Haïti

Dans l'Haïti de l'après-séisme, l'UNICEF protège les mères et les nouveau-nés du VIH et du SIDA

L'histoire de Jeanne

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2010/Ramoneda
Après une brève interruption à la suite du tremblement de terre, « Jeanne » a pu continuer à recevoir son traitement antirétroviral pendant qu'elle était enceinte de sa fille Marie, ici peu après sa naissance.

Par Antonia Paradela

PORT-AU-PRINCE, Haïti, 30 juin 2010 – Jeanne (son nom a été modifié) regarde tendrement son bébé, une fille du nom de Marie, et recouvre soigneusement son lit avec une moustiquaire. Dans la chaleur de l'après-midi, elle est assise dans le salon de la maison d'un parent, à Port-au-Prince, la capitale haïtienne. Pour Jeanne, la naissance de Marie, en mai, a été un événement extraordinaire.

Quand le tremblement de terre s'est ici produit, en janvier, la jeune femme, âgée de 28 ans, était enceinte et recevait un traitement antirétroviral (ARV) dans un dispensaire appuyé par l'UNICEF. Jeanne savait depuis des années qu'elle était séropositive. Elle avait soigneusement organisé sa grossesse avec son mari, obéissant à des recommandations médicales pour qu'elle ne courre pas le risque de le contaminer. 

Le 12 janvier, alors qu'elle rentrait chez elle de son travail, elle découvrait que sa maison s'était effondrée et que son mari était mort. Elle était enceinte de cinq mois.

Prévenir la transmission du VIH

A la suite du tremblement de terre, Jeanne a vécu sous une tente, dans un camp, avec 20 autres familles et a pris le deuil de son mari. Sans travail et incertaine de son avenir, elle n'avait pas accès au traitement médical spécialisé et aux médicaments dont elle avait besoin.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-0622/Noorani
« Jeanne » (à droite), qui est séropositive, était enceinte depuis cinq mois quand le tremblement de terre du 12 janvier a frappé Haïti, détruisant sa maison et tuant son mari. Ci-dessus, elle s'entretient avec un humanitaire de l'UNICEF qui l'a aidée à s'orienter vers une prise en charge adaptée à son cas.

« A ce moment, ma préoccupation principale était ce qui arriverait à mon bébé si je m'arrêtais de prendre les médicaments antirétroviraux, » se souvient-elle. « J'étais anxieuse, je voulais que tout aille bien après sa naissance. »

L'UNICEF a pu rapidement recommencer à soutenir les services d'assistance à la prévention de la transmission du VIH des mères aux bébés; c'est à ce moment que Jeanne a repris son traitement par ARV. Elle a subi une césarienne quand elle a accouché de Marie et un pédiatre a immédiatement administré au nouveau-né un traitement prophylactique pour réduire la probabilité qu'elle devienne séropositive.

« Un bébé qui reçoit un traitement prophylactique à la naissance et dont la mère a reçu des antirétroviraux a seulement 2 pour cent de chance de devenir séropositif, » dit Mireille Tribie, une spécialiste du VIH et du SIDA qui travaille à Port-au-Prince pour l'UNICEF.

Jusqu'à présent, les tests on montré que l'état sérologique de Marie était négatif. Davantage de tests de dépistage seront nécessaires pour déterminer son état sérologique final.

Espoir pour l'avenir

Quand on lui demande ce qu'elle a ressenti à la naissance de Marie, les yeux de Jeanne s'emplissent de larmes : elle est heureuse d'avoir Marie dans sa vie, triste que le père du bébé ne soit pas là pour partager sa joie. A présent, elle souhaite avoir l’occasion de reconstruire sa vie pour donner à sa fille un avenir meilleur.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2010/Ramoneda
Marie ayant reçu un traitement prophylactique aussitôt après sa naissance à Port-au-Prince, en Haïti, la probabilité qu'elle devienne séropositive a considérablement été réduite.

Le taux de prévalence du VIH en Haïti demeure un des plus élevés des Caraïbes bien que les niveaux d’incidence aient légèrement décliné avant le tremblement de terre. Environ 6800 enfants son séropositifs dans le pays. 

 L'UNICEF est à pied d'oeuvre pour veiller à ce que les Haïtiens séropositifs continuent à recevoir un traitement médical et que ceux qui prennent des médicaments ARV n'aient pas à interrompre leur traitement. L'organisation continue à apporter son soutien au ,inistère de la Santé en élargissant les prestations destinées à prévenir la transmission du VIH de la mère à l'enfant. Et en coopérant avec les ONG locales, il participe activement à des opérations de prévention pour les adolescents.


 

 

Séisme en Haïti


Reportage photo : un espoir fragile pour les enfants d'Haïti 
(en anglais)

"Enfants d'Haïti : un an après  des secours à la reconstruction : un long parcours" [PDF]

En Haïti, un centre de santé appuyé par l'UNICEF offre prise en charge et traitement aux femmes séropositives au VIH
 avec vidéo

Des stars du basketball se rendent dans un centre de malnutrition appuyé par l'UNICEF en Haïti

Haïti est la première destination humanitaire du nouvel Ambassadeur UNICEF d'Irlande, Rory McIlroy

Communiqué de presse :
Un an après le séisme, il est impératif de mettre en place des services de base pour les enfants d'Haïti

L'UNICEF soutient la reconstruction d'écoles en Haïti

Pour les enfants d'Haïti, des opérations de secours au redressement : un chemin difficile
avec vidéo

L'histoire de Jean : en Haïti, la foi d'une adolescente dans l'éducation est source d'espoir
 avec vidéo

À la frontière haïtienne, du personnel de l'UNICEF participe à la lutte contre la traite des enfants
 avec vidéo

Carnet de route : la lutte contre la traite des enfants à la frontière d'Haïti

Un centre d'accueil résidentiel fournit un refuge aux enfants des rues de Cap-Haitien
avec vidéo

À la frontière haïtienne, l'UNICEF et ses partenaires s'efforcent de protéger les enfants vulnérables
avec vidéo

En Haïti, l'histoire de Christian : un garçon qui récupère tout ce qui peut l'être et reste optimiste, suite au séisme
 avec vidéo

Les spécialistes de la logistique de l'UNICEF font parvenir des compléments alimentaires aux enfants haïtiens
avec vidéo

Toutes les histoires sur le séisme en Haïti

Campagne contre le SIDA

  Ce site est uniquement disponible en anglais.
Recherche