Guinée

L'UNICEF soutient les autorités sanitaires en Guinée dans son combat contre la malnutrition de l'enfant

Image de l'UNICEF
© UNICEF/Guinée/T.Baro
Un enfant qui a bénéficié de soins à l'Unité de nutrition thérapeutique au centre communautaire de santé de Ratoma à Conakry, Guinée.

Par Michèle Akan Badarou

CONAKRY, Guinée, 18 mars 2010 - Dans l'atmosphère agitée de l'Unité de nutrition thérapeutique du centre communautaire de santé de Ratoma, une équipe médicale examine des enfants qui, à leur arrivée au centre, souffraient tous de malnutrition.

Au milieu de la foule, Aminata allaite ses jumeaux - un garçon et une fille. À son arrivée au centre de santé un mois plus tôt, un des jumeaux, la petite Fatoumata, alors âgée de onze mois, ne pesait que trois kilos.

« Mon enfant dépérissait, » raconte Aminata. « Je ne savais pas quoi faire. »  

La fillette souffrait de candidose, une infection des muqueuses de la bouche qui l’empêchait de s’alimenter. « Ma voisine m’a conseillé de venir au Centre de santé de Ratoma qui a bonne réputation » explique Aminata. 
 
Une aide nutritionnelle vitale

La candidose a été soignée et la petite a reçu des aliments thérapeutiques, une pâte d’arachides lactée enrichie en vitamines et sels minéraux. Fatoumata, âgée de douze mois maintenant, pèse près de 5kg.  Elle pourra bientôt marcher, comme les enfants de son âge.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/Guinée/T.Baro
Après un mois de soins passés à l'Unité de nutrition thérapeutique, au centre communautaire de santé de Ratoma en Guinée, ces deux jumeaux qu i avaient un poids insuffisant à la naissance sont maintenant en train de récupérer.

En Guinée, 40 pour cent des enfants souffrent de malnutrition chronique et 26 pour cent d’insuffisance pondérale. La crise politique, couplée à la flambée des prix des denrées alimentaires et à la dépréciation de la monnaie locale, a frappédurement le pays. Près de 70 pour cent de la population vit en dessous du seuil de pauvreté de 1,25 dollar par jour. Les services sanitaires et sociaux ont été fragilisés, et l’année 2009 a marqué le retour de maladies infantiles évitables comme la poliomyélite, la rougeole et la méningite.

Avec l’appui de l’UNICEF et de l’OMS, une vaste campagne a été lancée en 2009 pour plus de deux millions d’enfants de moins de cinq ans. Cette campagne prévoit : l'administration de vitamine A, de vermifuge, la distribution de moustiquaires imprégnées, puis la vaccination contre la rougeole et la polio.

Améliorer la  prévention et les soins

L’UNICEF appuie les autorités sanitaires guinéennes dans leur lutte contre la malnutrition. Près de deux cents  travailleurs sociaux ont été formés  et le ministère de la Santé a adopté un nouveau protocole de prise en charge de la malnutrition aiguë sévère permettant une meilleure prévention et des soins meilleurs.

En 2009, l’UNICEF et le PAM ont fournit le réseau des 103 Centres thérapeutiques et ambulatoires nationaux en aliments thérapeutiques prêts à l’emploi (ATPE), en farine enrichies et en médicaments, destinés à 24 000 enfants sévèrement malnutris. Enfin, avec l’appui de son partenaire local, l'ONG Terre des Hommes, des agents communautaires sillonneront bientôt Conakry et sa périphérie pour détecter les enfants vulnérables dans les foyers et les référer aux centres de prise en charge le plus proche.


 

 

Recherche