Catastrophe du Raz-de-marée - Pays en crise

La « génération tsunami » tente de retrouver une vie normale

Image de l'UNICEF
© UNICEF Sri Lanka/2005/Thomas
Des enfants s’amusent dans un camp de secours d’urgence proche de Galle.

GALLE, Sri Lanka, 15 mars 2005 – Dans un camp de secours d’urgence du district de Galle, dans le Sri Lanka méridional, des enfants jouent sur des balançoires et sur un manège. D’une tente toute proche s’échappent des rires, des chants et les cris d’un autre groupe. Ce camp de secours abrite à présent 62 familles venant d’une communauté de pêcheurs et de commerçants des environs.

Suraji Kumarawaduge, 10 ans, indique qu’elle souhaite faire des études et devenir professeur de danse. « J’ai pensé que je n’aurais plus cette chance lorsque nous avons été frappés par le raz de marée. Mais à présent, je suis heureuse de jouer avec d’autres enfants et d’être en mesure de partager nos réflexions et nos soucis », dit Suraji avec confiance. Avec d’autres enfants du camp, elle vient de suivre une autre séance de soutien psychosocial avec de jeunes médecins qui lui apprennent des techniques permettant de faire face aux difficultés.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Sri Lanka/2005/Thomas
Suraji Kumarawaduge, 10 ans, a dit à sa famille de courir alors que la vague du tsunami se rapprochait du rivage, près de leur maison

Suraji jouait dans le jardin lorsqu’elle a entendu le bruit terrible de la « lame de fond ». Immédiatement, elle a alerté sa mère, la prévenant de la catastrophe imminente. Ainsi, la famille a pu courir vers un emplacement situé plus en hauteur et ils ont eu la vie sauve.

Trois mois après le raz-de-marée, qui a causé la mort de 30 000 personnes au Sri Lanka, le programme de soutien psychosocial aide au rétablissement des enfants de Galle. L’UNICEF épaule ces efforts.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Sri Lanka/2005/Thomas
Une jeune rescapée participe à un programme de soutien psychosocial appuyé par l’UNICEF. Le programme s’appuie sur des jeux et chansons afin d’aider les enfants à surmonter leur traumatisme causé par le tsunami.

Des douzaines de jeunes médecins, récemment diplômés et fortement motivés, tels que Deepani Jasinghe, qui a 28 ans, ont entrepris cette initiative. Deepani dit combien elle est heureuse d’aider les rescapés : « Nous établissons des rapports entre les enfants; nous suscitons des amitiés; nous incitons les enfants à aider d’autres enfants. Auparavant, les petits enfants étaient dépendants des parents, des adultes. Ici, les enfants aident les enfants. On leur apprend à être des survivants », dit-elle, en désignant du doigt des enfants qui jouent et s’amusent. « De cette manière, les enfants aident aussi leurs parents à se rétablir ».

Ce programme utilise la thérapie par le jeu et d’autres activités pour orienter le rétablissement des enfants en les aidant à retrouver leur enfance. Il s’agit, par nature, de l’un des principaux objectifs de l’UNICEF, qui est d’aider des milliers d’enfants, ayant subi de graves dommages, à reconstruire leur vie.

 

 

 

 


 

 

Vidéo (en anglais)

16 mars 2005 :
Rob McBride correspondant de l'UNICEF fait son rapport sur l'aide fourni aux enfants souffrant de trauma au Sri Lanka

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes :
Obtenez des vidéos de qualité professionnel chez The Newsmarket

Vidéo (en anglais)

Mars 2005:
Ted Chaiban, représentant de l'UNICEF au Sri Lanka parle de comment les donations faites à l'UNICEF ont étés utilisés pour aider les enfants.

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes :
Obtenez des vidéos de qualité professionnel chez The Newsmarket

Liens sur le tsunami

Recherche