqu’alors refusé aux élèves de l’école, sauf s’ils pouvaient se payer des bouteilles d’eau.

« C’est formidable de disposer maintenant dans notre école, à tout moment, d’eau potable », dit Aye, en prenant un nouveau verre afin d’étancher sa soif. « L’eau du robinet était généralement sale et pleine de rouille, elle avait un goût horrible ».
 
Un réel signe d’espoir après la tragédie

Pour les élèves de Ban Bang Muang, le fait de disposer d’eau potable à l’école montre que les choses s’améliorent vraiment. Dans l’école, 51 élèves ont perdu la vie à cause du raz-de-marée de décembre 2004, et 54 autres ont perdu leurs parents ou leur tuteur. Dans les six provinces frappées par le tsunami, aucune école n’a eu un nombre de victimes aussi élevé.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
L’école de Ban Bang Muang est l’une des 800 écoles des six provinces du sud de la Thaïlande touchées par le raz-de-marée qui bénéficient du soutien de l’UNICEF pour une amélioration de leur approvisionnement en eau.

Avant le raz-de-marée, l’école dépendait pour son eau d’une source souterraine, pompée et stockée dans une vieille citerne construite en 1960. Les élèves qui refusaient de boire cette eau, d’un goût infect, acheminée par tuyau de la citerne à l’école, devaient verser chacun un baht périodiquement pour acheter de l’eau salubre.

« Un baht pourrait sembler peu de choses, mais c’est beaucoup pour certains de mes amis qui sont très pauvres », explique Aye.

Thanit Thippitak, le directeur adjoint de l’école, dit qu’un bon nombre d’élèves souffraient auparavant de maux de ventre et de diarrhées.

« Mais nous ne pouvions pas identifier la cause jusqu’à ce que des inspecteurs de l’eau du Bureau de la santé du district nous disent que la responsable était l’eau sale de l’école », a déclaré Thanit. « Cette eau était contaminée par la rouille ». 

Thanit affirme que la situation a empiré à la suite du raz-de-marée. En effet, après la réouverture de l’école, la demande d’eau a été très importante. Les élèves ainsi que des centaines de membres des équipes humanitaires, qui utilisaient l’école comme base opérationnelle, avaient un très grand besoin d’eau salubre.

Reconstruire en mieux

L’UNICEF a répondu aux besoins de l’école de Ban Buang Muang en l’équipant d’un système de purification et de filtration de l’eau qui assure un approvisionnement en eau salubre presque ininterrompu. Cette école est l’une des 800 écoles des six provinces du sud de la Thaïlande touchées par le raz-de-marée qui bénéficient du soutien de l’UNICEF pour une amélioration de leur approvisionnement en eau.
 
« Auparavant, je ne pouvais jamais me laver les mains avant le repas ni me laver les dents après le repas parce que l’eau était pleine de rouille et sale », dit Aye. « Maintenant, je peux le faire. Et maintenant, je n’ai plus à payer pour de l’eau salubre ».

Thanit déclare que ce système de purification et de filtration de l’eau « est l’aide la plus utile dont l’école ait bénéficié après le raz-de-marée. Vous n’avez qu’à regarder nos élèves : ils sont en meilleure santé, plus heureux et ils apprécient la Journée sportive. Lorsqu’ils sont fatigués et assoiffés ils peuvent boire de l’eau salubre et se rafraîchir avec cette eau. Il est sûr que cela les aide à se rétablir tant physiquement que mentalement, suite au tsunami. »


 

 

Vidéo (en anglais)

Le correspondant de l’UNICEF, Steve Nettleton, décrit la manière dont l’organisation approvisionne les écoles de Thaïlande en eau potable.

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes:
Obtenez des vidéos de qualité professionnel chez The Newsmarket

Recherche