Haïti

L'UNICEF déploie son aide d'urgence après le tremblement de terre qui a frappé durement Haïti

Image de l'UNICEF
© Eduardo Munoz/Reuters
Un enfant blessé reçoit une aide médicale après le séisme à Port-au-Prince. Le tremblement de terre dune magnitude de 7 a secoué Haïti, et probablement tué des milliers de personnes après l'effondrement de bâtiments comme le Palais présidentiel et des nombreuses baraques des bidonvilles accrochés à flan de colline. La pauvre nation haitienne lance un appel à l'aide internationale.

PANAMA CITY, PANAMA, 13 janvier 2010 - Malgré des dégâts très importants  causés à ses propres bureaux à Port-au-Prince, l'UNICEF reste opérationnel,  prêt à déployer une aide immédiate aux victimes de la crise humanitaire survenue hier à la suite du tremblement de terre qui a frappé Haïti

Faire un don

« Bien que les secours aient commencé à s'organiser, les communications restent très difficiles et nous ne disposons encore que de peu d'informations précises, » a annoncé ce matin dans une déclaration la Directrice générale de l'UNICEF, Mme Ann M. Veneman. « Il est clair néanmoins que les conséquences de cette catastrophe sont dramatiques et que l'on déplore de nombreux enfants parmi les victimes, » a-t-elle ajouté. « Nos pensées vont aux familles dont la vie été si terriblement bouleversée par cette tragédie. »

Écoutez le porte-parole de l'UNICEF, Patrick McCormick "Protéger les plus vulnérables en Haïti" (lien externe s'ouvre dans une nouvelle fenêtre).

Ann M. Veneman a souligné que l'UNICEF est en train de livrer aussi rapidement que possible  les fournitures humanitaires nécessaires pour contribuer aux secours et assurer à la population un approvisionnement en eau salubre et des équipements d'assainissement, des médicaments et des abris provisoires.  « Nous axerons également nos efforts sur les enfants qui ont été séparés de leur famille, pour les protéger des mauvais traitements et de l'exploitation, » a-t-elle dit.

Un combat permanent

La situation des enfants et des femmes en Haïti était déjà l'une des plus sensibles avant que le séisme ne frappe l'île. Haïti est l'un des pays les plus pauvres au monde - classé 148e sur 179 pays sur l'index du développement humain du PNUD, et tente déjà de se relever de plusieurs années de violence, d'insécurité et d'instabilité et également de plusieurs catastrophes naturelles.

Image de l'UNICEF
© 2009/USGS

La répartition des revenus en Haïti est très inégale avec seulement 1 habitant sur 50 ayant un emploi stable. L'accès aux services est très inégal : plus les enfants sont pauvres moins ils ont accès aux droits fondamentaux. Beaucoup trop d'Haïtiens, femmes et enfants doivent lutter pour satisfaire leurs besoins essentiels comme une alimentation correcte, de l'eau potable, une éducation et une protection contre la violence.

Haïti est le second pays le plus densément peuplé dans l'hémisphère ouest. Quatre enfants sur dix vivent dans des habitations aux sols en terre battue ou dans des conditions très précaires, avec plus de cinq personnes par pièce. Avec environ 46 pour cent de la population a moins de 18 ans, la lutte des enfants haïtiens résonne ainsi en echo dans l'ensemble de la  société et cela aura à coup sûr des conséquences sérieuses jusque dans un lointain avenir.

Les conséquences de cette nouvelle catastrophe naturelle vont être foudroyantes pour le pays qui tente toujours de se remettre de la forte saison des ouragans de 2008.

Avec autant de personnes vivant dans des conditions de promiscuité et un accès à l'eau potable et a des structures sanitaires déjà très compromis en temps normal, la vulnérabilité aux maladies liées à l'eau peut monter en flèche après une catastrophe naturelle ainsi que les difficultés pour fournir de la nourriture, des fournitures médicales et des services de protection. Les enfants comme trop souvent sont les plus exposés aux conséquences.


 

 

Recherche