Haïti

L'UNICEF pourvoit en eau et en installations sanitaires les personnes qui vivent à l'extérieur de Port-au-Prince

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
L'UNICEF et ses partenaires fournissent dans les camps de déplacés eau, assainissement et aide essentielle aux enfants et familles affectés par le tremblement de terre , non seulement dans la capitale haïtienne, mais aussi dans les autres secteurs affectés par le séisme.

Par Guy Hubbard

LEOGANE, Haïti, 24 février 2010 - Pierre Fuijee était avocat dans la petite localité de Leogane, à une heure de route de Port-au-Prince. Mais, comme beaucoup d'autres personnes de la ville, il a tout perdu dans le tremblement de terre du 12 janvier.

 VIDÉO : regarder maintenant

Leogane se trouvait à proximité de l'épicentre du séisme, d'une magnitude de 7, et des quartiers entiers de la ville ont été rasés. Pierre vit aujourd'hui dans un abri improvisé avec sa femme, sa mère et deux enfants.

« Depuis que cela s'est produit, c'est très difficile pour nous parce que huit membres de notre famille sont morts, » dit-il. « La situation est vraiment difficile, particulièrement avec le petit, et à présent la pluie menace et nous ne pouvons pas nous protéger parce que nous vivons dans des tentes. » 

Alors que la préoccupation de nombreuses agences humanitaires et médias s'est portée sur la capitale d'Haïti, d'autres zones ont également été touchées. L'UNICEF et ses partenaires s’efforcent depuis le début d'apporter une aide indispensable à ceux qui, dans tout le pays, vivent dans des camps.

Empêcher la propagation des maladies
Dans les camps, la plus urgente des nécessités a été l'eau potable et de matériel sanitaire. Pour y répondre, l'UNICEF et ses partenaires ont installé des réservoirs souples dans les camps partout dans Haïti et creusé des latrines pour éviter que les camps ne soient jonchés d'excréments humains. 

« Nous nous trouvons dans une phase d'urgence, ce qui signifie que nous devons fournir de l'eau et que nous devons fournir du matériel sanitaire de secours, » explique Rolando Wallusche Saul, Spécialiste de l'eau et de l'assainissement à l'UNICEF. « Il y a une grande probabilité de propagation des maladies diarrhéiques; c'est pourquoi il est très important de construire des latrines. »

Pour Pierre et sa famille, l'eau potable et les latrines ont ramené un semblant de normalité dans un cadre qui, autrement, ne relève pas de la normale.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-0082/LeMoyne
Des agents humanitaires haïtiens, du personnel de l'UNICEF et du Programme alimentaire mondial se préparent à distribuer des fournitures de secours dans le camp de Pinchinat pour personnes déplacées par le tremblement de terre sur un terrain de football, dans la localité de Jacmel.

« Avant de venir ici, j'avais peur »
La jolie localité côtière de Jacmel – auparavant une populaire destination touristique – a également subi d'importants dégâts à la suite du tremblement de terre et des milliers de personnes vivent ici dans des camps.

Dans le camp le plus important, l'armée vénézuélienne a pu fournir des tentes militaires compartimentées pour les occupants du camp. En outre, l'UNICEF et ses partenaires fournissent continuellement de l'eau et construisent des latrines pour équiper un nombre toujours croissant de déplacés.

Malepa Oliali vivait dans les ruines de sa maison avant de venir dans le camp de Jacmel. « Ça va pour moi, » dit-elle, parlant de la vie dans le camp. « J'utilise l'eau pour boire, cuisiner et me laver; les toilettes sont en cours de construction et j'ai une tente pour moi, mon mari et mes enfants. Avant de venir ici, j'avais peur, je pensais qu'il y aurait un autre tremblement de terre. »

Pendant que tous ceux qui ont été touchés par le tremblement de terre tentent de reconstruire leurs vies, l'UNICEF et ses partenaires font tout ce qu'ils peuvent pour s'assurer que chacun puisse vivre une vie aussi normale que possible. Et en fournissant de l'eau salubre et des latrines, ils espèrent garantir que les rescapés du séisme pourront aussi survivre à ses répercussions.


 

 

Vidéo (en anglais)

7 février 2010 : le reportage du correspondant de l'UNICEF Guy Hubbard sur le travail mené par l'UNICEF pour pourvoir en eau et en installations sanitaires les secteurs se trouvant à l'extérieur de la capitale d'Haïti.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Séisme en Haïti


Reportage photo : un espoir fragile pour les enfants d'Haïti 
(en anglais)

"Enfants d'Haïti : un an après  des secours à la reconstruction : un long parcours" [PDF]

En Haïti, un centre de santé appuyé par l'UNICEF offre prise en charge et traitement aux femmes séropositives au VIH
 avec vidéo

Des stars du basketball se rendent dans un centre de malnutrition appuyé par l'UNICEF en Haïti

Haïti est la première destination humanitaire du nouvel Ambassadeur UNICEF d'Irlande, Rory McIlroy

Communiqué de presse :
Un an après le séisme, il est impératif de mettre en place des services de base pour les enfants d'Haïti

L'UNICEF soutient la reconstruction d'écoles en Haïti

Pour les enfants d'Haïti, des opérations de secours au redressement : un chemin difficile
avec vidéo

L'histoire de Jean : en Haïti, la foi d'une adolescente dans l'éducation est source d'espoir
 avec vidéo

À la frontière haïtienne, du personnel de l'UNICEF participe à la lutte contre la traite des enfants
 avec vidéo

Carnet de route : la lutte contre la traite des enfants à la frontière d'Haïti

Un centre d'accueil résidentiel fournit un refuge aux enfants des rues de Cap-Haitien
avec vidéo

À la frontière haïtienne, l'UNICEF et ses partenaires s'efforcent de protéger les enfants vulnérables
avec vidéo

En Haïti, l'histoire de Christian : un garçon qui récupère tout ce qui peut l'être et reste optimiste, suite au séisme
 avec vidéo

Les spécialistes de la logistique de l'UNICEF font parvenir des compléments alimentaires aux enfants haïtiens
avec vidéo

Toutes les histoires sur le séisme en Haïti

Recherche