Haïti

L'UNICEF se prépare pour une possible épidémie de choléra à Port-au-Prince

Image de l'UNICEF
© UNICEF Video
Une équipe DINEPA à moto teste les niveaux de chlore à un point de distribution d'eau transportée par camion, à Port au Prince.

Par Sabine Dolan

PORT-AU-PRINCE, Haïti, 27 octobre 2010 - Tandis que des actions pour contenir l'épidémie de choléra sont en cours dans les zones affectées de l'Artibonite, l'UNICEF avec ses partenaires se prépare pour une flambée possible de la maladie dans la capitale haïtienne, Port-au-Prince.

L'accès à une eau saine est ici la priorité des efforts de préparation, ainsi que la chloration à grande échelle des sources d'eau  qui est intensifiée.

« La chloration de l'eau demeure la mesure de contrôle la plus efficace des maladies bactériennes hydriques et les niveaux ont été augmentés de deux à trois fois pour les approvisionnements en eau transportés par camion vers les sites dans les secteurs affectés par le tremblement de terre , » explique  Mark Henderson, le Chef de la section Eau, assainissement et hygiène de l’UNICEF.

La chloration et l'Hygiène sont essentielles

L'UNICEF et la DINEPA (Direction nationale de l’Eau potable et de l’assainissement ont fourni des kits de test du chlore pour faciliter le chloration des puits et autres sources d'eau principales. En attendant, des équipes DINEPA à moto, et responsables de l'évaluation de la qualité d'eau aux points de distribution de l'eau transportée par camion, ont circulé à travers la zone métropolitaine. Jusqu'ici elles ont évalué plus de 150 points d'eau dont plus de la moitié montraient un besoin accru de chloration.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Haiti/2010/Marco Dormino
La promotion de l'hygiène est essentielle, ici un enfant se lave les mains pendant une activité éducative dans un camp de réfugiés de Port-au-Prince.

De plus, l'UNICEF et la DINEPA ont commandé des Comprimés AQUATABS pour la purification  de l'eau qui seront distribués à 1000 points d'eau privés, 300 fontaines publiques et 300 emplacements à pompe manuelle. En tout, il est prévu de distribuer 12 millions de comprimés d'AQUATABS chaque semaine jusqu'à la fin de l'épidémie.

La promotion de l'hygiène est aussi en tête des priorités à l'ordre du jour pour aider à protéger les enfants et leurs familles vivant dans des zones vulnérables et insalubres. En collaboration avec le ministère de la Santé, l'UNICEF et ses partenaires ont aidé à définir des messages d'information spécifiques sur le choléra ; ceux-ci sont utilisés comme l'un des moyens de sensibilisation au choléra dans le cadrees campagnes de prévention qui seront diffusées à la radio et menéees dans des camps et autres communautés affectées. L'UNICEF forme actuellement des partenaires au traitement du choléra et à la promotion de l'hygiène en général.

Apprendre à gérer une épidémie

Le secteur de la santé joue aussi un rôle essentiel dans cette crise, fétablissant des structures différentes pour aider à combattre une flambée possible de maladie. Pour les personnes souffrant de diarrhée, des stations de réhydratation orale de proximité fourniront des soins 24 heures sur 24. De plus, des centres d'accès intermédiaires opéreront dans des structures de santé existantes ou tout autre type d'espace identifié. Les centres de traitement du choléra seront disponibles pour ceux qui nécessiteront une hospitalisation.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Video
Beaucoup des taudis de Haïti et des cités de toile souffrent de très des mauvaises conditions d'hygiène.

Pendant ce temps, dans les camps surpeuplés et insalubres de Port-au-Prince, la crainte d'une épidémie de choléra n'a cessé de grandir, et les gens expriment leur angoisse sur des lignes téléphoniques ouvertes 24 heures sur 24 et où ils reçoivent des conseils sur la nécessité de se laver les mains régulièrement ainsi que d'autres mesures de prévention.

Pour l'instant, cinq cas de choléra ont été confirmés à Port-au-Prince. Toutefois, chacun de ces cas concerne des individus qui avaient voyagé en provenance de la vallée de l'Artibonite et ils ne sont pas significatifs d'une diffusion de l'épidémie puisqu'ils ne représentent pas un nouveau foyer source d'infection.


 

 

Recherche