Haïti

Les enfants d’Haïti continuent de batailler pour survivre

Image de l'UNICEF
© UNICEF/ HQ05-1907/LeMoyne
Un garçonnet à la pêche aux crevettes dans des eaux polluées aux abords de la cité portuaire de Gonaïve, au nord d'Haïti.

Par Jane O'Brien

NEW YORK, 21 mars 2006 – Les enfants d'Haïti continuent de batailler pour survivre, et un enfant sur huit mourra avant d’avoir cinq ans. L’absence de services de base – pour l’eau, la santé, l’éducation, aggravée par la pauvreté et la violence, a enfermé ces enfants dans un engrenage de privations et de mauvais traitements. 

Un nouveau rapport de l'UNICEF, « SOS Enfants : Haïti », met en lumière la situation désastreuse des 3,8 millions d'enfants du pays et demande au gouvernement d'agir. «La violence qui pénètre tous les niveaux de la société est une entrave à toute forme de développement durable, »  dit le Représentant de l'UNICEF en Haïti, Alberto Gonzalez-Regueral.

De nombreuses communautés ont été dévastées par les combats qui ont sévi dans ce pays des Caraïbes. Il n’y a plus d'eau ou d'électricité et il est souvent difficile d’y trouver de quoi se nourrir. On estime que 2 000 enfants sont livrés à eux-mêmes dans les seules rues de Port-au-Prince, la capitale d'Haïti. Beaucoup ont perdu leurs parents à cause du SIDA tandis que les autres ont fui la violence domestique. Pour survivre, ils se réfugient dans la prostitution, mendient un peu de nourriture ou deviennent membres de gangs armés.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/ HQ05-1949/LeMoyne
En Haïti les terres ont été gravement dégradées par le déboisement.

« Dans la plupart des cas, ces enfants n'ont aucun choix, affirme Njansa Sassu, Déléguée à la protection de l'enfance à l'UNICEF. Soit ils sont forcés de se joindre à des bandes armées soit ils le font d'eux-mêmes car ils se trouvent en dehors de toute structure familiale.»

Les enfants doivent devenir la priorité

Le rapport de l'UNICEF sur Haïti soutient que la violence est l’une des plus graves menaces qui pèsent sur l’avenir du pays. Sans un environnement protecteur, les enfants ont moins de facilité à apprendre, sont d'avantage sujets à la maladie ou à la malnutrition et finissent par avoir une image dévaluée d'eux-mêmes. Leurs chances de s'épanouir un jour comme simples citoyens ou éventuels responsables sont alors gravement compromises.

Seule la moitié des enfants d'Haïti a accès à l'enseignement primaire et le nombre d'enfants qui abandonnent leurs études ne fait qu'augmenter, particulièrement chez les filles. Réintégrer les enfants dans le système scolaire est l'une des priorités de l'UNICEF parce que la scolarisation les aide à se protéger de la violence, de l'exploitation et des sévices. Mais le problème reste que la plupart des  familles n'ont pas les moyens d'envoyer leurs enfants à l'école....
 
« SOS Enfants : Haïti » se termine par un appel au dirigeants du pays pour qu'ils assignent aux enfants une place prioritaire dans leurs programmes politiques. En exprimant les souhaits de l'UNICEF de voir les dernières élections apporter la stabilité nécessaire à un changement positif,  le rapport salue les récents propos du nouveau président d'Haïti, René Préval.

« Les enfants doivent être évacués de la rue, a dit le président à ‘Agence France Presse. Les armes doivent leur être ôtées des mains et remplacées par des crayons et des livres.»


 

 

Vidéo

21 mars 2006 :
Reportage de la correspondante de l'UNICEF Jane O’Brien sur la situation difficile des enfants en Haïti

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes:
Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche