Haïti

Des deux côtés de la frontière, les familles haïtiennes reçoivent de l'aide pour l'essentiel de leurs besoins et de l'eau potable

L'UNICEF intervient dans une situation d'urgence menaçant les enfants

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2010/Bakody
Des tentes improvisées ont été installées en hâte dans l'enceinte du centre de convalescence Buen Samaritano, à Jimani, en République dominicaine, depuis que des rescapés haïtiens du tremblement de terre ont ressenti une puissance secousse et craignent de rester à l'intérieur.

JIMANI, République dominicaine, 29 janvier 2010 – Un vaste espace à découvert grand comme un terrain de football est l'endroit idéal pour jouer au ballon. Au lieu de cela, l'enceinte close de l'hôpital Buen Samaritano est emplie de rangées de matelas tâchés de sang et encombrée de tentes improvisées qui ne sont en fait que des draps tendus sur des piquets. 

Des rescapés blessés du tremblement de terre du 12 janvier en Haïti étaient soignés dans les bâtiments quand une puissante secousse a alarmé tout le monde. Les parents ont immédiatement fait sortir leurs enfants sur ce terrain à découvert où ils demeurent depuis. 

Buen Samaritano est l'un des cinq centres de convalescence transfrontaliers qui s'occupent à présent des victimes haïtiennes du séisme qui ont besoin d'une assistance médicale urgente. Quatre de ces établissements sont situés ici-même dans la ville frontalière de Jimani, en République dominicaine. Le cinquième se trouve à environ 20 kilomètres, à Fond Parisien, en Haïti.  

L'eau et l'assainissement à leurs limites

A l'exception de l'hôpital public de Jimani, tous ces établissements ont pour personnel soignant des médecins et des infirmiers étrangers, la plupart venant des États-Unis. Épaulés par les autorités dominicaines, ils font tout ce qu'ils peuvent pour assurer les soins médicaux indispensables. Pour l’essentiel, cela signifie remettre en place des os fracturés et essayer d'empêcher les infections.    

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2010/Bakody
Des responsables de l'eau et de l'assainissement de l'UNICEF venus de Saint-Domingue ont commandé de nouveaux réservoirs d'eau et des toilettes lorsque la capacité des établissements médicaux improvisés de Jimani, en République dominicaine, et de Fond Parisien, ont été menacées.

Plusieurs milliers de Haïtiens, dont 40 pour cent environ sont des enfants, dépendent de ces cinq centres pour leurs soins. Des ces conditions de promiscuité, les stocks d'eau potable et les installations sanitaires sont proches du point de rupture.   

Le bureau de l'UNICEF de Saint-Domingue, la capitale de la République dominicaine, a donc pris des mesures urgentes d'assistance en procurant aux centres de convalescence des toilettes et des réservoirs d'eau - et en coopérant avec ses partenaires et le Ministère de la santé pour les installer. Des produits de nettoyage ont également été achetés et un soutien technique assuré.

Que des éloges
Elizes et son fils Malachy, 13 ans, ont hâte de pouvoir prendre une bonne douche.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2010/Bakody
Malachy, 13 ans, un rescapé du tremblement de terre d'Haïti, se rétablit d'une blessure à la jambe dans l'enceinte du centre de soins Buen Samaritano dans la ville frontalière de la République dominicaine de Jimani.

Depuis que le tremblement de terre a fait s'effondrer leur maison dans la capitale haïtienne, Port-au-Prince, ils n'ont pas pu changer de vêtements. Pourtant, Elizes ne plaint pas. Au contraire, elle n'a rien mais elle fait les éloges des autorités dominicaines et les professionnels de la santé de Buen Samaritano qui ont permis de sauver la jambe lacérée et fracturée de son fils et de maintenir ses bandages de gaze propres.

« Nous sommes bien, » dit-elle, « N'est-ce pas, Malachy ? ». Le garçon émet un large sourire, fier de montrer la broche qui maintient en place la partie supérieure de sa cuisse. 

Une question de vie et de mort
Disposer d'eau salubre et d’installations sanitaires dans une situation d'urgence comme celle-ci peut devenir une question de vie et de mort car la diarrhée et les autres maladies hydriques sont les principales responsables des décès d'enfants de moins de cinq ans.

C'est pourquoi l'eau, l'assainissement et l'hygiène sont une préoccupation majeure des opérations de l'UNICEF pour cette situation d'urgence qui menace les enfants. A ce jour, l‘UNICEF et ses partenaires ont au total procuré de l'eau à plus de 400 000 rescapés du séisme. 


 

 

Séisme en Haïti


Reportage photo : un espoir fragile pour les enfants d'Haïti 
(en anglais)

"Enfants d'Haïti : un an après  des secours à la reconstruction : un long parcours" [PDF]

En Haïti, un centre de santé appuyé par l'UNICEF offre prise en charge et traitement aux femmes séropositives au VIH
 avec vidéo

Des stars du basketball se rendent dans un centre de malnutrition appuyé par l'UNICEF en Haïti

Haïti est la première destination humanitaire du nouvel Ambassadeur UNICEF d'Irlande, Rory McIlroy

Communiqué de presse :
Un an après le séisme, il est impératif de mettre en place des services de base pour les enfants d'Haïti

L'UNICEF soutient la reconstruction d'écoles en Haïti

Pour les enfants d'Haïti, des opérations de secours au redressement : un chemin difficile
avec vidéo

L'histoire de Jean : en Haïti, la foi d'une adolescente dans l'éducation est source d'espoir
 avec vidéo

À la frontière haïtienne, du personnel de l'UNICEF participe à la lutte contre la traite des enfants
 avec vidéo

Carnet de route : la lutte contre la traite des enfants à la frontière d'Haïti

Un centre d'accueil résidentiel fournit un refuge aux enfants des rues de Cap-Haitien
avec vidéo

À la frontière haïtienne, l'UNICEF et ses partenaires s'efforcent de protéger les enfants vulnérables
avec vidéo

En Haïti, l'histoire de Christian : un garçon qui récupère tout ce qui peut l'être et reste optimiste, suite au séisme
 avec vidéo

Les spécialistes de la logistique de l'UNICEF font parvenir des compléments alimentaires aux enfants haïtiens
avec vidéo

Toutes les histoires sur le séisme en Haïti

Recherche