Haïti

Carnet de route : la lutte contre la traite des enfants à la frontière d'Haïti

Image de l'UNICEF
© UNICEF/Haïti/2011/Palayret
Gallianne Palayret, Chargée de la protection de l'enfance à la frontière, poreuse, entre Haïti et la République dominicaine où de nombreux enfants font l'objet d'un trafic ou qu'ils franchissent volontairement pour trouver du travail.

Gallianne Palayret est Chargée de la protection de l'enfance à l'UNICEF Haïti et son travail est axé sur la protection des enfants contre la traite entre Haïti et la République dominicaine. Au mois de janvier dernier, elle a effectué une visite auprès de deux points de passage licites de la frontière haïtienne et de plusieurs autres illicites afin d'évaluer la protection apportée sur place aux enfants.

Par Gallianne Palayret

PORT-AU-Prince, Haïti, 16 février 2011 – Il est huit heures du matin. Nous les premiers à arriver au lieu de rendez-vous, à Ouanaminthe, le point de passage le plus au nord entre Haïti et la République dominicaine, pour une patrouille aux points de passage illicites. Cette patrouille a été organisée par la Brigade de protection des mineurs (BPM) d'Haïti de la police nationale haïtienne (PNH) qui est appuyée par l'UNICEF. Malheureusement, ces patrouilles ne se déroulent pas tous les jours. Un nombre restreint de policiers à la frontière doivent faire face à d'innombrables situations urgentes et la prévention de la traite des enfants n'est pas toujours une priorité.  

Quarante-cinq minutes plus tard, sur une mauvaise route, nous arrêtons la voiture et continuons à nous avancer sur un étroit chemin qui mène à un des points de passage illicites entre Haïti et la République dominicaine. Ce point de passage est une petite rivière presque à sec, très facile à traverser.

« Je connais ce chemin, les trafiquants l'utilisent souvent », dit un policier de Capotille qui nous accompagne.

L’UNICEF apporte son soutien

De tels points de passage illicites existent par douzaines. Ils sont situés à proximité des points licites et ne peuvent pas être tous surveillés vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept. Mais des patrouilles improvisées comme celles-ci peuvent être très efficaces. Elles perturbent les trafiquants en leur faisant craindre d'être pris, ce qui rend leur travail plus difficile. L'UNICEF se consacre à augmenter le nombre et la fréquence de ces patrouilles grâce à son soutien apporté à la Brigade de protection des mineurs (BPM).

Image de l'UNICEF
© UNICEF/Haïti/2011/Palayret
La MINUSTAH, la mission de maintien de la paix des Nations Unies en Haïti, la police de l'ONU et Heartland Alliance se sont joints à la Brigade de protection des mineurs de la police haïtienne appuyée par l'UNICEF lors d'une patrouille à des points de passage illicites.

Plus tard dans la journée, nous rencontrons deux enfants qui ont été découverts abandonnés à la frontière il y a plusieurs jours et qui ont été secourus par une famille du village. Malheureusement, la famille est trop pauvre pour s'occuper de ces deux enfants. Marie, 8 ans, et sont frère Francisco, 4 ans, voyageaient avec un homme. Il a eu peur quand une femme du village l'a aperçu en train d'essayer de franchir la frontière. Il s'est enfui, abandonnant les deux enfants.

A Ouanaminthe, l'UNICEF épaule un refuge. Les Soeurs Saint-Jean, qui le dirigent, ouvrent leurs portes et leurs cœurs aux enfants qui sont victimes de la traite et attendent d'être réunis avec leurs familles ou d'être placés dans un centre d'accueil. C'est l'endroit où nous avons conduit Marie et Francisco. Quelques jouets, de nouveaux amis et, après, un grand plat de nourriture, et ils ont retrouvé leur sourire et le côté ludique de leur enfance.

Les enfants traversent la frontière

Nous avons quitté Ouanaminthe le matin suivant sans savoir exactement ce que nous trouverions. Quarante kilomètres au sud du point frontalier Ouanaminthe/Dajabon, sur le côté dominicain se trouve la localité de Restauración. C'est là où s'arrête le macadam et où commence la route non goudronnée; les maisons et les jardins dominicains pittoresques sont remplacés par des habitations précaires avec des affiches sur les murs pour le premier tour des élections haïtiennes et les gens commencent à parler créole. Sur le côté droit de la route se trouve Haïti et sur le côté gauche, vous être en République dominicaine : nous avons traversé la frontière sans même le remarquer.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/Haiti/2011/Palayret
Entre mai et décembre 2010, la Brigade de protection des mineurs a empêché 1 437 enfants dépourvus de papiers en règle de traverser la frontière entre Haïti et la République dominicaine à Belladere. Ceci est quatre à cinq fois plus élevé que le nombre d'enfants interceptés à n'importe quel autre point de passage de la frontière entre les deux pays.

Le village de Ti Lory n'apparaît sur aucune carte. Il semble avoir été oublié par l'aide humanitaire internationale et nationale mais les enfants y sont tout aussi vulnérables.

« Ici, les gens ont parfois jusqu'à 15 enfants. Ils sont trop pauvres pour les envoyer à l'école où même les nourrir », explique le maire de Ti Lory. Il insiste pour que l'UNICEF revienne prochainement pour les aider à offrir une vie meilleure à leurs enfants.

Entre mai et décembre 2010, la Brigade de protection des mineurs (BPM) a arrêté 1437 enfants dépourvus de papiers en règle en train d'essayer de traverser la frontière entre Haïti et la République dominicaine à Belladere. C'est quatre à cinq fois plus que le nombre d'enfants interceptés à n'importe quel autre point frontalier entre les deux pays.

Inconscients des risques

Dans les montagnes, à 18 kilomètres de Belladere, le village de Baptiste est un exemple. Ici, la population plantait du cacao mais avec l'érosion des sols et la baisse brutale des cours du cacao, beaucoup de gens se sont retrouvés sans emploi. Quand nous-mêmes et nos partenaires de Heartland Alliance sommes arrivés dans le village pour mener une opération de sensibilisation à la traite des enfants, les gens nous ont observés avec curiosité. Ils ne sont pas habitués à avoir des visites et une petite foule s'est rassemblée autour de nous.

Des animateurs ont commencé à parler des droits de l'enfant et de la nécessité pour les enfants de grandir au sein d'une famille. Ils ont fait remarquer les risques que prennent les enfants quand ils traversent la frontière.

« Les garçons et les filles haïtiens emmenés en République dominicaine finissent souvent par tomber dans la prostitution ou par mendier dans les rues ou encore par être traités comme des esclaves dans les maisons. Certains sont obligés de passer de la drogue ou des armes », explique un animateur du nom de Nicolas.

Il ajoute : « Qui a un ou plusieurs enfants en République dominicaine ? » 

Une minute de silence précède l'instant où se lèvent quelques mains. Des gens admettent timidement qu'ils envoient leurs enfants en République dominicaine. La foule devient plus animée. Les gens disent qu'ils n'ont pas conscience des risques qu'ils ont pris pour leurs enfants en les envoyant de l'autre côté de la frontière ; ils pensaient qu'ils leur donnaient une chance d'avoir une vie meilleure.


 

 

Séisme en Haïti


Reportage photo : un espoir fragile pour les enfants d'Haïti 
(en anglais)

"Enfants d'Haïti : un an après  des secours à la reconstruction : un long parcours" [PDF]

En Haïti, un centre de santé appuyé par l'UNICEF offre prise en charge et traitement aux femmes séropositives au VIH
 avec vidéo

Des stars du basketball se rendent dans un centre de malnutrition appuyé par l'UNICEF en Haïti

Haïti est la première destination humanitaire du nouvel Ambassadeur UNICEF d'Irlande, Rory McIlroy

Communiqué de presse :
Un an après le séisme, il est impératif de mettre en place des services de base pour les enfants d'Haïti

L'UNICEF soutient la reconstruction d'écoles en Haïti

Pour les enfants d'Haïti, des opérations de secours au redressement : un chemin difficile
avec vidéo

L'histoire de Jean : en Haïti, la foi d'une adolescente dans l'éducation est source d'espoir
 avec vidéo

À la frontière haïtienne, du personnel de l'UNICEF participe à la lutte contre la traite des enfants
 avec vidéo

Carnet de route : la lutte contre la traite des enfants à la frontière d'Haïti

Un centre d'accueil résidentiel fournit un refuge aux enfants des rues de Cap-Haitien
avec vidéo

À la frontière haïtienne, l'UNICEF et ses partenaires s'efforcent de protéger les enfants vulnérables
avec vidéo

En Haïti, l'histoire de Christian : un garçon qui récupère tout ce qui peut l'être et reste optimiste, suite au séisme
 avec vidéo

Les spécialistes de la logistique de l'UNICEF font parvenir des compléments alimentaires aux enfants haïtiens
avec vidéo

Toutes les histoires sur le séisme en Haïti

Recherche