Catastrophe du Raz-de-marée - Pays en crise

Témoins de la catastrophe en Inde

Image de l'UNICEF
© UNICEF India/2004
P.T. Sesharadri, un employé de l’UNICEF, surveille le chargement de citernes sur un camion à Chennai.

CHENNAI, Inde, 27 décembre 2004 – Le sud de l’Inde a été très éprouvé par un tremblement de terre d’une magnitude de 9 ce week-end et par les tsunamis qu’il a déclenchés  et qui ont semé la désolation dans neuf pays de l’Asie méridionale.

L’Etat indien de Tamil Nadu, au sud du pays, a été le plus affecté par les raz-de-marée.

Des camps de secours ont été mis sur pied pour les dizaines de milliers de survivants qui ont dû fuir leurs foyers ces deux derniers jours. Les bureaux de l’UNICEF en Inde travaillent 24h sur 24 pour venir en aide aux rescapés. A Delhi, des vivres ont été apportés pour être distribués aux victimes.

L’UNICEF est sur le point d’acheminer par avion de vastes quantités de sels de réhydratation orale (SRO), deux millions de comprimés de halazone et des millions de comprimés de chlorine pour purifier l’eau. Dans l’Etat de Tamil Nadu, l’UNICEF a acheté de grandes citernes qui seront acheminés dans quelques-uns des 70 camps de secours mis sur pied dans la zone côtière.

Lundi, des camions chargés de ces citernes attendues avec impatience par les rescapés se sont mis en route vers les districts les plus éprouvés.

« La priorité, c’est d’assurer aux familles qui sont arrivées dans les camps de l’eau de boisson propre, » a dit M. Kalesh Kumar, responsable des fournitures à l’UNICEF. « Cela veut dire qu’il faut que ces citernes soient installées dans ces camps le plus vite possible et qu’il faut distribuer les comprimés de purification de l’eau et les SRO. Cela évitera d’alourdir le bilan de cette catastrophe, et c’est là notre priorité en ce moment. »

La Chef du programme pour l’eau, l’environnement et l’assainissement en Inde, Lisette Burgers, était sur le terrain, près de la ville de Chennai, pour évaluer la situation.

« La zone la plus touchée, c’est la bande côtière de villages pêcheurs, où les gens survivent au bord de la pauvreté. J’ai parlé à des mères qui cherchent désespérément leurs enfants mais ne peuvent se payer  un billet d’autobus pour les villages d’à-côté, a dit Mme Burgers, Nous allons devoir, c’est certain, nous concentrer sur l’eau et l’hygiène, et j’ai vu beaucoup d’enfants qui semblent traumatisés ».

L’UNICEF travaille de concert avec ses institutions partenaires et le Gouvernement pour apporter une aide indispensable aux rescapés de la catastrophe.

On estime à plusieurs centaines – sinon milliers – le nombre d’enfants indiens tués par cette catastrophe naturelle. Un bilan précis n’est pas encre disponible.


 

 

Audio (en anglais)

27 décembre : La Chef du programme de l’UNICEF pour l’eau, l’environnement et l’assainissement en Inde décrit la catastrophe sur le terrain à l’extérieur de Chennai (Inde).

Liens sur le tsunami

Recherche