Guinée

Mia Farrow attire l'attention sur la détresse des enfants vulnérables en Guinée

L'enseignement comme préoccupation principale

Image de l'UNICEF
© UNICEF Guinée/2010/Asselin
A Conakry, en Guinée, Mia Farrow, Ambassadrice itinérante de l'UNICEF, a rencontré des enfants d'une classe de troisième année à l'école primaire du Centre 2 de Dixinn. De nombreuses classes accueillent plus de 80 enfants.

Par Edward Bally

CONAKRY, Guinée, 11 mai 2010 – Mia Farrow, l'actrice de renommée internationale et Ambassadrice itinérante de l'UNICEF, a achevé une mission de cinq jours en Guinée à l'approche des élections présidentielles du mois prochain.

 VIDÉO : regarder maintenant

Mia Farrow a observé comment la crise socio-économique et la transition politique en cours ont affaibli les services sociaux de base, ce qui rend les enfants guinéens encore plus vulnérables.

Absence d'investissements dans l'enseignement

L'enseignement était une des préoccupations majeures de la visite. Mia Farrow a été témoin des effets de l'absence d'investissements dans l'enseignement au cours des dernières années qui aurait conduit à une baisse des taux de scolarisation dans les écoles primaires du pays. Auparavant, ces taux étaient en augmentation. 

  A l'école primaire du centre 2 de Dixinn, à Conakry, une des sites visités par Mia Farrow, les classes sont surchargées.

« Nous faisons les cours à 85 enfants par classe, » a dit, Djene Camara, la directrice de l'école de Dixinn, « et nous devons faire deux groupes : un pour le matin, un pour le soir. Si l’on ne fait rien, il y aura de moins en moins d'enfants qui iront à l'école. »   

Les élèves qui restent, a-t-elle ajouté, seront de plus en plus nombreux à se partager un enseignant.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Guinée/2010/Asselin
Mia Farrow, Ambassadrice itinérante de l'UNICEF, assise aux côtés de mères et de leurs enfants dans le dispensaire du village de Fermessadou, en Guinée. Ces femmes font partie d'une mutuelle qui aide à payer les frais médicaux de ses membres.

« L'avenir qu'ils méritent »

A Dixinn, une tempête à détruit l'an dernier la moitié des bâtiments scolaires et il n'y a pas eu de réparations. En conséquence, quatre enfants doivent partager un banc prévu pour deux.

Pour Adama Sou, 10 ans, ces conditions rendent les études difficiles. « Il fait vraiment chaud là-dedans et il y a trop d'élèves, » a-t-elle dit.

Mais il y a de l'espoir. Grâce à un important investissement de l’Initiative "Fast Track" de l’Education pour tous, prise par le Fonds catalytique, un fonds géré par la Banque mondiale au nom des donateurs – l'UNICEF construira en Guinée d'ici les deux prochaines années 1000 écoles, investira dans la formation des enseignants et l'amélioration des programmes.
« Cette décision doit être fêtée, » a dit Mia Farrow. « La réforme du système éducatif donnera aux enfants guinéens l'avenir qu'ils méritent. »

Pédagogie active

Mia Farrow s'est également rendue en Guinée forestière, dans la préfecture de N'Zérékoré, où l'UNICEF est en train de bâtir des écoles et d'expérimenter la « pédagogie active », une nouvelle méthode d'enseignement.

« Pédagogie active veut dire que l'enseignement est seulement un guide, » a dit Guilavogui Piou Laouo, un enseignant. « Ce sont les enfants qui apprennent par eux-mêmes. L'enseignant est seulement là pour les aider à trouver les solutions. »

Cette méthode a montré des résultats prometteurs, les enfants apprenant plus rapidement qu'ils ne le font en utilisant les méthodes classiques.

« Nous avons commencé avec ces 25 écoles situées le long de la frontière pour faire un test, » a dit le Représentant de l'UNICEF en Guinée, Julien Harneis, « et à présent, nous voulons étendre cette méthode à l'ensemble du système scolaire guinéen. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF Guinée/2010/Asselin
Mia Farrow, Ambassadrice itinérante de l'UNICEF, assise parmi un groupe de femmes qui ont bénéficié de soins de santé gratuits à l'hôpital de la localité de Kissidougou, en Guinée.

Consolidation de la paix et santé

Alors qu'elle se trouvait en Guinée, Mia Farrow – qui a accompli un vaste travail sur les problèmes auxquels sont confrontés les enfants touchés par le conflit – a aussi donné le coup d'envoi à une opération appuyée par l'UNICEF et l'ONG Search for Common Ground. L'opération encourage les jeunes à trouver des moyens pacifiques pour résoudre les conflits en apprenant ce que sont leurs droits et le changement démocratique.

En outre, Mia Farrow a effectué des visites dans des dispensaires de Guinée forestière pour observer directement quels étaient les besoins en investissements durables pour les soins apportés aux mères et aux enfants. A cette occasion, elle a pu voir comment l'UNICEF collaborait avec les communautés locales pour développer de nouveaux moyens pour faire face aux problèmes de santé.

Une force positive

Par exemple, à Fermessadou, l'UNICEF et ses partenaires ont lancé un système privé de mutuelles d'assurance maladie appelé « Muriga ». Pour 5 dollars par an, les femmes enceintes ont accès à des consultations prénatales et à des soins obstétriques. Le programme a pour but de réduire de façon significative le nombre de décès maternels; à l'avenir, l'UNICEF espère l'étendre à l'ensemble du pays.

Durant sa dernière nuit en Guinée, Mia Farrow, avec un groupe de diplomates et de divers responsables, a assisté à un spectacle donné par des enfants des rues qui ont été formés à l'acrobatie avec l'appui de l'UNICEF et de l'ONG Tinafan. Le message de la soirée a été clair : avec une aide adéquate, les enfants et les jeunes peuvent être ici une force positive de changement. Ils sont l'avenir de la Guinée.


 

 

Vidéo

8 mai 2010 : le reportage du correspondant de l'UNICEF, Edward Bally sur la visite de l'Ambassadrice itinérante de l'UNICEF Mia Farrow en Guinée.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Recherche