Haïti

Les activités sportives remontent le moral des jeunes après le tremblement de terre en Haïti

Par MP Nunan

PORT-AU-PRINCE, Haïti, 29 septembre 2010 - Simeon Kenson, 15 ans, a beaucoup de soucis.

VIDÉO (en anglais) : 14 septembre 2010 – Le correspondant de l’UNICEF MP Nunan fait le point sur les programmes sportifs offerts aux jeunes après le tremblement de terre en Haïti  Regarder dans RealPlayer

 

Il a peur de ne pas pouvoir retourner à l’école en octobre de l’année prochaine car il ne sait pas si sa famille aura l’argent pour lui payer ses études.

Il a peur que quelqu’un de mal intentionné ne pénètre dans la tente où il vit avec sa tante, dans le camp de Mais Gate à Port-au-Prince. C’est l’une des nombreuses « villes-tentes » qui ont surgi à la suite du séisme qui a frappé Haïti en janvier 2010.

Enfin, il a peur qu’il y ait un autre tremblement de terre. « Je ne veux vraiment pas retourner dans notre maison, dit Simeon. Ils disent que la terre sera détruite en 2012, alors je ne sais pas quoi faire. »

Fournir un exutoire

Mais il y a une chose sur laquelle Simeon peut compter : participer aux activités sportives organisées par le Comité olympique haïtien (COH) dans le camp. Partenaire de l’UNICEF, le COH dirige des programmes sportifs similaires dans 52 camps aux environs de Port-au-Prince, auxquels près de 36 000 enfants participent tous les jours.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
En partenariat avec le Comité olympique haïtien, l’UNICEF propose des activités sportives à près de 36 000 enfants dans 52 camps pour personnes déplacées à la suite du séisme qui a frappé Haïti.

À Mais Gate, en l’espace d’une matinée, on peut voir les enfants apprendre à bloquer leur adversaire en basket, exécuter des coups de pied en karaté, jouer au handball et participer à un jeu qui consiste à courir pour ramasser des cônes en plastique orange. Cela ressemble à un cours d’éducation physique à l’école primaire.

Le programme du COH fournit ainsi un exutoire important pour les enfants qui sont préoccupés comme Simeon. Simeon est un enfant parmi les 1,3 million de personnes que l’UNICEF estime avoir été déplacées à la suite du séisme.

« C’est une façon pour eux d’oublier »

« Après le tremblement de terre, la situation était très tendue, » a déclaré Stephane Rebu, assistant du coordonnateur des programmes du COH. « En discutant avec les enfants, nous nous sommes rendu compte qu’ils aimaient vraiment ce programme car c’est une façon pour eux d’oublier ce qui s’est passé. Et d’oublier la situation dans laquelle ils se trouvent actuellement. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Simeon Kenson, 15 ans, est l’un des nombreux enfants haïtiens qui participent tous les jours au programme sportif dans le camp de Mais Gate.

Et leur situation est pour eux un défi de tous les jours. Par exemple, il y a des fuites dans beaucoup de tentes, ce qui constitue une préoccupation majeure car la saison des ouragans va bientôt s’abattre sur cette population insulaire des Caraïbes.

La représentante de l’UNICEF en Haïti, Françoise Gruloos-Ackerman, affirme que les enfants peuvent être sensibles à des changements plus subtils dus au séisme, tels que l’interruption de leur sentiment communautaire. Mais c’est un problème que le sport aide à résoudre.

Tisser de nouveaux liens

Le sport permet de « rassembler tous les enfants dans les camps,» a dit Mme Françoise Gruloos-Ackerman. Ces enfants ne se connaissent pas entre eux, et ils ont tout perdu, leur école, leurs camarades. Ils doivent donc tisser de nouveaux liens et le sport est un bon moyen de les y aider. »

Lorsqu’on lui demande ce qu’il ferait si les programmes sportifs n’existaient pas à Mais Gate, Simeon hausse les épaules. « Je resterai ici parce que je n’ai nulle part où aller. Heureusement, dès que les moniteurs du COH arrivent le matin, je viens ici pour jouer avec eux. »


 

 

Séisme en Haïti


Reportage photo : un espoir fragile pour les enfants d'Haïti 
(en anglais)

"Enfants d'Haïti : un an après  des secours à la reconstruction : un long parcours" [PDF]

En Haïti, un centre de santé appuyé par l'UNICEF offre prise en charge et traitement aux femmes séropositives au VIH
 avec vidéo

Des stars du basketball se rendent dans un centre de malnutrition appuyé par l'UNICEF en Haïti

Haïti est la première destination humanitaire du nouvel Ambassadeur UNICEF d'Irlande, Rory McIlroy

Communiqué de presse :
Un an après le séisme, il est impératif de mettre en place des services de base pour les enfants d'Haïti

L'UNICEF soutient la reconstruction d'écoles en Haïti

Pour les enfants d'Haïti, des opérations de secours au redressement : un chemin difficile
avec vidéo

L'histoire de Jean : en Haïti, la foi d'une adolescente dans l'éducation est source d'espoir
 avec vidéo

À la frontière haïtienne, du personnel de l'UNICEF participe à la lutte contre la traite des enfants
 avec vidéo

Carnet de route : la lutte contre la traite des enfants à la frontière d'Haïti

Un centre d'accueil résidentiel fournit un refuge aux enfants des rues de Cap-Haitien
avec vidéo

À la frontière haïtienne, l'UNICEF et ses partenaires s'efforcent de protéger les enfants vulnérables
avec vidéo

En Haïti, l'histoire de Christian : un garçon qui récupère tout ce qui peut l'être et reste optimiste, suite au séisme
 avec vidéo

Les spécialistes de la logistique de l'UNICEF font parvenir des compléments alimentaires aux enfants haïtiens
avec vidéo

Toutes les histoires sur le séisme en Haïti

Recherche