Guinée

Pour les filles de Guinée, les écoles Nafa sont synonymes de seconde chance

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Des filles guinéennes sont en train d’écouter leur professeur, au centre Nafa de Dubreka. Elles reçoivent un enseignement élémentaire et acquièrent les connaissances leur permettant de créer leur propre entreprise.

Par Michèle Akan Badarou

CONAKRY, Guinée, 11 octobre 2007 – Cet après-midi-là, environ treize filles âgées de 10 à 24 ans se rendent au centre Nafa.  Elles écoutent attentivement leur professeur leur décrire la façon de mettre sur pied un projet personnel, qu’il s’agisse d’un atelier ou d’une coopérative.

Les élèves du centre Nafa ont un point commun. Elles ont quitté l’école à un jeune âge ou ne sont jamais allées à l’école pendant leur enfance pour un certain nombre de raisons, économiques ou socioculturelles.

Jusqu’à une date récente, beaucoup de parents considéraient que l’école n’était que pour les garçons. Les filles devaient rester à la maison pour prendre soin des plus jeunes membres de la famille et contribuer aux travaux ménagers. Dans les zones rurales, l’éducation des filles était considérée comme un investissement sans aucune valeur.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Les filles guinéennes à qui manque une éducation formelle reçoivent un enseignement élémentaire dans les centres Nafa.

Les attitudes évoluent  lentement

Cette mentalité a évolué grâce à des campagnes de sensibilisation du public aux droits des enfants, à la disparité des sexes et aux avantages qu’apporte l’éducation à l’ensemble de la communauté, mais cette évolution se fait lentement.

« Cela prend ici seulement trois ans au lieu de six ans dans le système traditionnel pour étudier les principes de pédagogie pratique, la lecture, l’écriture et le codage. Ici, à la fin de leurs études primaires, les enfants sont en mesure de passer un examen leur permettant d’entrer dans un établissement secondaire normal », explique le directeur, Salimatou Bah.

L’UNICEF apporte son soutien aux centres Nafa en leur procurant  matériel et assistance pour améliorer le cadre de travail. L’UNICEF travaille en qualité de consultant avec le Ministère de l’éducation, développant des directives pour les centres Nafa de façon à ce qu’ils puissent continuer à offrir aux filles le savoir et les compétences leur permettant de tirer le meilleur parti de leurs vies. Ces centres encourage aussi les filles à voir les choses en grand.

« Si on me demande jusqu’où je veux aller, je dirai jusqu’à un doctorat ou l’enseignement; en un mot, achever toutes mes études, » affirme Aminata Bountourabi Soumah.

 

 

 


 

 

Vidéo (en anglais)

11 octobre 2007 :
Le reportage du correspondant de l’UNICEF Chris Niles sur les centres Nafa qui offrent aux filles de Guinée une seconde chance pour leur éducation 

 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

UNGEI

Site de l'Initiative des Nations unies pour l'éducation des filles
Recherche