Catastrophe du Raz-de-marée - Pays en crise

Myanmar : les initiatives soutenues par l'UNICEF contribuent à la santé des enfants

Image de l'UNICEF
© UNICEF Myanmar/2005/Thame
Zar Phyu Wint, sage-femme, s’occupe des enfants et des femmes enceintes à A Sin Chaing et dans 10 villages avoisinants touchés par le tsunami au Myanmar.

Par Jason Rush

KYAUK KA LAT, Myanmar, décembre 2005 : une des premières choses que remarque un visiteur à son arrivée dans ce village littoral est le son joyeux de voix enfantines dans l’air salin de la mer, alors qu’ils courent dans les champs verdoyants ou jouent dans des allées poussiéreuses. Bien que Kyauk Ka Lat ait reçu toutes sortes d’aides à la suite du tsunami, la chose la plus appréciée par les résidents est que la santé de leurs enfants soit préservée ; ceci a constitué une priorité de l’UNICEF depuis que cette catastrophe s’est produite. 

Les jours et les semaines qui ont suivi le tsunami, l’UNICEF a veillé à ce que les enfants et leurs familles soient protégés contre les maladies contagieuses et celles d’origine hydrique, qui constituent la menace la plus aiguë qui pèse sur leur santé et leur survie.

Bien que ces objectifs aient été largement atteints, les enfants ont continué à faire face à d’autres menaces, des menaces qui dataient d’avant le tsunami. L’UNICEF continue à soutenir tout un éventail d’activités destinées à préserver la santé et le bien-être des enfants dans les régions touchées par le tsunami. 

« L’UNICEF procure des suppléments de vitamine A aux enfants des communautés touchées par le tsunami pour les préserver de la cécité et des infections », indique Khin Moe Moe Aung, employé de l’UNICEF, « et les enfants des écoles primaires reçoivent des médicaments vermifuges pour les protéger contre ces parasites qui peuvent contribuer à leur sous-alimentation et nuire à leur croissance ».

L’UNICEF fournit la plus grande partie des capsules de vitamine A au Myanmar, et seulement cette année, plus de 5 millions d’enfants de 6 mois à 5 ans en ont reçu. L’UNICEF soutient également les efforts contre les maladies transmises par les vers, à l’intention des enfants de 2 à 9 ans. Il a aussi fourni cette année 70 millions de comprimés de folate de fer à 350 000 femmes enceintes dans tout le Myanmar.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Myanmar/2005/Thame
Les enfants reçoivent des comprimés de vermifuge à Phone Daw Pyae, dans le delta d’Ayeyarwaddy au Myanmar.

Éducation santé

« Donner aux femmes enceintes des comprimés de folate de fer leur offre une protection contre l’anémie, condition qui peut se solder par une insuffisance de poids chez les enfants et des complications à la naissance », indique Khin Moe Moe Aung.

Des sages-femmes auxiliaires formées par l’UNICEF supervisent l’administration de ces programmes dans les communautés touchées par le tsunami, et surveillent l’évolution de l’état de santé des enfants et des femmes enceintes dans les villages où elles travaillent.

La sage-femme auxiliaire Zar Phyu Wint effectue régulièrement des visites au domicile à A Sin Chaing et dans 10 autres villages avoisinants touchés par le tsunami afin de dispenser des soins prénataux aux femmes enceintes. Elle parle aux femmes des bienfaits de la vitamine A, d’une nutrition équilibrée et de bons soins prénataux, et essaie de s’assurer que les enfants reçoivent les nutriments qu’il leur faut pour grandir et s’épanouir. 

« Une fois que les enfants commencent à manger d’autres aliments, il est important qu’ils consomment beaucoup de fruits et de légumes verts et jaunes, et qu’ils prennent des suppléments de vitamine A », dit-elle à un groupe de mères. « Ceci va permettre de s’assurer que leur croissance sera bonne, que la résistance de leur organisme à la maladie sera renforcée, et qu’ils seront préservés de problèmes oculaires ».

« En plus de l’assistance sanitaire qu’il fournit, l’UNICEF a équipé les écoles des régions touchées par le tsunami de pompes et de réservoirs à eau, et les élèves et leurs familles ont désormais accès à de l’eau propre », indique Khin Moe Moe Aung, une employée de l l’UNICEF

« À présent, davantage de familles utilisent aussi des latrines hygiéniques grâce à l’aide de l’UNICEF, et l’éducation sur l’hygiène financée par l’UNICEF est dispensée aux élèves des écoles. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF Myanmar/2005/Thame
Des enfants de Phone Daw Pyae, dans le delta d’Ayeyarwaddy au Myanmar, boivent à un robinet d’eau potable installé par l’UNICEF après le tsunami.

L’approche triangulée de l’UNICEF

Les élèves de l’école primaire de Daw Pyae ont appris une chanson joyeuse et entraînante sur les bonnes pratiques d’hygiène. Leurs voix résonnent contre les murs de béton de l’école alors qu’ils la chantent en faisant mine de se laver les mains et le visage. 

« Maintenant que les élèves peuvent commencer à se servir de latrines convenables construites grâce à l’aide de l’UNICEF, il nous est beaucoup plus facile de leur enseigner ce qu’est une bonne hygiène », dit Win Win Pyone, qui enseigne à l’école primaire de Phone Daw Pyae.

Zin Phyo Khine, qui est en troisième année du primaire, a bien retenu les leçons. « Il faut que nos latrines soient inaccessibles aux mouches, que nous mangions des aliments propres et que nous nous lavions les mains après être allés aux toilettes pour ne pas attraper la diarrhée », dit-elle. 

Par une « approche triangulée » (fournir aux enfants des soins médicaux et des nutriments essentiels ainsi que de l’eau potable et des installations sanitaires propres) et en aidant les enfants à apprendre à faire eux-mêmes des choses qui leur permettent de protéger leur santé, l’UNICEF travaille en collaboration avec les communautés touchées par le tsunami pour aider leurs enfants à rester en bonne santé. 

Les difficultés sont grandes. Le Myanmar reste un des pays qui ont les taux de mortalité infantile les plus élevés de l’Asie du Sud-Est. De nombreuses familles demeurant dans des régions côtières éloignées continuent être privés d’accès à des soins médicaux fiables et à d’autres services sociaux de base pour leurs enfants. L’UNICEF et ses partenaires travaillent ensemble pour toucher un plus grand nombre de ces enfants défavorisés, non seulement dans les régions frappées par le tsunami, mais aussi dans tout le Myanmar, et leur fournir les soins de santé et services sociaux de base qui leur font défaut.


 

 

Vidéo (en anglais)

La correspondante de l’UNICEF Rachel Bonham Carter rend compte du travail effectué par l’organisation pour aider à préserver la santé des enfants du Myanmar touchés par le tsunami. 

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes:
Obtenez des vidéos de qualité professionnel chez The Newsmarket.

Recherche