Haïti

Des élèves haïtiens diffusent le message pour le lavage des mains, une mesure cruciale pour lutter contre la maladie

FRECHOU, Haïti, 16 octobre 2012 – Dans ce petit village de montagne aux alentours de Port-au-Prince, la mère de Derilus a failli mourir du choléra l’année dernière.

Vidéo (en anglais) : En Haïti frappé par le choléra, la sensibilisation aux bénéfices du lavage des mains sauve des vies. Un reportage du correspondant de l’UNICEF Thomas Nybo.  Regarder dans RealPlayer

 

Depuis lors, le jeune adolescent de 14 ans a appris combien il était simple fait de se laver les mains au savon pour se protéger lui et sa famille du choléra  et d’autres infections.

« Attraper de tels germes est vraiment grave », dit-il à un visiteur de son école.

La nouvelle école est propre, c’est un nouveau départ

L’école de Derilus a été détruite par le tremblement de terre dévastateur de 2010. À la place, l’UNICEF a construit une nouvelle école, avec de nouvelles latrines et des lavabos pour se laver les mains au savon.

On a appris aux élèves que se laver les mains au savon est le moyen le plus efficace de réduire les possibilités de tomber malade à cause des diarrhées.  C’est aussi une mesure d’hygiène essentielle dans la lutte contre  choléra, qui a affecté Haïti.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Video
Des enfants participant à la Journée mondiale du lavage des mains en Haïti. Pendant un mois et demi des manifestations vont avoir lieu dans les camps, aux alentours, dans les centres résidentiels pour enfants, et les centres de santé.

La Journée mondiale du lavage des mains et au delà

Pour célébrer la Journée mondiale du lavage des mains, Delirius et son école ont accueilli un événement auquel participaient des Hauts représentants du Gouvernement et du personnel de l'UNICEF, et du représentant de l'UNICEF en Haïti, Édouard Beigbeder.

« Cette école est désormais pourvue d'excellents équipements sanitaires, aussi aujourd'hui les élèves ont la possibilité de se laver les mains au savon, et ils bénéficieront d'activités de promotion de l'hygiène, de façon à ce qu'ils puissent mieux se prémunir contre les maladies contagieuses comme le choléra », explique Édouard Beigbeder.

Pour Haïti, la Journée mondiale du lavage des mains est bien plus qu'une journée d'action. Au cours des 45 prochains jours, des activités comme l'événement à l'école de delirius vont avoir lieu dans tout le pays.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Video
Derilus, 14 ans , a appris combien il était simple fait de se laver les mains au savon pour se protéger lui et sa famille du choléra et d’autres infections.

La camagne est conduite par le Ministère de la santé publique et de la population et le Ministère de l'éducation nationale et de la formation professionnelle et la DINEPA l'organisme chargé de l'eau et de l'assainissement, avec le soutien de plus de 4 ONG internationales et de quelque 30 organisations communautaires.

Des démonstrations de lavage des mains sont produites dans les camps et ses environs, les centres résidentiels pour enfants et les centres de santé.

Le message est souvent véhiculé jusqu'à la maison par les enfants et transmis aux parents.

« Dès que je rentre à la maison, j'explique à mes parents de se laver les mains avant de faire quoi que ce soit, tout particulièrement avant de manger », raconte Delirius. « Si vous voulez éviter d'attraper le choléra, lavez-vous les mains au savon ».

 


 

 

Recherche