Guinée

Les moto-ambulances permettent de sauver des vies en Guinée

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2009/Koulibaly
Le nouveau-né de Marie Tounkara, un garçon, quelques minutes après sa naissance, est vivant grâce au service de moto-ambulances soutenu par l'UNICEF.

Par Fatoumata Thiam Diallo

KISSIDOUGOU, Guinée, 22 juin 2009 – Grâce à une moto-ambulance, Marie Tounkara a pu être amenée en salle d'urgence pour donner naissance à son bébé, un garçon. Son état critique nécessitait  une césarienne afin de sauver la vie du bébé.

« Je suis très fatiguée et j'ai des douleurs, mais je suis vivante et mon garçon aussi, » a dit Marie. « Je suis heureuse et reconnaissante au chauffeur de motocyclette. »

Il est probable que le bébé de Mme Tounkara n'aurait pas survécu si la moto-ambulance n'avait pas été en mesure d'aller la récupérer dans son village isolé pour l'emmener à l'hôpital principal de Kissidougou.

Beaucoup de villages isolés de Guinée ne sont pas desservis par des routes carrossables accessibles aux voitures ou aux camions. Pour cette raison, les moto-ambulances – munies d'une remorque – sont devenues indispensables aux villageois pour se rendre à l'hôpital en cas d'urgence ou de soins critiques.

Les programmes MURIGA

Le service de  moto- ambulance qui a débuté en 2008, est organisé dans le cadre plus large de programmes de santé maternelle étendus – des Mutuelles d'assurance maladie connues sous le sigle MURIGA.

Mis en place par le gouvernement de Guinée, en collaboration avec l’ UNICEF, les MURIGA sont organisées sur la base de programmes d’assurance communautaires qui, pour le prix d’une cotisation annuelle faible, aident les futures mères à payer les frais de maternité.

En 1997, la première MURIGA a été créée dans la cite de Dabola au centre de la Guinée, où les taux de mortalité maternelle étaient très élevés. Le projet a rencontré un tel succès dans la région que le gouvernement a demandé à l’UNICEF de l’étendre aux autres régions présentant les mêmes besoins.

L’idée de la première moto-ambulance

C’est au cours d’une visite sur le terrain dans la région de Kissidougou qu’un responsable de la communication de l’UNICEF constata de visu les difficultés rencontrées par  les villageoises pour se rendre à l’hôpital  principal afin d’y recevoir les  soins appropriés que nécessitaient leur grossesse à risque. Passionné de football, il s’est rappelé comment les motocyclistes ramassaient les joueurs blessés sur le terrain de jeu,  et il a proposé l’idée des moto- ambulances.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2009/Koulibaly
Les motor-ambulances, comme celle sur la photo, sauvent des vies dans les villages isolés qui ne sont pas accessibles en voiture ou en camion.

Maintenant les gens sont enregistrés dans le système des MURIGA, ce qui leur donne automatiquement le droit d’utiliser les moto-ambulances.

« Je suis si reconnaissante à l’UNICEF et au motocycliste qui a emmené ma fille à temps à l’hôpital, et aux docteurs qui ont pris soin d’elle, » raconte la mère de Marie Tounkara, assise au chevet de sa fille.

Devant un tel succès, l’UNICEF en Guinée  a décidé d’étendre le service des moto-ambulances à toutes les zones  qui en ont besoin.

Dan Newbower a contribué à cette histoire depuis New York.


 

 

Recherche