Haïti

Petit-Goâve, une ville d’Haïti ravagée par le tremblement de terre de 2010, se relève et reconstruit son réseau d’alimentation en eau potable

Par Thomas Nybo

PETIT-GOÂVE, Haïti, 13 décembre 2012 – Le violent tremblement de terre qui a frappé Haïti en 2010 a détruit le réseau d’alimentation en eau de Petit-Goâve, une ville côtière proche de l'épicentre du séisme.

Le reportage du correspondant de l’UNICEF, Thomas Nybo, sur la reconstruction des canalisations d’eau et la restauration du réseau d’alimentation en eau dans la ville frappée par le séisme de 2010.  Regarder dans RealPlayer

 

Les tuyaux en fer vieillissants qui acheminaient l'eau douce des montagnes à la ville ont été irrémédiablement endommagés. Il s’est avéré impossible de boucher les fuites des tuyaux, car d’innombrables maisons ont été construites sur ce réseau parcourant la ville entière.

Un nouveau système d’adduction d’eau

Maintenant, grâce à un effort mené par l’UNICEF en collaboration avec la Croix-Rouge française,  le système d’alimentation en eau a été reconstruit avec de nouveaux tuyaux et des nouvelles mesures de sécurité visant à atténuer les risques de pénurie d’eau à l’avenir. Les tuyaux qui courent sous les rues sont maintenant connectés entre eux par un système de joints en caoutchouc plus résistants aux effets des tremblements de terre.

L’une des bénéficiaires, Tayet Rousseau, est une mère de trois enfants qui a perdu son petit commerce, entièrement détruit par le tremblement de terre.

Sur le devant de sa modeste maison proche du centre-ville, Tayet Rousseau dispose désormais d’un robinet d'eau qui lui délivre une eau propre et salubre. Elle explique que le système fonctionne mieux qu’avant le tremblement de terre.

« Avant, c’était un gros problème, il y avait régulièrement des pénuries d’eau, dit-elle. On était habitués à se passer d’eau pendant trois jours. C’était difficile et cela nous empêchait de faire beaucoup de nos activités. »

Les nouvelles mesures de sécurité en place

Le nouveau système, comme l’ancien, commence à la source – dans les montagnes qui dominent la ville. Au milieu des collines couvertes d’une forêt verte, une puissante rivière fournit un réservoir d’eau claire.

Image de l'UNICEF
© UNICEF VIDEO
Le réseau d’alimentation en eau de Petit-Goâve a été reconstruit avec de nouveaux tuyaux et en incorporant de nouvelles mesures de sécurité, grâce aux efforts de l’UNICEF et de la Croix-Rouge française.

La Croix-Rouge française a installé de nouveau tuyaux et a construit, là où c’était nécessaire, des barrières pour contrôler l'érosion et les glissements de boue.

L’eau est acheminée vers une station centrale, où elle est traitée au chlore contre le choléra et d'autres maladies. Elle est ensuite distribuée dans toute la ville.

Des compteurs mesurent le débit. L’eau peut être coupée et détournée vers les différentes zones afin de prévenir les longues pénuries d’eau et de sécuriser le système lors des réparations. Cette mesure de sécurité n’existait pas dans le vieux système.

Un effort durable

Sébastien Renou est un ingénieur de la Croix-Rouge française. Il travaille sur le projet depuis son début. Alors qu’il marche dans la ville pour inspecter le nouveau système, il est félicité en créole haïtien par les habitants qui apprécient le nouveau système et la détermination de Sébastien Renou à le voir aboutir.

« Nous devons protéger ce qui existe et qui est très vieux,  dit-il. C’est le principal objectif de la Croix-Rouge française. Le second but est la qualité. Nous devons protéger les sources et les réservoirs d’eau, et traiter l’eau pour fournir une eau potable.»

Le projet ne fait pas qu’approvisionner les habitants de Petit-Goâve en eau de source propre et salubre, mais leur fournit également du travail. Une bonne part des travaux est assurée par la Direction Nationale de l'Eau Potable et de l'Assainissement (DINEPA), qui contrôle aussi le projet.

Ce projet est un exemple des efforts durables effectués par les Haïtiens pour les Haïtiens. Dans ce cas précis, les bénéficiaires sont les 70 000 habitants de la zone de Petit-Goâve qui peuvent désormais compter sur un accès fiable à une eau propre et salubre.


 

 

Recherche