Catastrophe du Raz-de-marée - Pays en crise

La riposte internationale est formidable mais de nombreux besoins urgents restent à satisfaire

Image de l'UNICEF
Dan Toole inspecte les kits « école en boîte »

NEW YORK, 20 janvier 2005 - De hauts responsables de l’UNICEF, Dan Toole et Charles Lyons, ont visité le Sri Lanka afin de superviser la distribution de fournitures d’urgence à la suite du tsunami.

Le Sri Lanka a été l’un des pays les plus gravement touchés par le tsunami de décembre et plus de 437.000 personnes restent sans abri. La moitié d’entre elles vivent encore dans des camps provisoires. Maintenant que la phase des premiers secours est terminée, il faut s’appliquer à ce que les enfants retrouvent dès que possible une vie normale.

La catastrophe a endommagé ou détruit quatre-vingt-quinze écoles, si bien que l’UNICEF met l’accent sur le « recommencer à apprendre » plutôt que sur le « retour à l’école ». L’UNICEF a fourni 500 kits « écoles en boîte », que 40,000 enfants pourront utiliser. Ceci leur permettra de continuer leurs études même s’ils ne disposent pas encore d’une véritable salle de classe.

Des jeux et du sport interviennent également dans le processus de guérison.

« Des enfants qui sortent d’une crise ont besoin de retourner à une vie normale. Une des façons les plus simples d’y parvenir est de leur donner des jeux, des ballons de football ou, ici au Sri Lanka, une batte de cricket. Ces objets aident les enfants à parler entre eux de ce qu’ils ont vu et à retrouver le côté normal de la vie qu’ils ont perdu en raison du tsunami », a déclaré Dan Toole, le directeur du Bureau des programmes d’urgence

La réponse généreuse et rapide des donateurs internationaux a permis de sauver des vies, a dit Charles Lyons, le président du Fonds américain pour l’UNICEF. Il est étonnant qu’aucun enfant ne soit mort de causes évitables au bout de trois semaines » a-t-il déclaré. « On ne signale pas de décès dus à la rougeole, ni au choléra. »

Toutefois, bien que des approvisionnements pour l’eau et l’assainissement soient parvenus au Sri Lanka, le besoin d’abris et d’eau salubre reste « d’une urgence absolue » a-t-il dit.

L’UNICEF a prévenu que l’assainissement était devenu un problème crucial en raison du grand nombre de personnes vivant dans des camps et des abris provisoires partout dans la région de l’Océan indien.


 

 

Vidéo (en anglais)

20 janvier 2005 :
De hauts responsables de l’UNICEF regardent comment s’opèrent les distributions de fournitures de secours

bas | haut débit
(Real player)

Liens sur le tsunami

Recherche