Haïti

Un an après le tremblement de terre, les parents et les enseignants aident les enfants d'Haïti à faire face à leur infortune

Il y a un an, le tremblement de terre en Haïti

Image de l'UNICEF
© UNICEF Haiti/2010/McBride
Mackintosh Fran (à gauche) et Freddy (à droite), avec leur père, Jean André Durvier. Depuis le séisme Jean André et ses garçons ont survécu grâce à la générosité d'amis et au soutien de la communauté scolaire. Un an après, les enfants Durvier vont en classe dans une école provisoire construite près des ruines de leur ancienne école, l'école primaire Dei Gloria qui a été expertisée. On y construira 5 salles de classe semi-permanentes et des sanitaires destinés à remplacer la classe provisoire.

En Haïti, un an après, les enfants tentent toujours de se remettre des effets prolongés du tremblement de terre du 12 janvier 2010. Voici un reportage faisant partie d'une série d'articles consacrés au long chemin qui mène des opérations de secours jusqu'au redressement.

Par Tania McBride

PORT-AU-PRINCE, Haiti, 4 January 2011 – Like many people in Haiti, Jean Andre Durvier can’t forget the moment the earthquake struck Port-au-Prince. Under the shade tarp at the back of the tiny Dalmas 33 Dei Gloria primary school – a temporary facility that his two sons attend – Mr. Durvier speaks softly amidst the constant roar of traffic in the capital, Port-au-Prince.

« Sur un coup de tête j'avais décidé, à 16h15, le jour du tremblement de terre, d'aller chercher Mackintosh et Freddy à l'école, » se souvient-il. « Je travaille chez moi comme mécanicien et l'école se trouve à 15 minutes de là ».

 Jean-André Durvier, qui, avant le tremblement de terre, était veuf, fait une pause pour réfléchir et s'éclaircir la voix. « À 16h52, alors que je m'engageais dans le portail », poursuit-il. « J'ai senti que la voiture chavirait et était tirée. Je ne savais pas ce qui était en train de se passer. Juste sous les yeux de mes enfants, notre maison s'est effondrée.

Pour les enfants, voir quelque chose comme ça, c'était trop dur ».

Redonner à la vie un cours normal

La routine scolaire a été indispensable à Mackintosh Durvier et à son jeune frère Freddy pour rétablir dans leur vie un semblant de normalité.

« Ils sont avec leurs amis, qui sont énormément importants, et ils peuvent étudier. Il vaut bien mieux qu'ils soient à l'école plutôt qu'à la maison entourés des souvenirs du 12 janvier, ou dans les camps, ce qui n'est pas le type d'environnement que des enfants devraient connaître pendant très longtemps », explique  la directrice de l'école, Elizabeth Myrtha Hyppolite.

Jean-André pense aussi que la vie sous une tente ne convient pas aux enfants. « Ils ont dû faire face à beaucoup de choses cette année et ils posent d'innombrables questions ».

Besoin de stabilité

« Tellement de choses se sont produites cette année. Ils me demandent ce qui est en train de se passer en Haïti, d'abord avec le tremblement de terre, ensuite avec l'ouragan et maintenant avec le choléra. Ils se sentent déboussolés », explique Jean-André. « Je suis leur père et je suis la personne principale de leur vie. Je dois les aider à garder un bon moral et leur stabilité, spécialement maintenant. Je dois être leur point d'attache ».  

A ses paroles, Elizabeth Myrtha Hyppolite acquiesce d'un signe de la tête. Elle a recommencé l'école quelques jours après la destruction par le tremblement de terre du bâtiment officiel où elle avait travaillé pendant tant d'années. Elle est d'accord sur le fait que les parents représentent la toute première source de soutien. Cependant, elle est persuadée que la communauté scolaire offre aussi un lieu où les enfants peuvent trouver une certaine normalité, loin d'une vie quotidienne chaotique. Récemment, des ingénieurs du bâtiment de l'UNICEF ont expertisé le site où se trouve l'école en vue de la construction de cinq salles de classe semi-permanentes. La structure comprendra aussi des sanitaires. 

Mécanismes de soutien affaiblis

Alors que l'environnement physique  peut être modifié et réparé, les cicatrices que portent les enfants d'Haïti ne disparaîtront pas en une nuit. « Les parents ne devraient pas non plus être oubliés, ils souffrent aussi », avertit Elizabeth Myrtha Hyppolite. « Il est difficile pour les enfants de survivre; leurs parents n'ont simplement parfois pas l'argent pour les nourrir ou subvenir à leurs besoins comme ils le faisaient auparavant ».

Jean-André hoche la tête en signe d'assentiment. « Je pense à cela tous les jours. Je vis au jour le jour, dépendant de la générosité d'amis et de la famille et du peu de travail que je peux avoir ». Ses yeux s'emplissent de larmes. « C'est ma responsabilité de les protéger et de subvenir à leurs besoins, c'est très difficile ».  


 

 

Séisme en Haïti


Reportage photo : un espoir fragile pour les enfants d'Haïti 
(en anglais)

"Enfants d'Haïti : un an après  des secours à la reconstruction : un long parcours" [PDF]

En Haïti, un centre de santé appuyé par l'UNICEF offre prise en charge et traitement aux femmes séropositives au VIH
 avec vidéo

Des stars du basketball se rendent dans un centre de malnutrition appuyé par l'UNICEF en Haïti

Haïti est la première destination humanitaire du nouvel Ambassadeur UNICEF d'Irlande, Rory McIlroy

Communiqué de presse :
Un an après le séisme, il est impératif de mettre en place des services de base pour les enfants d'Haïti

L'UNICEF soutient la reconstruction d'écoles en Haïti

Pour les enfants d'Haïti, des opérations de secours au redressement : un chemin difficile
avec vidéo

L'histoire de Jean : en Haïti, la foi d'une adolescente dans l'éducation est source d'espoir
 avec vidéo

À la frontière haïtienne, du personnel de l'UNICEF participe à la lutte contre la traite des enfants
 avec vidéo

Carnet de route : la lutte contre la traite des enfants à la frontière d'Haïti

Un centre d'accueil résidentiel fournit un refuge aux enfants des rues de Cap-Haitien
avec vidéo

À la frontière haïtienne, l'UNICEF et ses partenaires s'efforcent de protéger les enfants vulnérables
avec vidéo

En Haïti, l'histoire de Christian : un garçon qui récupère tout ce qui peut l'être et reste optimiste, suite au séisme
 avec vidéo

Les spécialistes de la logistique de l'UNICEF font parvenir des compléments alimentaires aux enfants haïtiens
avec vidéo

Toutes les histoires sur le séisme en Haïti

Recherche