En bref: Guatemala

Vue d’ensemble


Cliquez ici pour une carte détaillée (PDF)

La carte sur ce site ne reflètent pas une position de l'UNICEF sur le statut légal des pays et territoires représentés ou sur la délimitation de leurs frontières.

Si des progrès ont bien été accomplis pour les enfants du Guatemala au cours de ces dernières années dans les domaines de la santé et de l’éducation, l’investissement social dans le pays reste l’un des plus faibles d’Amérique Latine. Il est donc difficile pour le Guatemala de mettre au point un programme social substantiel. L’exclusion sociale et économique frappe une grande partie de la population dont plus de la moitié vit dans la pauvreté et près de 17% dans une pauvreté extrême. La situation est même pire dans les zones rurales parmi les populations autochtones.

Problèmes auxquels sont confrontés les enfants au Guatemala

  • Les enfants et les adolescents constituent plus de la moitié de la population du Guatemala. La moitié de la population de moins de 18 ans (environ 3,7 millions de filles, de garçons et d’adolescents) vit dans la pauvreté. La situation est notablement pire parmi les enfants des zones rurales ainsi que chez les enfants et adolescents autochtones, dont 76% et 80% respectivement vivent dans la pauvreté.
  • Le Guatemala affronte l’une des pires situations nutritionnelles de la région. Près de 23% des enfants dont l’âge est compris entre 3 et 5 mois sont atteints de malnutrition généralisée alors qu’en 2006 presque la moitié étaient victimes de malnutrition chronique.
  • Au Guatemala, la rétention scolaire est faible avec seulement 60% des élèves achevant la sixième année d’enseignement parmi ceux qui ont commencé la première année et 39% seulement le faisant à l’âge normal.
  • Des ressources financières qui ne suffisent pas à financer les dépenses des ménages et le travail des enfants que cette situation entraîne sont une des raisons principales pour lesquelles filles et garçons ne progressent pas dans leur cursus scolaire et ne pourront pas à l’avenir briser le cycle de la pauvreté. Des statistiques récentes révèlent que 23% des enfants et des jeunes âgés de 7 à 16 ans font partie de la main d’œuvre du pays.
  • Il est de notoriété publique que la forte demande d’enfants à adopter par des familles étrangères a engendré des activités commerciales liées aux adoptions et même des enlèvements de filles et de garçons. Les longues périodes d’attente et les énormes difficultés que le pays a connues pour faire passer la loi sur l’adoption révèlent l’existence d’intérêts individuels visant à maintenir sur ce sujet un statu quo allant à  l’encontre des intérêts des enfants.

Activités et résultats pour les enfants

  • Le gouvernement a récemment lancé plusieurs programmes afin d’apporter aux droits des enfants un soutien institutionnel. Un Plan national d’action (2004-2015) offre une approche intégrée à la protection de l’enfant tandis qu’un Secrétariat à la sécurité alimentaire et nutritionnelle a été créé pour faire de l’éradication de la malnutrition une priorité nationale. 
  • Un programme commun émanant de l’UNICEF, de cinq autres institutions de l’ONU et du Plan national pour la réduction de la malnutrition chronique mis en place par le gouvernement a développé un système destiné à localiser les populations à risque nutritionnel, créé des programmes de distribution de compléments en vitamine A et en fer pour les enfants de moins de trois ans et les mères enceintes et allaitantes. Il a aussi établi un programme pédagogique d’alimentation et de nutrition pour les femmes dans plus de 2 000 zones rurales. Le programme a pour but de toucher 220 000 enfants et 150 000 femmes enceintes. 
  • Le programme Becaton a encouragé avec succès l’éducation universelle comme moyen d’atteindre les buts nationaux de développement. Le Ministère de l’éducation a accepté d’augmenter les budgets pour l’enseignement et de créer des bourses pour les enfants défavorisés.
  • La transmission du VIH de la mère à l’enfant a pu être maîtrisée grâce au soutien psychologique et aux tests de dépistage volontaires suivis d’une thérapie antirétrovirale si une mère s’avère séropositive.
  • En ce qui concerne les adoptions, un soutien a été accordé au Guatemala pour qu’il réactive son adhésion à la Convention de La Haye. L’UNICEF a activement contribué,  aux côtés de la communauté internationale, à l’adoption de la Loi 77-2007 sur les adoptions par le Parlement du Guatemala.

 

 

Indicateurs de base

Classement selon le TMM5

71

Taux de mortalité des moins de 5 ans, 1990

80

Taux de mortalité des moins de 5 ans, 2012

32

TMM5 par sexe 2012, garçons

35

TMM5 par sexe 2012, filles

29

Taux de mortalité infantile (moins de 1 an), 1990

60

Taux de mortalité infantile (moins de 1 an), 2012

27

Taux de mortalité néonatale 2012

15

Population totale (milliers) 2012

15082.8

Nombre annuel de naissances (milliers) 2012

474.4

Nombre annuel de décès de moins de 5 ans (milliers) 2012

15

RNB par habitant (dollars É.-U.) 2012

3120

Espérance de vie à la naissance (années) 2012

71.8

Taux total d'alphabétisation des adultes (%) 2008-2012*

75.9

Taux net de scolarisation à l'école primaire (%) 2008-2011*

98

Définitions et sources principales [popup]

Source: La situation des enfants dans le monde

Recherche