Haïti

Carnet de route : un engagement à long terme envers les enfants affectés par le tremblement de terre en Haïti

Image de l'UNICEF
© UNICEF
Les destructions provoquées par le tremblement de terre du 12 janvier en Haïti sont toujours visibles dans les rues de Port-au-Prince, la capitale.

Par Roshan Khadivi

Roshan Khadivi, Responsable des communications de l'UNICEF, a réalisé ce carnet de route le 25 février 2010, livrant des réflexions sur le mois qu'elle a passé dans la partie d'Haïti touchée par le tremblement de terre.

PORT-AU-PRINCE, Haïti – Je suis arrivée dans ce pays après le tremblement de terre comme membre d'une équipe de secours et c'est aujourd'hui la dernière journée de ma mission. 

 AUDIO : écouter maintenant

Ces 30 derniers jours, à travailler dans des températures élevées, dès les premières lueurs de l'aube jusqu'aux heures tardives du soir, dans les bureaux de l'UNICEF installés sous des tentes à proximité de l'aéroport international Toussaint Louverture, ont été incroyablement prenants. Le séisme du 12 janvier a fait subir des dégâts importants aux bureaux et aux entrepôts permanents de l'UNICEF et, par conséquent, l'équipe doit assurer ses imposantes opérations de secours à partir de ces nouveaux locaux improvisés.

Je me suis trouvée dans le monde entier dans de nombreuses situations d'urgence mais Haïti a été une expérience unique. Un tour en voiture dans chaque coin de la capitale, Port-au-Prince, témoigne de l'importance des destructions qui s'y sont produites.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2010/Khadivi
Une église détruite par le tremblement de terre à Port-au-Prince, en Haïti.

« Les Haïtiens sont plus déterminés que jamais »
J'ai demandé à un collègue d'origine haïtienne, qui s'est envolé d'Amérique du Nord après le séisme pour apporter son aide, comment les gens parvenaient ici à faire face. Il a répondu : « Les Haïtiens sont déterminés à un point que personne ne peut imaginer. Et bien qu'il leur est difficile d'oublier, car chaque chose alentours témoignage de ce qui s'est passé, ils vont néanmoins continuer à aller de l'avant. »

La place du Champ-de-Mars à Port-au-Prince était autrefois une splendeur, spécialement quand Haïti y accueillait son carnaval annuel de février. Comme de nombreux sites de la capitale, elle est devenue aujourd'hui un refuge pour les familles déplacées. Sur la place, je peux voir des enfants en train de jouer, qui rient et observent avec curiosité un membre d'une équipe de l'UNICEF affairé avec une « tente pour bébés ».

Pour épauler le Gouvernement haïtien, l'UNICEF et ses partenaires apportent une aide aux mères allaitantes et à leurs nouveau-nés dans ces camps improvisés en installant des tentes qui leur offrent un espace privé ainsi qu'un cadre où elles se sentent en sécurité et où on s'occupe d'elles.

Les autres activités de secours sur la place comprennent : l'approvisionnement en eau potable; la vaccination des enfants contre la rougeole, la rubéole, le tétanos, la diphtérie et la coqueluche; la construction de latrines; et  l'enregistrement des enfants non accompagnés qui ont perdu le contact avec les membres de leur famille.  

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2010/Khadivi
Des véhicules broyés dans les décombres d'un bâtiment à Port-au-Prince.

La saison des ouragans est imminente
Alors que la saison des pluies et des ouragans est imminente, les équipes UNICEF de l'eau et de l'assainissement collaborent avec les autorités haïtiennes pour accroître le nombre de latrines, distribuer de l'eau potable et améliorer les conditions d'hygiène et d'assainissement des populations déplacées, tout ceci afin d'écarter la menace des maladies diarrhéiques.

C'est une tâche énorme alors que le nombre de camps continue d’augmenter dans la capitale et les localités sinistrées de Jacmel et de Leogane. Le fait que de nombreuses parties du pays, même avant le séisme, ne disposaient pas d'un système correct d'évacuation des eaux usées, pose des difficultés supplémentaires.

Je suis impressionnée par mes collègues de l'UNICEF qui se trouvent ici. Beaucoup d'entre eux étaient dans le pays pendant cette catastrophe naturelle dévastatrice et ont perdu des membres de leurs familles, leurs maisons et leurs biens mais ils continuent de venir chaque jour afin d'améliorer la vie des enfants haïtiens.

Durant ma dernière semaine en Haïti, dans une tente scolaire de Mont Jacquot, un faubourg de Port-au-Prince, j'ai rencontré Yolonda, une fillette de neuf ans. Sa communauté, située dans les montages, est seulement accessible par une route escarpée. Et bien qu'il soit difficile même pour les hélicoptères d'y atterrir, une équipe de l'UNICEF chargée des livraisons a réussi à y acheminer des tentes, des trousses scolaires, des médicaments et du matériel médical de première nécessité pour installer une école provisoire et un dispensaire.

L'école apporte l'espoir
« J'aime dessiner, chanter et jouer avec mes amis. Aujourd'hui, je suis si heureuse, » m'a raconté Yolanda qui a perdu à la fois sa maison et son école dans le séisme. L’enseignant de Yolanda, Onickel Paul, m'a dit que l'ouverture de la tente scolaire a permis d'apporter aux enfants et aux parents l'espoir que les choses, en Haïti, iraient mieux. 

 Malgré le petit nombre d'écoles qui sont en train d'ouvrir dans la capitale haïtienne et dans les zones isolées, chacun s'efforce de soutenir le ministère de l'Éducation dans ses efforts visant à la reprise des cours le 31 mars. Pour atteindre cet objectif, des tentes seront installées pour être utilisées immédiatement comme salles de classe et l’on trouvera et formera des enseignants. Un programme accéléré d'enseignement sera également mis en place pour veiller à ce que les élèves ne prennent pas de retard. 

Récemment, un journaliste m'a demandé comment Haïti allait faire face aux colossaux défis à venir. J'ai répondu que de tels défis sont la raison pour laquelle l'UNICEF et ses partenaires se trouvent sur le terrain et que, même si Haïti disparaît des gros titres de l'actualité, nous sommes engagés ici  pour longtemps.


 

 

Audio (en anglais)

25 février 2010 : écoutez le carnet de route audio de Roshan Khadavi, membre d'une équipe d'intervention d'urgence de l'UNICEF en Haïti.
 AUDIO  écouter

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Séisme en Haïti


Reportage photo : un espoir fragile pour les enfants d'Haïti 
(en anglais)

"Enfants d'Haïti : un an après  des secours à la reconstruction : un long parcours" [PDF]

En Haïti, un centre de santé appuyé par l'UNICEF offre prise en charge et traitement aux femmes séropositives au VIH
 avec vidéo

Des stars du basketball se rendent dans un centre de malnutrition appuyé par l'UNICEF en Haïti

Haïti est la première destination humanitaire du nouvel Ambassadeur UNICEF d'Irlande, Rory McIlroy

Communiqué de presse :
Un an après le séisme, il est impératif de mettre en place des services de base pour les enfants d'Haïti

L'UNICEF soutient la reconstruction d'écoles en Haïti

Pour les enfants d'Haïti, des opérations de secours au redressement : un chemin difficile
avec vidéo

L'histoire de Jean : en Haïti, la foi d'une adolescente dans l'éducation est source d'espoir
 avec vidéo

À la frontière haïtienne, du personnel de l'UNICEF participe à la lutte contre la traite des enfants
 avec vidéo

Carnet de route : la lutte contre la traite des enfants à la frontière d'Haïti

Un centre d'accueil résidentiel fournit un refuge aux enfants des rues de Cap-Haitien
avec vidéo

À la frontière haïtienne, l'UNICEF et ses partenaires s'efforcent de protéger les enfants vulnérables
avec vidéo

En Haïti, l'histoire de Christian : un garçon qui récupère tout ce qui peut l'être et reste optimiste, suite au séisme
 avec vidéo

Les spécialistes de la logistique de l'UNICEF font parvenir des compléments alimentaires aux enfants haïtiens
avec vidéo

Toutes les histoires sur le séisme en Haïti

Recherche