Haïti

Carnet de route : notes prises à Haïti dans une antenne hospitalière

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-0029/Roger LeMoyne
Un infirmier s'occupe d'un enfant blessé pendant le tremblement de terre dans une antenne hospitalière implantée près de l'aéroport principal de Port-au-Prince. L'infirmier est un expatrié haïtien qui est retourné pour apporter son aide aux opérations de secours.

Par Tamar Hahn

PORT-AU-PRINCE, Haïti, 17 janvier 2010 – Ce matin, je suis allée visiter une antenne hospitalière installée sur la base logistique de la MINUSTAH. L'hôpital consiste en deux immenses tentes pleines à craquer d'Haïtiens blessés pendant le tremblement de terre.  

Les conditions sont déplorables : peu de nourriture et d'eau aussi bien pour les médecins que pour les patients, pas d'assainissement, ce qui veut dire que l'urine et les matières fécales sont évacuées derrière les tentes de l'hôpital et que les membres amputés atterrissent dans les déchets.

Il n'y a pas non plus de morgue et par conséquent les corps s'entassent sur le côté de la tente. Une salle d'opération a été installée aujourd'hui et on y pratique principalement des amputations, les blessures provoquées par les chutes de débris dont souffrent un grand nombre de victimes s'étant infectées et menaçant leur vie. Il n'y a pas moyen de pratiquer d'autres types d'opération chirurgicale et toutes les fournitures sont en nombre limité.

Les enfants dans la crise

Au milieu de la cacophonie de gémissements et de cris de douleur, cinq enfants gisent seuls sur leurs lits, sans parents pour les nourrir, les laver ou leur tenir la main. Une fille de deux ans atteinte d'infirmité motrice cérébrale est arrivée ici après le séisme déshydratée et en état de choc : elle est allongée sur un lit de camp et pleure toute seule. Elle n'a pas de blessure grave et est prête à rentrer chez elle mais personne ne connaît son nom – sur un bout de papier à ses pieds est écrit « Fillette » – et ne sait comment faire pour retrouver sa famille.

Même chose pour Sean, un garçon âgé de 7 ans qui est arrivé et a pleuré en réclamant ses parents, replié en position fœtale pendant 12 heures. Du peu qu'il a dit depuis, les infirmiers en ont déduit qu'il avait vu mourir ses parents. Sean a des égratignures sans gravité et marche dans la tente, parlant aux autres patients mais les médecins hésitent à le faire sortir sans savoir où il va aller et qui s'occupera de lui.

Il y a probablement des centaines, voire des milliers, d'autres enfants se trouvant dans une situation semblable à Port-au-Prince, soit dans les hôpitaux, soit errant dans les rues et ne disposant ni d'eau, ni de nourriture ni de protection contre la violence et les mauvais traitements. Même si ces enfants n'ont pas été physiquement blessés, ils ont subi des traumatismes psychologiques importants qui les marqueront à vie. Ils sont confrontés au risque de malnutrition et de maladies et sont vulnérables à l'exploitation sexuelle et à la traite.

L'UNICEF est en train de définir l'emplacement de deux abris et de les équiper ; ils accueilleront 200 enfants comme Sean et Fillette. Ces abris offriront aux enfants une zone de protection et commenceront par répondre à leurs besoins les plus immédiats pendant que l’on cherchera leurs familles. Pour ceux qui ne pourront pas être réunis à leurs familles, d'autres solutions devront être trouvées. 

De l'eau en cours de distribution

L'après-midi, je suis sortie avec notre Responsable de l'eau et de l'assainissement pour faire une évaluation des opérations de distribution d'eau qui ont débuté hier. Les Haïtiens ne dorment plus dans leurs maisons. Même ceux dont les maisons ont été épargnées par le séisme ont gagné les rues et monté des tentes en utilisant n'importe quel morceau de tissu se trouvant à leur disposition. Ils s'entassent sur les quelques places de la ville et même l'habitation du Premier ministre, une propriété close avec une vaste cour sur le devant, est devenue un campement improvisé.  

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-0031/Roger LeMoyne
Tamar Hahn, devant la résidence du Premier ministre où des milliers de sans abris campent provisoirement . Tamar. Hahn est actuellement la Porte parole de l'UNICEF en Haïti.

Ceux qui ne sont pas sur les places et dans les jardins ou les cours bloquent les rues avec des blocs de béton et dorment carrément sur la chaussée.

Il n'y a pas de latrines et j'ai vu des femmes s'agenouiller devant des seaux d'eau, nues dans la rue, pour se laver. Les gens satisfont leurs besoins corporels sur le trottoir. Des monceaux de déchets s'accumulent partout et quand la nuit tombe sur Port-au-Prince, ces milliers de personnes entassées les unes contre les autres sont dans l'obscurité totale.

Quand nous sommes arrivés à la résidence du Premier ministre, un réservoir d'eau souple  assurait la distribution de 5000 litres d'eau, ce qui couvre les besoins quotidiens de 1000 personnes. La queue était ordonnée et les gens attendaient patiemment leur tour, des bidons à la main. Juste derrière eux, une longue s'était formée pour récupérer les trousses d'hygiènes distribuées par USAID. 

Quatre petites filles sont venues saluer. Quand je leur ai demandé comment elles allaient, elles ont souri et dit que ça allait. Puis Stania, une jeune fille de 17 ans les a entendues. Elle a dit : « Ça va ? Que voulez-vous dire ? Ça ne va pas, c'est épouvantable et nous ne pouvons plus rester comme ça plus longtemps.»

Fatigués et traumatisés

C’était bon de voir que l'aide humanitaire commençait à atteindre la population en dépit des terribles conditions. Je suis retournée à la base où l'UNICEF a mis en place ses opérations à la suite de la destruction de son bureau d'Haïti seulement pour y apprendre que le fils de l'un des chauffeurs était mort des blessures qu'il avait subies pendant le tremblement de terre. Sa flle et un autre fils avaient été tués sur le coup dans l'effondrement de leur maison.

La tragédie provoquée par séisme ne touche pas seulement ceux qui se trouvent à l'extérieur des installations; elle touche chaque membre du personnel de l'UNICEF se trouvant sur le terrain. Plusieurs employés de l'UNICEF ont perdu tous leurs biens personnels et n'ont rien d'autre que les vêtements qu'ils portent.

Tout le monde est fatigué et traumatisé, a peur d'être seul chez soi et angoissé par les secousses que l'on peut toujours ressentir chaque jour. La responsable de l'éducation campe depuis cinq jours devant les ruines des bureaux de la MINUSTAH, attendant que sont mari soit extrait des ruines. Il est vivant et lui a envoyé des SMS mais il n'a pas encore été secouru.


 

 

Séisme en Haïti


Reportage photo : un espoir fragile pour les enfants d'Haïti 
(en anglais)

"Enfants d'Haïti : un an après  des secours à la reconstruction : un long parcours" [PDF]

En Haïti, un centre de santé appuyé par l'UNICEF offre prise en charge et traitement aux femmes séropositives au VIH
 avec vidéo

Des stars du basketball se rendent dans un centre de malnutrition appuyé par l'UNICEF en Haïti

Haïti est la première destination humanitaire du nouvel Ambassadeur UNICEF d'Irlande, Rory McIlroy

Communiqué de presse :
Un an après le séisme, il est impératif de mettre en place des services de base pour les enfants d'Haïti

L'UNICEF soutient la reconstruction d'écoles en Haïti

Pour les enfants d'Haïti, des opérations de secours au redressement : un chemin difficile
avec vidéo

L'histoire de Jean : en Haïti, la foi d'une adolescente dans l'éducation est source d'espoir
 avec vidéo

À la frontière haïtienne, du personnel de l'UNICEF participe à la lutte contre la traite des enfants
 avec vidéo

Carnet de route : la lutte contre la traite des enfants à la frontière d'Haïti

Un centre d'accueil résidentiel fournit un refuge aux enfants des rues de Cap-Haitien
avec vidéo

À la frontière haïtienne, l'UNICEF et ses partenaires s'efforcent de protéger les enfants vulnérables
avec vidéo

En Haïti, l'histoire de Christian : un garçon qui récupère tout ce qui peut l'être et reste optimiste, suite au séisme
 avec vidéo

Les spécialistes de la logistique de l'UNICEF font parvenir des compléments alimentaires aux enfants haïtiens
avec vidéo

Toutes les histoires sur le séisme en Haïti

Recherche