Guinée

Campagne synchronisée pour l’éradication de la polio en Guinée et dans les pays voisins

Image de l'UNICEF: Polio, CONAKRY, Guinea
© UNICEF Guinea/2009/Baro
Vaccination contre la polio d’un groupe d’enfants de la garderie d’une école guinéenne. La Guinée, où la maladie avait disparu pendant cinq ans, a vu le fléau réapparaître en 2009.

Par Fatoumata Thiam Diallo

Conakry, Guinée, 1er décembre 2009 - 32 nouveaux cas confirmés de polio ont été enregistrés en Guinée en 2009, alors que le pays était sur le point d'être certifié débarrassé du fléau après les progrès enregistrés ces dernières années. Étant proche voisine de pays où le virus est encore présent, la Guinée a déjà participé à quatre campagnes synchronisées de vaccination en 2009 et le pays est prêt pour démarrer une cinquième campagne avant la fin de cette année.

Fin juin, une campagne synchronisée de vaccination contre la polio avait été lancée en Guinée et dans quatre pays voisins : Côte d’Ivoire, Sierra Leone, Mali, et Libéria, afin d’éliminer définitivement le virus et de protéger les enfants contre cette maladie invalidante.

Un message à diffuser largement

En Guinée, il était essentiel de faire connaître le plus largement possible à la population cette campagne contre la polio ainsi que les deux semaines d’activité de soins sanitaires organisées annuellement à travers tout le pays. Les stations de radio locales ont pour leur part diffusé pendant 10 jours des messages éducatifs accompagnés d’un thème musical entraînant pour informer sur la campagne et le slogan : « Si vous aimez votre enfant, prouvez le en suivant les cinq bonnes pratiques essentielles. »

Avant le lancement de la campagne 2009, des messages ont été diffusés à la télévision pour inviter les familles guinéennes à s’assurer que le vaccin oral soit administré à tous les enfants de moins de cinq ans. Les médias ont également exposé les faits les plus importants concernant la polio, discuté les conséquences possibles d’une série de vaccinations incomplète et donné des détails sur la réapparition du poliovirus sauvage.

« J’ai entendu parler de la campagne à la radio et à la télévision, et hier par le chef de mon quartier, » expliquait Oumou N’diaye, une mère qui attendait l’équipe de vaccination sur le pas de sa porte en compagnie de ses cinq enfants.

Populariser les cinq pratiques hygiéniques essentielles

La campagne avait aussi été préparée par une session d’information sur les cinq pratiques hygiéniques essentielles organisée au bénéfice de plus de 200 imans des cinq communes de Conakry.

La réunion était présidée par le Secrétaire général des Affaires religieuses du gouvernement guinéen et le représentant de l’UNICEF en Guinée, Mohammed Cissé. Les sujets abordés comprenaient l’allaitement au sein exclusivement, l’utilisation de moustiquaires pour lutter contre le paludisme, la façon de se laver correctement les mains et les vaccinations appropriées.

La réunion avait particulièrement traité de l’importance de la vaccination afin de donner aux personnalités religieuses présentes les arguments nécessaires pour combattre les résistances qui se manifestent dans certaines communautés.

Diffuser le message

Des conférences ont également été organisées dans les cinq communes de Conakry où elles ont réuni au moins 400 des femmes les plus influentes dans leurs quartiers respectifs.

A travers tout le pays, agents locaux, communicateurs et chefs traditionnels ont reçu les informations nécessaires sur les pratiques hygiéniques essentielles et sur la campagne de vaccination contre la polio, et ils ont été vivement encouragés à diffuser ces messages le plus largement possible au sein de la population.


 

 

Recherche