Haïti

Haïti, avec le soutien de l’UNICEF et de partenaires, démarre des efforts intenses pour améliorer la santé des enfants

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-2643/LeMoyne
Un agent de santé administre un vaccine à un bébé, tenu par sa mère, à Rivière Froide, un village de montagne des environs de Port-au-Prince.

Par Suzanne Suh

PORT-AU-PRINCE, Haïti, 22 mai 2012 – Le Ministère haïtien de la santé publique et de la population a accéléré ses efforts de vaccination à travers le pays, grâce à l’intensification d’un plus vaste ensemble d’activités mettant en avant la santé des enfants. Ces interventions sont soutenues par l’UNICEF et ses partenaires nationaux et internationaux, dont l’Organisation Panaméricaine de la Santé/Organisation mondiale de la Santé (OPS/OMS), la Banque interaméricaine de développement (BID), et le Centre pour le contrôle et la prévention de la maladie (CDC).

Les activités qui comprenaient une campagne de vaccination, associée à une supplémentation en vitamine A et un déparasitage, ont débuté le 21 avril, en ciblant près de 2,5 millions d’enfants âgés de 9 ans et moins.

Depuis 2008, les efforts pour vacciner contre les maladies infantiles mortelles, comme la polio et la rougeole, ont touché seulement 60 pour cent des enfants haïtiens. Pour corriger cela, l’accent à été mis sur l’intensification des activités dans les régions reculées dans un effort pour atteindre les enfants ayant le plus besoin d’être vaccinés. L’objectif ultime était d’atteindre 95 pour cent de couverture vaccinale sur l’ensemble du pays.

Un effort communautaire

Au Centre de santé Sainte-Anne à  Perrin, dans le Département du Sud, il y a foule malgré les pluies des jours derniers qui ont rendu les routes difficilement praticables. Un effort de mobilisation sociale à grande échelle, recourant aux médias locaux, bannières, affiches, brochures, crieurs de rue et discussions de sensibilisation en vis-à-vis, a encouragé les parents des communautés environnantes à amener leurs enfants.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2011-2059/Dormino
Un enfant reçoit une dose de vaccin polio oral dans une clinique administrée par la Fondation pour le développement de la famille haïtienne, un partenaire de l’UNICEF, à Canapé Vert, un quartier de Port-au-Prince.

Sokaicha, 10 mois, s’agite dans les bras de sa mère qui l’a amenée pour la faire vacciner pour la première fois. Sokaicha a reçu un vaccin qui la protège contre la rubéole, la polio et la rougeole. Elle a aussi reçu une dose de vitamine A et  des pilules pour le déparasitage.

La vitamine A stimule le système immunitaire et prévient la cécité chez l’enfant. On estime que la déficience en vitamine A prend la vie de 670 000 enfants de moins de cinq ans chaque année dans le monde, et provoque la cécité chez approximativement 350 000 enfants dans les pays en développement chaque année. Des comprimés pour le déparasitage fournissent un traitement efficace contre différents vers, ce qui aide à prévenir la malnutrition et les diarrhées, les principales causes de mortalité infantile.

La mère de Sokaicha, Constant Christa, 38 ans, explique que ces deux autres enfants ont déjà été vaccinés. « Dès que j’ai appris qu’avaient lieu ces activités à forte intensité, je me suis précipitée au centre de santé parce que je sais que la vaccination protège les enfants contre la maladie », dit-elle.

L’infirmière en charge du centre de santé de Camp Perrin, Yolène Léonard, dit que les gens étaient déterminés à se faire vacciner.

« La pluie a beaucoup compliqué les choses », continue Yolène Léonard. « Mais les gens font beaucoup d’efforts malgré toute cette pluie. Il apportent des parapluies ou couvrent leurs enfants avec des couvertures ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2011-2059/Dormino
Un agent de santé administre un vaccin contre la polio à un enfant en pleurs, tenu par sa mère, dans une clinique de Canapé Vert, un quartier de Port-au-Prince.

Renforcer le soutien

Pour atteindre les zones les plus reculées, les équipes de vaccination visitent aussi les écoles afin d’y vacciner les enfants. Certaines équipes marchent pendant des heures pour parvenir aux sites élevés en montagne ou en bas dans les vallées.

« Parfois nous devons marcher pendant plus de deux heures pour atteindre les postes de vaccination. Mais c’est notre devoir de protéger les enfants contre les maladies. Mieux vaut prévenir que guérir », affirme l’agent de vaccination Dieuseul Pierre du Département de la Grande-Anse.

L’UNICEF a fourni 100 pour cent des besoins en vitamine A des activités à forte intensité. L’UNICEF a aussi financé tous les matériels destinés aux programmes de mobilisation sociale et apporté son soutien à la logistique de la campagne de vaccination, comme la supervision, les vaccins, les seringues, les réfrigérateurs et les carnets de vaccination.

« L’objectif de l’UNICEF est d’aider les mères, et les familles à comprendre qu’elles doivent protéger leurs enfants. Tous les enfants doivent être vaccinés », affirme la représentante de l’UNICEF en Haïti, Françoise Gruloos-Ackermans. « En protégeant les enfants d’Haïti nous protégeons la région. En protégeant la région nous protégeons le monde ».


 

 

Recherche