Haïti

Sam Dalembert, star du basket-ball, apporte espoir et encouragements aux enfants d’Haïti

Image de l'UNICEF
© UNICEF Haiti/2007/ Parisot
Samuel Dalembert montre aux enfants du Centre Lakou comment marquer un panier. Lakou est un centre de jour où les enfants des rues peuvent suivre des activités qui favoriseront leur réintégration sociale.

PORT-AU-PRINCE, le 25 septembre 2007 Samuel Dalembert, une des vedettes de la  National Basketball Association (NBA) et joueur dans l’équipe des “Philadelphia 76ers”, vient juste d’achever une visite d’une semaine en Haïti,son pays natal, où il a délivré un message d’espoir et d’encouragement à des milliers d’enfants et de femmes vulnérables.

Né à Port-au-Prince, où il a grandi jusqu’à l’âge de 14 ans, Sam Dalembert a pu constater de visu à quel point la violence et le manque d’accès aux soins de santé et à l’éducaton affectent les enfants.

« J’ai toujours  des idées sur ce que je devrais faire et plein de projets en tête, mais il est temps de passer des discours aux actes »,explique-t-il. « Je suis venu ici avec l’UNICEF pour voir ce que l’on peut faire pour les jeunes d’Haïti. »

Plaidoyer  et prise de conscience

A Cité Soleil, l'un des quartiers les plus pauvres de la Capitale, Sam Dalembert a visité l'école et le Centre Culturel Saint-Vincent de Paul,  soutenu par l'UNICEF. « Une école comme celle-ci signifie beaucoup. Elle accueille probablement plus de 2000 enfants, et pourtant il y en a tant d’autres qui ne peuvent s’inscrire à l’école, tout simplement parce qu’il n’y a pas assez d’établissements scolaires », dit il, ajoutant que le coût des uniformes, des livres, du transport et des frais d’inscription sont également prohibitifs pour beaucoup de parents.

Situé à quelques minutes de là, le Centre Lakou offre à plus de 350 filles et garçons affectés par la violence un endroit sûr où prendre un repas chaud, accéder à un centre de soins, recevoir des cours d’alphabétisation, et  suivre une formation professionnelle de menuisier, de coiffeuse ou de couturière. Au cours de sa visite au Centre,  Sam Dalembert a montré aux enfants comment marquer un panier.

Le Représentant adjoint de l’UNICEF en Haïti, Njanja Fassu, souligne l’importance de la visite de Sam Dalembert venu rappeler qu’il fallait mieux prendre conscience de l’importance du bien-être et du développement de milliers d'enfants vulnérables en Haïti. 

Image de l'UNICEF
© UNICEF Haiti/2007/ Parisot
Samuel Dalembert observe un bébé prématuré pendant une visite de Zamni Lasanté, un projet appuyé par l’UNICEF qui offre des soins gratuits de haute qualité.

« Dans un pays où l’on estime que 11 pour cent des enfants – plus de 400 000 – sont orphelins à la suite du décès de l’un ou de leurs deux parents, et où environ huit pour cent des enfants de 5 à 17 ans sont employés comme domestiques, une telle visite ne peut que nous apporter l’espoir » a déclaré Njanja Fassu.

 

Accès aux soins de santé

Dans les collines du plateau central, région isolée et pauvre de Haïti, Sam Dalembert a visité le projet Zamni Lasanté. Un programme ambitieux qui, avec l'appui de l'UNICEF et d'autres partenaires, offre des services médicaux gratuits de haute qualité et une vaste gamme de services sociaux et communautaires, dans une région où même les soins médicaux de base sont difficilement assurés.

Sam Dalembert, qui a pris une part active avec la NBA et l’UNICEF à  la campagne mondiale Unissons nous pour les enfants, contre le SIDA, a été impressionné par la grande réussite des programmes de traitement du SIDA du projet Zamni Lasanté, et de ses efforts pour prévenir la transmission du VIH de la mère à l’enfant. « Le fait qu’un hôpital puisse exister dans un lieu comme celui-ci permet de penser que beaucoup d’autres hôpitaux du même genre peuvent être construits dans différents endroits, dit-il, et vous pouvez imaginer le potentiel. »

Quand on lui demande ce qu’il espère accomplir grâce à cette visite, Sam Dalembert répond que son but est simplement d’aider les enfants. « Je pourrais être chez moi, sans  pannes d’électricité quotidiennes, sans même jamais manquer d’eau potable ou de soins, dit-il,  mais heureusement, en venant ici, je peux aider un peu. »

Il ajoute en riant : « Peut être que vous me donnerez un travail quand je prendrai ma retraite de basketteur »…


 

 

Vidéo (en anglais)

25 septembre 2007:
Bill Horn, correspondant de l'UNICEF, rend compte de la visite de Sam Dalembert, star du basket-ball, à Port-au-Prince, Haïti.

 VIDEO  haut | bas

Recherche