Haïti

Haïti se prépare pour une nouvelle saison des ouragans

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2008-0876/LeMoyne
Un enfant s’accroche à la jupe d’une femme qui porte un bébé dans les bras. Toutes deux s’efforcent de traverser une rue inondée dans la ville portuaire des Gonaïves. Plusieurs semaines après une succession d’ouragans et de tempêtes tropicales, un bon nombre des rues de la ville restaient sous l’eau et la boue.

PORT-AU-PRINCE, Haïti, 2 septembre 2009 — Plusieurs dépressions tropicales se sont formées sur les Caraïbes cette année, mais Haïti est mieux préparé aujourd’hui qu’en 2008, lorsque quatre ouragans majeurs avaient frappé l’île. Ces multiples urgences causées par les intempéries ont forcé le gouvernement et les organismes internationaux d’assistance à aller jusqu’à l’extrême limite de leurs capacités.

Il y a eu, en 2008, environ 800 000 personnes déplacées, dont 300 000 enfants. Des logements et des récoltes ont en outre été détruits.

Pour se préparer à la saison des ouragans 2009, l’UNICEF, d’autres organisations des Nations Unies et des partenaires ont élaboré des plans d’intervention visant à répondre aux besoins à plusieurs niveaux d’urgence. Ces plans ont été conçus à partir des évaluations des ravages de la saison des ouragans de l’an dernier.

« On partait de zéro »

La ville des Gonaïves, la troisième du pays, ne s’était pas complètement remise des inondations causées par l’ouragan Jeanne de 2004 lorsque l’ouragan Hannah l’a pratiquement anéantie en septembre 2008. L’UNICEF et ses partenaires ont pris la direction du rétablissement de l’approvisionnement en eau potable pour les 30 000 habitants de la ville dont le système d’approvisionnement en eau a été détruit par les inondations massives.

« En termes de couverture, nous sommes partis de zéro, » a précisé Julien Kossi Atchade, spécialiste des questions d’eau et d’assainissement de l’UNICEF. « Nous avons réhabilité 400 puits et nous fournissons aujourd’hui de l’ordre de 25 litres d’eau potable par jour et par personne. »

Afin de se préparer à la nouvelle saison des ouragans, des approvisionnements d’urgence ont été positionnés dans les districts clés. Un réseau de partenaires a été constitué pour la distribution de ces approvisionnements, qui vont des tentes aux comprimés de purification de l’eau, aux trousses d’hygiène, aux couvertures, aux colis sanitaires, aux batteries de cuisine et aux systèmes portatifs d’approvisionnement en eau.

La préparation à une situation d’urgence implique également de prévoir les moyens de faire face au choc psychologique subi en vivant de telles expériences tragiques. 

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2008-0875/LeMoyne
A boy carrying a bucket of water, and accompanied by a girl, walks across a mud-choked street in the flood-damaged port city of Gonaives, Haiti.

Soins psychologiques

Il était deux heures du matin le 7 septembre 2008 lorsque l’ouragan Ike – le quatrième de l’année – s’est abattu sur Cabaret, les familles, les enfants, les animaux et toutes sortes de débris étant balayés dans les eaux en furie.

« Ici, les enfants sont encore traumatisés » a dit Simone Sarcia, spécialiste de l’enfance à l’AVSI, ONG italienne partenaire de l’UNICEF pour la protection de l’enfant. « Ils ont peur de s’endormir dans l’obscurité. Ils se réveillent en hurlant au milieu de la nuit. »
 
L’UNICEF a en outre mis en place un réseau de partenaires, qui travaillent dans les zones les plus gravement touchées, afin de fournir des soins d’ordre psychosocial aux enfants. Ce réseau est toujours actif et des bénévoles formés sont prêts à intervenir pour apporter un soutien psychosocial et une protection aux enfants qui se retrouvent dans des abris.

 
Tirer les leçons de 2008

Les ouragans de l’an dernier se sont abattus sur le pays juste au début de l’année scolaire. Près de 1000 écoles ont été détruites, touchant 200 000 enfants d’âge scolaire.

Dans la période qui a suivi l’ouragan, les abris provisoires ont dû aussi servir d’école. Aujourd'hui, des sites spécifiques ont été recensés qui pourront servir si nécessaire d’école provisoire. Des kits éducatifs de l’UNICEF sont également prêts à être distribués très rapidement.

Des outils d’évaluation de l'état nutritionnel sont également en place, prêts pour les premières estimations des besoins immédiats des nourrissons et des femmes enceintes.  

« Nous tous, les organisations, le gouvernement et tous nos partenaires, nous avons vite évalué les besoins et mis un dispositif en place à partir des leçons tirées de 2008, » a déclaré Kossi Atchade. « Nous avons mis en place une réponse coordonnée. Nous sommes mieux préparés que l’an dernier. »


 

 

Recherche