En bref : Guinée-Bissau

En Guinée-Bissau, l'UNICEF et ses partenaires ont pour but de mettre fin aux pratiques traditionnelles néfastes pour les enfants et les femmes

Image de l'UNICEF
© Carvalho/UNICEF/2011
Queba Dinbima Seidi, le chef du village de Canquebo, suit un cours d'alphabétisation.

CANQUEBO, Guinée-Bissau, 4 octobre 2011 – Grâce à l'intervention de l'ONG Tostan, dont les actions actuelles contribuent à changer des mentalités, coutumes et vieilles traditions préjudiciables à la santé, les habitants du village de Canquebo peuvent désormais être assurés que les jours des pratiques traditionnelles néfastes pour les femmes et les enfants sont comptés.

Avec l'appui complémentaire de l'UNICEF et du FNUAP, les violations des droits de la personne comme le mariage forcé, le manque d'éducation pour les filles, le non-enregistrement des naissances, la mutilation génitale féminine/excision sont finalement sur le point d'appartenir au passé à Canquebo.   

Indicateur de changement

Mariama Seide, coordinatrice du Comité de gestion du village, s'est récemment expliquée sur le programme destiné à mettre fin à ces coutumes. « Nous sommes conscients des effets négatifs du mariage involontaire et précoce », a-t-elle dit. « Aujourd'hui, on demande à la fille si elle accepte ou pas le mari choisi. Si elle refuse, alors la famille est obligée d'accepter sa position ».

À Canquebo, la violence domestique était également habituelle chez les couples. Les femmes étaient régulièrement battues par leurs maris et placées dans un état de soumission muette, incapables de participer aux réunions de village et de faire entendre leurs voix.

« Rien que d’être ici à vous parler, c’est un signe très fort de changement », dit en souriant Mariama Seide. « C’est le résultat d'un travail en profondeur entrepris par l'OGN Tostan dans notre communauté ».

Image de l'UNICEF
© Carvalho/UNICEF/2011
Mariama Seidi, coordinatrice du Comité de gestion du village de Canquebo.

Concentration des moyens sur l'éducation

Un facteur important qui stimule ces changements positifs est l'éducation. Queba Dindima Seide, le chef du village de Canquebo, a souligné l'importance de l'alphabétisation en affirmant que toutes les femmes de la communauté savent lire et écrire.

La concentration des moyens sur l'éducation s'étend aussi aux enfants du village. Plutôt que de travailler aux récoltes dans les champs pendant la saison des noix de cajou – comme c'était autrefois communément le cas – les jeunes du village vont à présent à l'école normalement.

« Beaucoup d'enfants n'allaient pas à l'école et certains abandonnaient même complètement leurs études », a dit Seide Manque, un jeune membre du Comité de gestion du village. « Cependant, grâce à la meilleure sensibilisation effectuée par Tostan, avec l'appui de l'UNICEF et du FNUAP, les parents ont pris connaissance des droits de leurs enfants à l'éducation et, au fil du temps, tous les enfants sont retournés à l'école ».

Un effet positif

Outre les efforts actuellement faits pour éduquer leur communauté, le problème de l'enregistrement des naissances est également en train d'être examiné. À présent, les enfants sont déclarés aussitôt après leur naissance, les habitants du village ayant pris conscience que chaque enfant a droit à un nom et à une nationalité.

Le chef spirituel de la communauté est également satisfait de la façon dont le village s'est récemment amélioré et a souligné que les interventions effectuées par Tostan, l'UNICEF et le FNUAP ont provoqué un effet nettement positif sur la vie de tous les habitants du village, spécialement les femmes et les enfants.


 

 

Recherche